Eleirya

Forum rp fantaisiste.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Juste un peu plus loin... (PV. Aciana)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Black Fang
Moi puissant!
avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 30/11/2013
Age : 27
Localisation : A step ahead

Feuille de personnage
Faction: Hurleurs
Niveau: ?
Point de Vie:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Juste un peu plus loin... (PV. Aciana)   Lun 27 Jan - 2:22

La muraille de fer s'élevait haute et dominante sur l'orée de la vallée, apportant ombre et fraîcheur sinistre au sein d'une verdure tâchetée d'un passé sanguillonant. Les patrouilles ennuyés se relaxaient, certains dans les ramparts, quelques unes aux sols près de leurs endroit discret s'assurant du travail paisible et une journée rapide. La muraille était si vaste qu'on croirait presque qu'elle domine la forêt et la vallée de son regard omniscient.

Plus près du sol, on pouvait entendre le vent qui sifflotait doucement à travers l'herbe mal entretenue qui poussait de peine et de misère à l'ombre trop souvent présente de la muraille défiant les lois de la nature. C'était le seul son qui se faisait entendre près de cette muraille, le silence malaisant accompagnait cette dernière en symbiose parfaite. Et pourtant... La partie de la muraille qui faisait face à la forêt jurait avec le reste. L'atmosphère y était lourde, morte, sans vie. Comme si le vent lui-même refusait de continuer sa danse, comme si le silence lui même était enchaîné dans un endroit qu'y ne lui convenait pas.

La masse grise cuireuse aurait put se confondre avec le mur, n'aurait-il pas été aussi énorme, et encore aurait-il fallut que personne ne remarque les deux iris brillant du regard froid et fauve d'un prédateur ennuyée ayant déjà coincé sa proie. La paume plaqué contre le mur, il était immobile, regardant le fer froid comme si ce dernier n'obscursissait pas sa vision le moin du monde, comme si il regardait de l'autre côté...

Je repensais à tout ce que j'avais vue jusqu'à maintenant, la totalitée des choses que j'avais rencontré, de ma vie d'hurleur. Jamais n'avais-je posé les yeux sur pareille construction. Camelia m'avait avertie que les humains pliait les minéraux à leurs volonté, mais ça...

*Ont-ils coupée une montagne pour pouvoir fabriquer ceci?*

Plus que simplement le procédé, c'était l'épaisseur et la hauteur qui me surprenait, je comprenais maintenant comment ils s'y prenait pour survivre, cette palissade... Non... Cette montagne taillée n'avait rien de comparable avec ce que j'avais vue jusqu'à maintenant. Je ne sentais aucunement la fondation ni la fin du mur, pressant ma paume, je ne voyais rien ployer, et n'entendais rien grincer. J'étais impressioner. Certes ce n'était pas impossible de le gravir, mais avoir une pareille muraille protègerait de plusieurs type de prédateur...

J'attendais patiemment, il y a quelque chose que je voulais vérifier, et je ne pouvais pas pour l'instant... Me retournant vers le soleil couchant, je voulais savoir... Je n'avais pas vraiment d'intention précise, mais je devais admettre que c'était la première fois que je voyais autre chose que l'immensitée d'une montagne me barrer la route...

Ce soir était une demi-lune...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aciana Doryëen
La Vagabonde Bleue
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 02/01/2014
Localisation : N'importe où

Feuille de personnage
Faction: Aucune
Niveau: 3
Point de Vie:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: Juste un peu plus loin... (PV. Aciana)   Mar 28 Jan - 19:40

L'ange d'acier jeta un coup d'œil au ciel déjà obscurcit par la nuit. Les nuages sombraient doucement dans leur teinte de bleu foncé, mais cette demi-lune, illuminait l'environnement de sa blancheur, laissant un tout nouveau environnement pour les êtres nocturnes. Le paysage pouvait être magnifique ou tout simplement terrifiant si on ne le connaissait pas. Aciana marchait doucement au travers l'herbe haute des plaines, se dirigeant doucement vers le rideau de fer. Elle devait traverser le mur de l'alliance vers l'empire, voulant effectuer un léger détour pour se rendre à Ushiu. Elle voulait utiliser un des bateaux du bord de l'empire pour faire le voyage, même si elle n'appréciait pas énormément l'eau, elle savait pertinemment que le voyage serait beaucoup moins long, du moins pour une parti, ensuite elle devait prendre la route principale de Soldar..

Au long de sa route, elle avait amené avec elle, diverses pièces de métal, bout d'épées, manches d'acier, épaulettes et bien plus encore semblaient voler autour d'elle dans une danse fantomatique due aux rayons de lune qui les frappaient, tout comme sa propre peau qui était dévoilée semblait illuminé doucement, offrant une scène des plus surnaturelle sur la vagabonde bleue.

Cyan, la petite créature surnaturelle, dormait déjà, bien au chaud dans son capuchon et confortablement callé contre sa nuque. Elle pouvait sentir les battements rapides du cœur de l'animal endormit. La journée avait été plutôt remplie et il avait eu la bonne étoile d'avoir put manger à sa gourmandise et boire du vin. Maintenant qu'elle avait discuté avec Abel et qu'elle avait un nouveau travaille, elle devait se mettre en marche. Elle serra contre elle la sacoche de cuir qui contenait contrats, lettre et l'argent nécessaire pour les pots-de-vin, mais ce qui l'intéressait davantage était sa visite aux ruines de Jeroteth.

Elle longeait la forêt d'Ériat depuis bien longtemps déjà, n'aillant jamais vraiment eut peur des créatures de cette dernière, elle avait vu de ces propres yeux les Hurleurs y être jeter de force, et depuis qu'ils y avaient clamé leurs territoires plus personne n'y allait, et avec raison. C'était d'ailleurs une des raisons du pourquoi elle passait par là, il y avait très peu d'hommes assez fou ou courageux dans les gardes pour y monter la garde. L'atmosphère du mure déjà sinistre ne faisait d'empirer devant cette forêt de malheur, alors personne n'y restait bien longtemps encore plus à la nuit tombée, et elle comprenait très bien pourquoi, que se soit les Hurleurs ou même une des créatures. Alors du coup, l'endroit était parfait pour passer incognito.

À une dizaine de mettre du mur, les pièces de métal qui tournaient autour d'elle s'éloignèrent, puis semblèrent changer de forme, perdant leur forme originale pour s'aplatir telle des feuilles d'acier large d'un pouce. Ces plaques prirent place à différente hauteur pour venir former un escalier volant, qui lui permettait de monter facilement. Les dernières ''marches'' furent prises à même le mur, sortant de ce dernier pour prendre une toute nouvelle forme à leurs tours et remplir le vide, laissant dans le palissage de métal des fines lignes vides. Il ne lui restait que deux mètres à faire quand son instint lui cria un avertisement. Son pas se stoppa net, puis elle observa pendant quelques secondes autour d'elle à la recherche de quelque chose qui aurait put lui donner avertisement.

La chose avait dû l'entendre venir, même si Aciana ne faisait jamais énormément de bruit quand elle se déplaçait, et se n'était encore moins son armure qui en faisait, mais le léger bruit de ces pas contre la terre meuble et l'herbe qu'elle pouvait pousser ou écraser sous son poids pouvait aller jusqu'à une aussi fine oreille.

Il était très rare que la demoiselle porte autant attention à son instant de guerrière, mais il était tout aussi rare que ce dernier lui saute autant à la gorge tel un étau de fer. Malgré la lune, l'environnement près du mur lui sembla beaucoup plus sombre et sinistre, les rayons qu'elle trouvait si beau et calme plutôt lui donnait une toute autre impression maintenant, elle ne se sentait plus seule. Elle se sentait épier, observée, mais d'où ? Elle l'ignorait, elle doutait que se soit les gardes, des humains lui feraient peur ? Elle aurait pu en rire, mais c'était quelque chose de plus impressionnant. Elle tourna dos au mur, observant la plaine qui s'élançait devant elle comme un océan de verdure paisible, le vent froid faisait sa ronde habituelle, contrôlant les herbes tel des gardes leurs prisonniers.


Elle ferma les yeux, puis les ouvrit en plongeant son regard scintillant dans la forêt sombre d'Ériat, se pourrait-il qu'il y ailler un minotaure assez fou pour en sortir ? Ou une toute autre créature du même genre ? Non, c'était plus, mais quoi ? Elle tourna à nouveau vers le regard vers le mur, le silence, voilà tout ce qu'il y avait en ce moment, un silence plus lourd.


* Que ce passe-t-il donc ? *

_________________
''La mort,
 c’est elle qui vous fait tenir debout.

C’est elle qui dicte les actes.

C’est elle qui peint le monde.
Et elle qui vous emportera tous.''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Black Fang
Moi puissant!
avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 30/11/2013
Age : 27
Localisation : A step ahead

Feuille de personnage
Faction: Hurleurs
Niveau: ?
Point de Vie:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Juste un peu plus loin... (PV. Aciana)   Mer 29 Jan - 5:14

La nuit était tombée, je pouvais sentir mes muscles se contracté, mes sens s'épanouir... Je pouvais entendre les bruits des petits mammifères dans la forêt, je pouvais percevoir les sons provenant de l'autre côté du mur dans une tumulte étouffée. L'odeur forte de l'acier emplis mon esprit, cette dernière avait de vieilles traces de sang séché, témoins des combats ancestraux ayant été perpetué dans les environs.

Alors que l'astre blanc laiteux commençait à illuminer la plaine, mes yeux perdirent de leurs luminescences, comme si ces derniers absorbaient la lueur de la lune et cessaient de refléter toutes sources de lumières, remplaçant le regard perçant et inquisiteur par quelques de creux et prédateur. Ma respiration s'allourdit, tentant de contenir l'aggressivité naturelle qui remplissait mes pensés. Au bout de quelques longues minutes, je replaça à nouveau ma main contre le mur d'acier, qui soudainement me semblait beaucoup moins rigide, d'une pression, mes doigts s'enfoncèrent à l'intérieur du mur dans un grincement retantissant. Au bout d'un instant, j'avais du minerais déformé dans les mains, un déchirure de la taille de la tête d'un homme ornait maintenant la partie de la muraille qui se tenait toujours devant moi.

Rare était les fois que je prêtais attention à mon environnement, mais la nuit, il m'était impossible de faire autrement. Si tout d'abord mon sens décuplés faisait un travail passif que je ne pouvais interrompre, c'était surtout que je détestait voir quoi que ce soit la nuit... Lorsque je découvrais quoi que ce soit de vivant la nuit...

Alors que je songeais déjà à disparaître au fond de la forêt pour la nuit, je fut soudain frapper par un son presque imperceptible. Le déplacement de l'air semblait troubler, comme si un aigle-viscéral était en suspension, un prédateur peu commun... Il était surtout peu probable que ce dernier soit ici... J'hésitais quelques instants, peut-être était-ce la petite humaine que j'avais rencontrer il y a quelques jours? Si c'était le cas, peut-être devrais-je simplement partir sans la regarder...

Soudainement une lueur sombre traversa mon regard, lêchant mes gensives, je me maudit intérieurement d'être rester à l'extérieur de la forêt durant la nuit, je savais que je n'aurais pas dût, mais j'avais laisser l'orgeuil prendre le dessus, je voulais savoir si cette création humaine était aussi impresionnante qu'elle le paraissait... Mais maintenant j'allais probablement le regretter... Alors qu'un grondement sourd et puissant s'échappa de ma gorge je relevas le regard vers la cible que j'avais maintenant en tête, m'attendant à voire la petite créature ailé si fragile afin de la dévorer en un instant, et je fus surpris.

Ce que je voyais flotter n'avait rien d'humain, et encore moins de raison de voler... Cette chose à l'apparance féminine n'avait aucune raison de voler... Elle flottait tout simplement... Et de par son allure, je doutes que ce soit dût à un poids trop léger... L'aggressivitée quitta mon corps quelques instants, j'étais quelques peus confus par la vision qui s'offrait à moi, j'avais l'occasion d'en apprendre plus sur quelque chose que je n'avais encore rencontrer... Cette chose était-elle bâtit par les humains tout comme cette muraille? Était-elle une sorte de protecteur du mur? Cette dernière hypothèse semblait plutôt plausible, dans quel cas...

Accrochant mes mains aux murs, on entendit l'acier grincer dans un bruit à en vriller les tympans alors que de deux bonds je gravis la muraille afin d'arriver à la hauteur de la chose en question. Les pieds et une main toujours enfonçer dans l'acier duquel s'échappait un son qui donnait presque l'impression que la muraille elle même pleurait à chacun de mes mouvements, je me retourna afin de pouvoir la fixer de mon regard sombre. Je croisas son regard, cessant de bouger, étudiant cette chose que je ne reconnaissais pas, attendant un geste de sa part, restant complètement immobile....

*Quel est son but?*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aciana Doryëen
La Vagabonde Bleue
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 02/01/2014
Localisation : N'importe où

Feuille de personnage
Faction: Aucune
Niveau: 3
Point de Vie:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: Juste un peu plus loin... (PV. Aciana)   Mer 29 Jan - 21:19

La dame d'acier fit de même, observant la forme humanoïde qui se tenait en équilibre sur le mur. L'équilibre était plutôt éphémère quand on considérait ces doigts plantés dans le métal de la muraille. Elle glissa quelques secondes son regard sur les marques laissées derrière lui, ces trous qui témoignaient d'une telle performance. Elle prit une grande respiration, tout comme l'acier du mur, elle eut envie de gémir, elle avait presque mal et ne pouvait d'imaginer la douleur qu'elle-même pouvait ressentir si c'était à elle qu'on pouvait faire ceci. Pas qu'elle avait envie ou peur, c'était plutôt un sentiment d'impuissance mais en même temps, elle ne voulait pas tester sa change, elle savait qu'elle était beaucoup plus résistante que le mur, mais elle ne voulait tout de même pas le tester.

La seconde vie qui dormait plutôt s'était rapidement réveillée, mais semblait trouver beaucoup plus intelligent de continuer à faire le mort dans le dos de la demoiselle que plutôt montrer sa présence. Elle réalisa qu'il avait une peur bleue de la chose qui se tenait devant elle. Elle le sentait à peine bouger dans son dos, pressant toujours plus contre elle pour vouloir si fondre davantage, c'était doute en plus étrange parce qu'elle n'avait pas l'impression qu'il avait peur de la situation, mais plutôt de la chose en soit, comme s'il ne pouvait en aucun cas rester aussi près de lui, en ce moment même, la petite chose n'était plus qu'un vulgaire animal sauvage donc il écoutait son instinct et qui voulait fuir. Elle léger geste, elle ferma ce qui lui servait de sortie, de peur qu'il ne se sauve, elle lui laissa quelques fins trous pour qu'il puis respirer, mais elle doutait que c'était ceci qui lui importait.

Elle aurait voulu le calmer, le prendre dans ces bras, mais elle doutait que se soit encore une très bonne chose, il ne semblait plus avoir aucune source d'intelligence en plus, il n'était plus d'un animal hystérique qui voulait se cacher.

À son tour, en équilibre sur son disque de métal, elle sembla poursuivre la découverte de l'intrus qui c'était faufiler avec force et rapidité entre elle et ça sortit, puis doucement, elle tourna la tête vers la demi-lune qui s'élevait dans le ciel, jetant de sa lumière laiteuse aux environs. Puis regarda à nouveau l'homme ? C'était bien un homme, mais jamais d'humain n'aurait put planter les doigts si facilement dans le mur, mais il n'y avait pas que ceci, son regard prédateur, sa posture ou même ce qu'il dégageait, on aurait dit un puissant prédateur et c'était surtout ceci qu'il était et rien ne pouvaient le lui enlever. Elle eut une pensée pour la forêt d'Ériat, pourquoi donc une des ces créatures était-elle aussi loin de son territoire ? Elle doutait que ce soit un mage. Il dégageait une forte odeur bestiale, elle n'était pas désagréable, mais sentait le fauve, la terre, les arbres, il sentait l'odeur de la forêt.

Puis son regard longeait la palissade d'acier à gauche puis alla vers la droite, tendant quelques secondes l'oreille pour vérifier s'ils allaient recevoir la visite inopportune de quelques gardes, mais elle doutait maintenant, au bruit qui s'était élevé vers le ciel n'importe qui était saint d'esprit aurait quitter, voulant oublier le son dû métal qui c'était plier sous une force inconnue.

Ramenant son regard pâle sur le mastodonte, elle réalisa que son esprit était rempli de question, mais trouva nécessaire de n'en poser aucune, du moins pour le moment, elle ne devait en aucun cas représenter un danger pour lui, autre que peut-être de la curiosité sinon il l'aurait déjà attaqué, mais il ne se contentait que de l'observer tout comme elle, mais elle ne voulait quand même pas pousser sa chance. Aucune arme ne semblait visible sur elle à première vue, et même quand, le vent sembla se lever pour venir balayer les corps des deux personnes, aucune arme ne se trouvait sous la cape bleue qui fut soulevée, dévoilant le corps d'une jeune femme parfaitement en santé. Il n'y avait que ces vêtements habituels, une robe d'un bleu foncé ouverte sur le devant sur les cuisses, des bottes de cuit noir et bleu qui lui montait à la mi-cuisse et une armure qui semblait lui protéger le devant du corps, davantage un plastron d'une réelle armure. Des épaulettes d'acier retenaient un peu la cape sur ces épaules qui étaient dénudées de protection et de vêtements. Des gants de tissu bleu et noir, cachaient ces bras, montant pratiquement jusqu'à épaules. Elle n'avait visiblement aucune arme sur elle.

Elle semblait fragile et sans défense.

Son capuchon fut également rejeté vers l'arrière par le vent, dévoilant une longue chevelure d'une blancheur extrême flotter dans le vent, faisant tache blanche sur le fond noir du ciel. Sous les rayons de la lune, cette dernière semblait doucement scintiller telle un millier d'étoiles. Mais pour un observateur talentueux, ça chevelure n'était des milliers e fins fils d'acier fluide. Elle n'était d'une beauté parfaite, une sculpture faite d'une main experte et surtout une touche de magie semblait être derrière tout ceci, tout son être criait être magique.

Le vent retomba, tout comme la chevelure de la demoiselle, qui flottait toujours dans les airs. La cape en fit de même, cachant à nouveau le corps beaucoup trop parfait de la demoiselle. Sa voix s'éleva doucement, demandant avec douceur :

-Que fais-tu donc ici être d'Ériat ?


_________________
''La mort,
 c’est elle qui vous fait tenir debout.

C’est elle qui dicte les actes.

C’est elle qui peint le monde.
Et elle qui vous emportera tous.''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Black Fang
Moi puissant!
avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 30/11/2013
Age : 27
Localisation : A step ahead

Feuille de personnage
Faction: Hurleurs
Niveau: ?
Point de Vie:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Juste un peu plus loin... (PV. Aciana)   Ven 7 Fév - 3:18

Alors que je tentais d'étudier son language du corps et ses odeurs, mes sens pourtant aiguisés se heurtèrent sur un mur vide. Cette femme n'avais pas d'odeur particulière, elle me dévisageait, complètement immobile, et alors que mes yeux sombre scrutaient les siens, je n'arrivais pas à dénicher une seule once de sentiment... J'avais de la difficulté à y croire, cette petite femelle frêle ne démontrait absoluement aucun signe de peur, autant corporelle que psychologique... Il m'était complètement impossible de la lire... Jamais n'avais-je entendu parler de pareille chose... Était-elle une de ces créatures de la nuit dont on m'avait parler? Pourtant personne n'avait mentionner ce genre de détail....

*Pourquoi n'a-t-elle aucune odeur corporelle? Aucune chaleur?*

Alors que la confusion et le doute s'emparait de moi, je repensais à chaque créature que j'avais déjà rencontrer dans la forêt... Même les animaux de sang froid possèdait des odeurs particulières... Mais sur cette personne, hormis l'odeur de ses vêtements je ne détectais rien indiquant sa présence... Si elle aurait été au bas du mûr, jamais n'aurais-je sût qu'elle y était sans l'aperçevoir du regard... Je n'entendais pas les battements de son coeur, la circulation de son sang non plus... Je n'entendais point les frêles organes si facile d'atteinte pour mes griffes acérés...

*Comment est-ce possible?*

Était-ce de la magie? Pourquoi user de la magie pour masquer son odeur? Aurait-elle peur d'être reconnue? Était-elle suivit? Plus je tentais de découvrir la réponse, plus elle m'échappait... Lorsqu'elle parla, ses mots se perdirent dans l'oreille d'un sourd, entendant des sons sortir de sa gorge, je réalisas qu'aucune odeur n'échappait de l'intérieur de sa bouche, c'était pourtant impossible. Jamais n'avais-je rencontrer pareille créature, elle était complètement contre-nature...

Après un moment, je réalisas que j'avais manquer un détail... Cherchant quelque chose de beaucoup plus omniprésent, je n'avais pas réalisé qu'il y avait effectivement une faible odeur s'échappant de cette femme... Ainsi qu'un faible battement de coeur... Après quelques secondes de concentration sur la nouvelle trouvaille, je réalisas qu'il ne s'agissait pas d'elle, mais d'une petite chose qui semblait se terrer dans ce qui lui servait de fourrure...

À ce moment l'odeur de la peur de la créature me frappa, ma respiration devint un peu plus bruyante alors que mes pensés voguaient toujours au même rythme. C'est mes sens fonctionnaient encore, alors pourquoi cette femme ne donnait-elle aucun signe de vie autre que celui de bouger et parler? L'air devint lourd, comme si l'aggressivitée montant en moi était refleté elle-même par l'atmosphère environnante. C'était pourtant simple, si je voulais savoir comment elle faisait pour vivre, si elle était magique... Je n'avais qu'à vérifier...

En ouvrant son corps...

J'y verrai bien quelque chose non? Ou la magie était-elle plus compliqué que cela? J'avais déjà vue quelqu'un changer de forme, ça je pouvais comprendre, mais là... Après un long moment perdu dans mes pensés, une odeur de fumée m'alerta... Un petit feu se déplaçait... J'aurais dût me douter que tout ce bruit attirerais quelqu'un... Mais je savais que je ne devais pas être vue... Mais je n'en avais pas fini avec cette femme... Pas question...

Complètement absorbé par cette nouvelle trouvaille, je me refusais à laisser tomber avant d'avoir compris, et sur ce, j'avais lâcher la muraille, tombant lourdement au sol, je partis à grande enjambés à travers la plaine, dispairassant dans la nuit en presque un clin d'oeil... Et pourtant... Je n'avais pas encore abandonnée de la suivre... Je la traquerais jusqu'à un endroit plus calme... J'y donnerai toute la nuit si il le faut...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aciana Doryëen
La Vagabonde Bleue
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 02/01/2014
Localisation : N'importe où

Feuille de personnage
Faction: Aucune
Niveau: 3
Point de Vie:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: Juste un peu plus loin... (PV. Aciana)   Lun 10 Fév - 23:34

Aciana observait toujours la chose devant elle, pour une des rares fois incertaine de la manœuvre à suivre. Elle n'avait pas peur pour ça survit, elle savait qu'elle pouvait facilement survivre à une telle créature, mais elle ne voulait quand même pas se risquer ou même tester les limites de son corps d'acier. Elle ouvrit et ferma doucement les poings, portant son attention sur ce simple exercice qui l'apaisait tout de même un peu, et dans le pire des cas, s'il décidait de l'attaquer, elle avait toujours le meilleur des atouts, le mur sur lequel il se tenait en équilibre. Elle pouvait toujours retourner le mur contre lui, l'envelopper d'acier et l'enfermer tout au fond des murs, si elle avait bien sure le temps de réagir avant que lui-même ne le fasse.

Mais tout de même, Aciana ne pouvait en profiter pour l'observer à son tour, réalisant bien rapidement qu'il ne lui répondrait point. Peut-être ne comprenait-il pas très bien le langage ? Ou il s'en foutait complètement. Il y avait tellement hypothèse en ce moment qu'elle ne forcerait pas sa chance plus loin et attendrait sagement que l'homme, si elle pouvait bien qualifier la chose devant de ceci, quitte ou parle de lui-même. Elle semblait déjà avoir beaucoup attirer de son attention, même si elle ne la voulait en aucun cas sur elle en ce moment. Son regard alla vers le ciel nocturne, la demi-lune continuait sa progression sur la toile sombre au filament doré.

Son regard sembla briller quelques secondes, attirants en son sein, la lueur claire et laiteuse des rayons lunaires. Mais étrangement, ils semblaient y être absorbés, disparaissant dans l'océan d'acier, qu'était son regard. Le ciel aurait pu être magnifique à regarder ce soir, mais le compagnon qui l'avait retrouvé était un peu dérangeant.


* J'espère seulement qu'il n'attaquera pas...*

La petite créature avait fini par se calmer, ce qui était un très gros terme pour parler de la petite chose qui était rentré en torpeur. L'étrange coma de peur le tenait tranquille, mais elle s'inquiétait tout de même du changement de comportement soudain. Il y a à peine une seconde, il semblait vouloir manger et l'ouvrit de l'intérieur de ces griffes et maintenant, il ne bougeait plus, faisait-il le mort comme certaines créatures ?

Curieusement, elle en doutait. Peut-être trop d'émotion sur le coup doublé d'une frayeur affolante ?


* Hummm, cyan, reste avec moi...*



Elle sembla balayer le tout e la main, elle devait faire plus attention à ce qui se trouvait devant elle, il n'était certainement pas une vulgaire créature qui faisait une balade nocturne. Elle baissa les yeux vers lui, offrant un visage impassible, cherchant sans se rendre compte le regard de la bête, mais rapidement, l'attention de ce dernier sembla attirer ailleurs avant qu'il ne se laisse tomber au sol et parte tout aussi rapidement vers l'étendue verdâtre qui se trouvait derrière elle. Elle pouvait entendre au loin ces pas s'enfoncer dans la terre et l'herbe se plier sous son poids.

Curieusement, elle poussa un soupir, jamais elle n'aurait cru être aussi heureuse qu'il parte. Mais elle porta son attention au loin, tourna la tête à gauche puis à droite du mur pour y voir au loin la flamme d'une torche qui s'approchait de leurs positions. Il avait surement dû sentir la fumé et préférer quitter avant qu'on ne tombe sur lui. Ce qui était complètement normal au vu de sa situation, mais elle laissa son regard vagué vers les entailles laissées, révélant sa présence aux yeux de tous.

Elle soupira une nouvelle fois, et cette fois-ci, certainement pas de soulagement.

Elle fit un pas de coter, laissant son corps tombé dans le vide et atterrir lourdement sur ces pieds, laissant deux belles traces dans le sol. Les disques de fonte bougèrent puis viennent changer de forme, plient leur forme originale pour redevenir qu'un métal en mouvement liquide. Ledit liquide vient rapidement boucher les trous fait la créature, et les fentes disparurent à leurs tours. En se relevant, elle ne fit que lever une main vers le mur, expriment en langage corporel une main qui lisse une surface et il n'y avait plus aucune trace de son passage. Elle leva la tête vers le mur, si elle ne se dépêchait pas, l'homme ou la femme qui était de service ce soir la verrait. Elle regarda donc le mur puis avança vers ce dernier sans plus.

Elle n'avait même pas fait deux pas que l'acier sembla bouger, se liquéfier comme de l'eau pour lui laisser un passage et dès qu'elle fut passée, ce dernier se referma sur elle, ne laissant plus aucune trace de son passage. Aciana ne fit que fermer les yeux, et écouta ce que le métal avait à lui dire.

Un pas,
Deux pas,
Trois pas,
Et puis stop.

Quelques secondes s'écoulèrent sans qu'il n'y ait d'autre bruit, la personne devait regarder par-dessus le mur, s'assurant que tout allait bien et voulant rassurer son esprit que le bruit qu'il avait attendu n'était que le fruit de son imagination. Avait-elle bien fait de cacher les traces de l'homme ?

Mais ce qui était fait était fait, un très vieux proverbe de son maitre.

Au bout d'une minute, elle entendit à nouveau les pas, s'éloignant cette fois-ci de sa position, ne laissant que sur son une fine onde de choc qui se répercutait dans le corps de la jeune femme comme une goute qui frappe une surface d'eau, s'éloignant rapidement vers l'extérieur. Le fer qui se trouvait devant elle, se liquéfia à nouveau, tombant vers le sol pour lui permettre de passé et qui reprit sa forme sans défaut quand elle s'éloigna rapidement.

Le vent nocturne lui apporta plusieurs flagrances, un doux parfum de fleur sauvage, l'odeur de la terre humide qui semblait encore gorgée du sang des morts, laissant à peine une légère odeur métallique sur son passage et il y avait l'herbe trempée de la rosé. Le vent semblait être du côté de la créature, faisant danser l'herbe haute des steppes, lui offrant ainsi la cachette parfaite. Elle espérait sincèrement qu'il était parti au loin sans se soucier d'elle.

Maintenant, elle devait continuer sa route.


_________________
''La mort,
 c’est elle qui vous fait tenir debout.

C’est elle qui dicte les actes.

C’est elle qui peint le monde.
Et elle qui vous emportera tous.''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Black Fang
Moi puissant!
avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 30/11/2013
Age : 27
Localisation : A step ahead

Feuille de personnage
Faction: Hurleurs
Niveau: ?
Point de Vie:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Juste un peu plus loin... (PV. Aciana)   Lun 1 Sep - 17:11

Bondissant et disparaissant derrière les arbres, je fis volte-face afin de poursuivre la créature froide comme le fer du regard, guettant chacun de ses pas. D'aussi loin, j'avais peine à discerner sa couleur lorsqu'elle descendit à la hauteur du mur. Forçant mes yeux à faire les différences de nuances, je ne la quitta point du regard, jusqu'à ce qu'elle disparaisse. Mes yeux confus s'agrandir alors que je faisais quelques pas vers l'avant.

*Une porte secrète?*


Je savais que je rationalisais, mais j'avais peine à y croire. Elle avait simplement disparut à travers le mur. J'ignorais comment elle s'y était pris, mais je la voyais plus. Un grondement sourd échappa de ma gorge, sinistre preuve de la frustration de voir une proie s'échapper. Un oeil avertit remarquerait que les oiseaux ne s'envolèrent pas, comme si ces derniers étaient trop terroriser pour attirer l'attention sur eux. Un silence complet se fit, comme si tout cessait de bouger. Mes yeux devinrent sombre alors que je préparais mentalement le massacre que je réservais aux constructions des humains afin de la retrouver.

Toute notion de raison quitta mes pensés. J'étais ici par curiositée, et j'avais compris que je ne devais pas prendre action avant le temps envers les humains. La phase de la lune avait toujours mon horloge personelle, sa lueur changeant mon tempérament de façon draconienne. À la demi-lune, la rage commence à prendre contrôle de la raison, à la pleine lune, je disparaissais... En ce moment, la seule chose que je voulais, étais voir la créature froide ouverte devant moi, afin que je puisses voir de quel couleur était son sang...

Alors que j'étais sur le point de charger la muraille, je la vis ressortir tout aussi simplement qu'elle était disparut... Mon expression crispée fondit en un instant pour se remplaçer par la même curiositée vivace qui m'avait traîner jusqu'ici. Je devais savoir... Il fallait que je sache... Alors j'attendis que la femme bleu disparaisse le long de la muraille. Je n'étais pas le meilleur des traqueurs, préférant beaucoup plus trouver des prédateurs prêt à défendre leurs territoires plutôt que des proies qui fuient. Mais j'étais convaincut que si je trouvais l'entrer secrète, je trouverais une réponse....

Lorsque celle-ci disparue à l'horizon, j'approcha à nouveau de la muraille. Traversant la colline d'un pas incertain, je continuais de scruter chaque recoin du mur, cherchant les traces de mes griffes ainsi que celle de la porte que la femme bleu avait utiliser. Une fois au pied du mur, je reconnus mon odeur présente, mais je ne vis rien. Absolument rien. Si mon visage ne démontrait en rien ma surprise, mon regard lui trahissait ma confusion, cherchant de long et en large des traces de notre passage.

Je plaqua ma paume contre la muraille, cherchant signe de l'entrée qu'elle avait utiliser. J'ignores combien de temps je suis rester là à essayer de comprendre, je cherchais n'importe qu'elle signe, en vain. Alors que l'aube commençait à pointer à l'horizon, que l'odeur du mur était maintenant impregné dans ma mémoire et que je vociférais intérieurement contre l'existence de quelque chose que je n'arrivais pas à comprendre, j'eu une idée.

L'odeur du mur différait légèrement là où elle était entrer. Mais ça demeurait l'odeur grise des orches brillantes des mines. Et je me rappelas de la hutte étrange que Camelia m'avait montrer. À l'intérieur aussi il y avait des odeurs étranges. J'avais déjà vue dans la forêt des petites proies dont la fourrure poussait la mousse, leur perméttant de se cacher beaucoup plus efficacement.

Je plaças mon oreille contre le mur et cogna dessus encore une fois, m'assurant qu'il n'y avait aucune caviter, mais j'étais certain de me découverte. La femme est le mur avait une odeur semblable. Ce n'était pas que la femme n'avait aucune odeur, je ne l'avais simplement pas capter parce que le mur l'avait cacher. S'était-elle cachée dans le mur comme une couleuvre dans un marais?

Regardant le long du mur là où elle avait disparut, je me rappela la jeune femme qui pouvait se transformer en ce qu'elle voulait. Était-il possible qu'elle aurait pût également se transformer en quelque chose comme le mur? Était-ce ce que la femme bleu avait fait? Laissant les questions disparaitre au fond de mes pensés, je me dirigea à nouveau vers la forêt, les rayons de lunes maintenant dissipés, j'avais retrouver mon calme habituelle. Ma curiositée maintenant dirigé vers autre chose... Je me retournas une dernière fois dans la direction que la jeune femme avait disparue, laissant l'éclat orangé du soleil illuminée mon regard. J'ignorais ce que je voulais pour l'instant, mais le monde hors de la forêt était définitivement.... Intéressant... Pensais-je alors que je m'enfonça à nouveau dans la forêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Juste un peu plus loin... (PV. Aciana)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Juste un peu plus loin... (PV. Aciana)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» J'ai juste envie de partir loin d'ici.. |Ft Ma apata d'amour ♥|
» Gérard Jean-Juste janbe kafou a
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» OH CONS SEYE ELEC TORO ! VOTRE 12 JANVIER N'EST PAS LOIN !
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eleirya :: Ensemble Heinidd :: Ansil'Lith :: Le Rideau de Fer-
Sauter vers: