Eleirya

Forum rp fantaisiste.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Spectacle Nocturne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kumiko Ayumi
Mains Sanglantes
avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 16/01/2014

Feuille de personnage
Faction: Aucune
Niveau: 2
Point de Vie:
120/120  (120/120)

MessageSujet: Spectacle Nocturne   Mar 28 Jan - 1:23

Allongée dans les herbes hautes de la vallée de Cynil, son corps fondu dans le paysage, Ayumi observait paisible et reposée l’océan noir, scintillant d’or qui se présentait sous ses yeux. La lune ronde éclairait de ses doux rayons argents le visage pâle de la jeune fille, sa blême lueur illuminait ses ébènes mais étrangement nulle lumière ne semblait s’y refléter, comme absorbée. Le vent glacé était telle une caresse sur sa peau, il la faisait tendrement frissonner. Le hululement, glapissement, feulement des bêtes, le froissement des feuilles, tous ces chants étaient une harmonieuse berceuse. Cette nuit était si belle, si calme, digne d’être respectée et honorée. La guerrière se sentait apaisée, et toute pulsion meurtrière ou malsaine avait quitté son esprit.

Ayumi ferma les yeux, ses sens en éveil, elle prêtait attention au moindre petit bruit de la nature environnante, son odorat distinguait la myriade de parfums qui l’entourait, son toucher ressentait l’humidité de la terre…Elle avait une respiration longue profonde, comme celle d’un enfant qui dort profondément. Doucement, sa main chercha son éternel compagnon, celui dont la présence la rassurait, elle se resserra sur son corps puis lentement la jeune fille se leva, replaçant dans ce même mouvement son sabre à la ceinture.

Debout, le regard toujours clos, elle prit une profonde inspiration, l’essence de la rosée, des herbes et de la terre lui chatouilla le museau. Une ombre de sourire perça sur son faciès de marbre tandis que son pouce caressait la garde de son arme. Un léger déclic se fit entendre, et avec une délicatesse sans égal Ayumi tira de quelques centimètres sa lame hors du fourreau, libérant prudemment Shieien de sa prison qui la remercia d’un chant envoûtant. Elle ouvrit alors les yeux et observa le spectacle qui s’offrait à elle.

Là, dans cette immense clairière sauvage à l’histoire douloureuse, s’élevèrent de la terre mille et une lumières. Ces petites boules d’une faible incandescence blanche envahirent les lieux alentours puis ce fut à nouveau l’obscurité. La jeune fille laissa calmement glisser son pied gauche vers l’arrière, discrètement ses genoux vinrent-à fléchir de quelques centimètres, sa poigne s’affirma sur son compagnon dont la mélodie résonnait en cet éden pour tous ceux qui voulaient bien l’écouter. Les ténèbres à peine instaurées furent à nouveau chassées : des corps spectraux peuplaient à présent la vallée et s’animèrent.

La guerrière laissait son regard errer d’un être à un autre, elle pouvait distinguer des hommes et des femmes en armures, s’affrontant dans un combat sans merci, elle entendait les coups étincelants du métal s’entrechoquant, les hurlements des meurtries, les pleurs, les peines. Elle entendait les clairons, les cornes, les chiens qui aboient, les ordres qui tonnent. Elle voyait les armes danser, le sang giclé dans une poussière de lumière, les membres voler et les corps s’effondrer puis s’éteindre lentement. Un spectacle magnifique pour une nuit tout aussi sublime.

La jeune fille patientait, elle observait ce rare phénomène, elle –derrière son masque de marbre qui lui servait de visage- prenait plaisir à cette danse macabre, et bien plus même, elle se sentait honorée comme toujours car ces êtres ne se montraient qu’à de rares élus, selon des critères bien spécifiques. En effet les Lampyres également surnommés fées, lucioles ou vers-luisants étaient des créatures polymorphes (seulement faite d’une faible lumière blanche malléable) forts timides et particulièrement exigeantes, voire même capricieuses. Puits de savoir dépourvues de parole, elles s’expriment par des images spectrales ou ombragés et des sons, capable de reproduire des scènes entières de l’histoire dont elles ont été témoins ainsi que d’imiter les voix qu’elles ont pu entendre –Ayumi les soupçonnait d’ailleurs d’être bien trop intelligentes pour dévoiler leur capacité de parole- mais elles ne divulguaient leurs connaissances  qu’à des personnes qui pouvaient avoir une certaines affinités avec ce qu’elles avaient à leur montrer. Cependant ces affinités pouvaient être en tout genre : une émotion, un besoin, une envie, un trait physique, un objet, n’importe quoi qui pouvait servir d’excuses aux Lampyres pour passer un petit moment auprès des autres êtres vivants de ce monde, tout en faisant en sorte que leurs apparitions restent rares. En vérité la gamine n’avait pas encore tout compris de ces créatures mais elle savait que c’était un honneur, surtout que l’affinité qu’elles lui avaient reconnu avec la vallée de Cynil était la violence, l’esprit combatif, la volonté de vaincre, rien ne pouvait décemment mieux la flatter.

Ayumi replongea Shieien au fond de sa cellule étroite, et toutes les lumières disparurent. Un instant s’écoula tandis qu’elle savourait ce moment, cet instant unique qui n’appartenait qu’à elle. Puis d’un geste vif et précis elle dégaina, parant une lame blanche et ce fut alors à son tour d’entrer en scène. La guerrière pivota sur elle-même, se penchant sur le côté afin d’esquiver une lance de lumière, sa lame pourfendit le corps qui la tenait et celui-ci s’évanouit dans la nuit, elle porta une nouvelle attaque, en para une autre, en esquiva une, tourna sur elle-même… elle faisait chanter Shieien et celui-ci la faisait danser. Oui les Lampyres s’amusaient avec cette talentueuse gamine, attirés pour une raison obscure par les vibrations de son arme, et à leur manière ils l’entraînaient, l’encourageant à conserver les affinités qu’elle avait avec ce lieu déchu, et elle, elle savait qu’elle pouvait y laisser la vie. En effet, aussi étrange que soit ces créatures, elles étaient capable de blesser, les lames  n’étaient pas de fer mais tranchaient comme telles, les coups heurtaient, les morsures blessaient, et la moindre imprudence de sa part pouvait entrainer la mort, et bien que les Lampyres ne faisaient que jouer, ils avaient parfois du mal à reconnaître les limites car pour eux elle ne représentait guère un danger, la seule chose qu’ils craignaient…c’était lorsque leur amie la Dame Lune se couchait… et encore ce n’était qu’une déduction, Ayumi n’en avait pas eu de preuve concrète et ils s’étaient bien tenus de lui avouer leur faiblesse malgré ses tentatives.

Le jeu dura, et dura, et bien que la jeune fille avait ressenti une potentielle menace, elle ne s’arrêta pas car les lucioles ne s’étaient pas cachées, reconnaissant donc que l’être qui était présent à quelques mètres avaient également une raison d’être là, de pouvoir les voir. La curiosité évidemment piqua au nez de l’Ascet ainsi qu’un brin de jalousie qu’elle étouffa aussitôt. Ces moments étaient si rares, cette nuit était si belle, que pour une fois elle se moquait bien que quiconque puisse l’observer, et dans cet éden, sous la lueur argent, entourée de mille lumières, elle était au paroxysme de sa beauté guerrière, démontrant une dextérité et une rapidité sans pareil, ses mouvements étant vifs et fatalement précis.

Ayumi laissa encore quelques temps s’écouler, profitant de ce divertissement, laissant son esprit libre s’harmoniser avec les envolées de Shieien puis lorsqu’elle songea à accélérer le rythme, à montrer plus d’ardeur et de prouesses, elle plongea sa lame dans son fourreau et les ténèbres revinrent seulement éclaircies par les rayons de la lune.

Elle se tenait là, au cœur des herbes hautes, quelque peu taillées à présent par la danse qu’avaient menée les créatures auparavant, le dos droit, la tête haute, les cheveux au vent, et le bras reposant sur le fourreau, la main délicatement posée sur la garde de son compagnon. Elle avait à nouveau les yeux clos mais son visage son corps tout entier faisait face à la direction où se trouvait la présence. Elle prit une profonde inspiration, analysant les odeurs que le vent lui portait. Une odeur de…bête sauvage ?! Cela l’intriguait, une fois que son esprit eut quitté l’état de transe dans lequel il avait été, elle daigna enfin ouvrir les yeux pour découvrir ce qui était là, à quelques mètres.


Dernière édition par Kumiko Ayumi le Dim 2 Fév - 19:58, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Black Fang
Moi puissant!
avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 30/11/2013
Age : 27
Localisation : A step ahead

Feuille de personnage
Faction: Hurleurs
Niveau: ?
Point de Vie:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Spectacle Nocturne   Ven 31 Jan - 2:47

La lune était presque pleine, et comparativement, ma raison s'affaiblissait de plus en plus... Encore une fois je n'avais pas résister à sortir de la forêt la nuit, un comportement que je paierais cher un de ces jours... Alors que je traversais les derniers mètres de la forêt, je pouvais entendre les hiboux cesser de hululer lorsqu'il détectait ma présence, les rongeurs s'immobiliser, seul le vent à travers les feuilles continuait de briser le silence macabre qui me suivait.

Alors que je fis mes premiers pas sous forme bipédale dans la vallée, mes sens détectairent les bruits d'un combat bien avant que mon regard ne se pose sur une lueur lointaine, captivant ainsi mon attention. Grattant la peau cuireuse qui ornait mon torse d'une main non-chalante, je lêchas mes gensives arborant un regard frôlant le meurtrier. La luminescence colorant habituellement mon regard de jour avait complètement disparut, comme si mes iris absorbaient la lueur même refléter par l'astre nocturne blanchâtre qui ornait le ciel.

Un air sombre de prédateur, une respiration sourde et mal contrôler, une peau cuireuse d'un gris sale et toujours sous forme humaine, je traversa à grande emjambé la clairière vide, si rapidement que si ce n'était de ma taille démesurer, on aurait pût croire à un fantôme... Je n'aurais probablement pas dût sortir de nuit... En général je tentais de me terrer au fond de la forêt, afin de m'éviter moi-même... Et pourtant... Mes récentes escapades se faisaient de plus en plus nombreuses...

Alors que je traversais la clairière à grand bonds, je pouvais sentir la résistance glisser sur mon torse, rafraîchissant un corps bouillonant d'émotions contradictoire dût à l'apparition d'une lune presque pleine, peut-être que je n'arriverai pas à me contrôler en cette balade nocturne... Le fracas de chaque attérissage s'estompa alors que j'étais à plusieurs dizaines de mètres de la scène, reconnaissant les petites créatures je pris le temps de ralentir afin de trouver la raison de leurs apparition.

Les danseuses de lunes semblaients être la raison des bruits de combats, rare étaient les fois où je les avais vut aussi actives... À travers mes années de vie, il m'avait été possible d'observer ces créatures à quelques reprises, mais jamais ces dernières n'avaient-elle démontré preuve qu'elle me voyait... Toujours, ils m'ignoraient, comme si je n'étais même pas présent parmis eux... Marchant à travers la tumultes de petites apparation lumineuse, je me diriga vers une odeur que je ne reconnaissais pas...

Après quelques secondes j'apercus une petite femme se défendre contre les assauts incessants des lames luminescentes, cette dernière semblait en parfait contrôle de son environnement, pas une seul goutte de sueur ne perlait sur son front... Quelque chose m'alerta... Cette personne n'était pas normal... Son odeur... Aucun manque de souffle... J'avais déjà vue une humaine auparavant, ainsi qu'une femme étrange dont la provenance m'échappe encore... Et pourtant, mes sens m'indiquaient que cette personne ne faisait partie d'aucune de mes précédentes rencontres... Était-ce une enfant de la nuit? Camelia avait citer ce nom à plusieurs reprise, peut-être cette personne faisait partie de ce clan en particulier?

Après une danse des lames d'un exotisme rare, la scène disparut au complet lorsque cette dernière rangea son arme, prouvant qu'elle avait posséder le total contrôle jusqu'à la toute fin... Après un court instant, le silence lourd et malaisant qui traçait mon chemin depuis ma renaissance refis surface, comme si le vent lui-même étouffait les sons de bruissements de l'herbe... Étant presque le double de la taille de la créature que j'observais, et ce malgré le fait que mon échine était courbée, la scène ressemblait presque à une fâble que l'on raconte aux enfants afin de les effrayer...

Lorsqu'elle ouvrit finalement les paupières, je me pencha un peu plus et plongea mon regard dans le sien, comme si j'y cherchais la réponse de son existence qui m'était inconnue, je fixais cette dernière, étudiant ses yeux comme si je pouvais y voir son âme même, à la recherche de quelque chose d'intangible... Les quelques secondes qui suivirent était comme si le temps s'était arrêter, ma façon personnelle d'étudier une personne que je venais de rencontrer, surtout que cette personne avait attirer ma curiositée. Non seulement pas ses prouesses étranges, mais d'avantages parce que j'avais ce doute qui s'insinuait dans mon esprit, qu'elle était beaucoup plus qu'elle n'y paraissait. Mais rare était les fois que je m'exprimais, et cette lune oval n'était pas pour aider mon cas...

Une lueur témoignant d'une fureur ancestrale s'empara de mon regard avant de disparaître presque aussitôt, j'avais eu l'impression que j'aurais projeter ton mon être sur la frêle femme afin de la réduire en charpis. Un grondement sourd s'échappa de ma gorge, brisant le silence dans un fracas presque caverneux... Des questions et des émotions contradictoires se bousculaient dans mon esprit, mais mon corps et mon regard demeuraient impassible désormais. Le temps s'écoulait, je restais immuable, scrutant toujours les traits fins de l'être qui semblait porter une arme qui ressemblait aux descriptions de l'armement des humains...

La lune baignait le décor maintenant morne et sinistre d'une lueur faible en comparaison du spectacle d'une qualitée rare qui avait été offerte quelques minutes plus tôt, donnant à l'environnement un contraste déplaisant, comme si une tempête venait tout juste de passer, et qu'une autre était sur le point d'éclater sans crier gare...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kumiko Ayumi
Mains Sanglantes
avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 16/01/2014

Feuille de personnage
Faction: Aucune
Niveau: 2
Point de Vie:
120/120  (120/120)

MessageSujet: Re: Spectacle Nocturne   Lun 3 Fév - 22:04

Les yeux dans les yeux, les deux protagonistes se fixaient avec une profonde curiosité, cherchant à percer l’autre à jour. La tentation de se nourrir sur cette créature était dévorante ; le plat était apporté, elle n’avait plus qu’à se servir et pourtant elle se contenta de baver devant, se demandant si le dessert ne serait pas plus intéressant si elle se privait un peu pour le moment. Un grondement s’éleva dans les airs, résonnant à travers toute la clairière, quelle douce mélodie songeait la jeune fille qui aperçut au loin derrière l’inconnu quelques petites lumières se montrer un bref instant avant de disparaître à nouveau.

La belle nuit était devenue dangereusement calme, l’atmosphère presque pesante, cependant le tableau d’un œil extérieur devait paraître magnifique, une toile digne d’un sombre artiste névrosé aux contes des frères Grimm, dommage qu’elle ne fut pas vêtue de rouge car il lui semblait bien avoir vu le loup, pensa-t-elle avec une certaine ironie avant de murmurer d’une voix dépourvue de toute chaleur :

« Oh mais c’est une peluche… »
Ayumi laissa apparaître une espèce de rictus sur son faciès de marbre. Elle avait reconnu la race de ce colossal monstre qui lui faisait face par son odeur si caractéristique et par son allure si particulière. Ses sens étaient en éveil animés par un souvenir celui de sa rencontre avec les Hurleurs, encore une encontre qui finissait dans un bain de sang :

La jeune fille aimait errer dans la forêt d’Eriat malgré les nombreuses rumeurs et mises en garde qu’elle avait pu entendre ; elle trouvait ce lieu apaisant, sans doute par sa verdure luxuriante, et l’harmonie qu’elle y trouvait était de tout repos mais un jour qu’elle s’y promenait, elle se retrouva encerclée par quelques individus. A cette époque, elle ne connaissait pas encore ces créatures, elle n’avait eu que des échos et ce fut dont avec une excitation éveillée par une immense curiosité qu’elle observa avec fascination leur transformation et lorsqu’elle se retrouva humaine parmi les bêtes elle n’attendit pas plus et se jeta sur eux, souhaitant connaître leurs forces et capacités. Son sabre dansa en un parfait duo avec sa personne, le sang gicla, les hurlements perturbèrent l’équilibre de la forêt… le combat fut rude mais bref.

Encore une rencontre qui finissait en bain de sang mais au moins cette fois-ci cela n’avait pas été décevant, bien au contraire elle s’était amusée et c’est avec un sourire aux lèvres, qu’elle perdit connaissance dans son propre sang, observant les créatures s’en aller la laissant pour morte…


….Ce qu’elle aurait été si Shieien n’était pas intervenu, du moins c’est ce que pensait Ayumi mais la réalité était surement qu’elle avait été retrouvée… Elle ne s’en souvenait pas mais à son réveil elle était seule, propre, soignée et à l’abri dans une grotte, toute trace sur son corps ayant disparue. En revanche elle se souvenait d’une chose celle qu’elle avait réussi à en abattre un et à blesser le reste de la petite meute mais ses forces avaient été insuffisantes pour la mener à la victoire.

*Mais j’ai évolué depuis*
La jeune fille était effectivement devenue plus forte depuis cette défaite, elle connaissait et maîtrisait à présent les capacités qu’elle avait à ce moment-là tout juste découvertes, et aussi elle en savait un peu plus sur ces créatures, ce qui lui ôtait une belle difficulté.

Le regard plongé dans celui qui lui faisait face, elle attendait de voir sa réaction vis-à-vis du terme peluche ; c’était ce que lui inspirait les hurleurs, de grosses bêtes poilues avec lesquelles elle pouvait s’amuser comme une enfant câline ses doudous. Cependant si certains pouvaient penser à une moquerie, une provocation, la gamine ne le voyait pas ainsi mais s’en servait telle quelle juste pour créer du divertissement.
Néanmoins la vérité, cachée au plus profond d’elle, était qu’elle vouait une fascination pour les Hurleurs, elle était intriguée par eux, elle les admirait par leur étrange nature et les respectait pour leur force brute. Elle brûlait d’envie d’en connaître plus quitte à coucher une fois de plus avec la mort.

Sans qu’elle ne le réalisât, Ayumi s’était approchée de la bête. A un mètre environ de cette dernière, la jeune fille effectuait la danse de la curiosité, son corps se déplaçait avec lenteur et prudence, décrivant doucement un cercle autour de l’objet d’émerveillement. Son regard glissait d’une courbe à l’autre, d’un point à un autre, chaque détail semblait être analysé, mémorisé… Comme envoûtée, elle avait oublié ce qui l’entourait, où elle se trouvait ou la menace que la créature représentait. Elle voulait juste voir, découvrir, connaître…. Entailler, décomposer, éventrer, décortiquer, disséquer, éplucher, dépecer, démembrer… elle voulait juste tout savoir par la seule manière dont elle était capable de converser : par le sang.

La poigne de la guerrière se serrait et desserrait sur la garde de Shieien, trahissant son envie difficilement contenue… Elle désirait l’attaquer, le titiller juste pour qu’il lui révèle ses secrets mais elle attendait, elle savourait. Elle avait là un spécimen rien que pour elle, et sous cette nuit décidemment que trop belle, le destin lui avait fait présent d’un précieux joyau, il lui fallait donc en prendre soin même si tout son être désirait danser pour la Déesse Lune avec cette créature, un de ses enfants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Black Fang
Moi puissant!
avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 30/11/2013
Age : 27
Localisation : A step ahead

Feuille de personnage
Faction: Hurleurs
Niveau: ?
Point de Vie:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Spectacle Nocturne   Mer 3 Sep - 21:52

L'étrange femme parlait, mais je n'entendais rien, ses mots ne m'importaient point. Mes yeux rivés dans les siens, je cherchais quelque chose. Chaque personne que je rencontrais, les Alphas, les créatures aux pouvoirs étranges, chacun d'entre eux avait la lueur familière au fond de leur regard. Une lueur qui me parlait. Une lueur qui m'expliquait.

Où était-elle...

Je n'arrivais pas à voir la peur dans son regard, pourquoi? Quel créature sur terre ne craint pas sa propre destruction? N'est-ce pas l'instinct même du guerrier? De l'animal ou de toute chose? De vouloir survivre?

Je ressentais une colère vive frappé mon esprit, après avoir eu la chance de voir ses prouesses, je croyais avoir enfin trouver une guerrière du nouveau monde. J'aurais pût l'étudier, la comprendre et ainsi essayer d'imaginer ce qui effraie les chamans à l'extérieur de la forêt.

Mais non.....

Elle commença à faire quelque pas vers moi, j'avais l'impression que je la fendrais sur place, détruisant ainsi la seule chose qui avait attirer mon attention cette nuit... Un grondement sourd s'extirpa de ma gorge, mes lèvres légèrement retroussés, des crocs qui donnait peine à croire que j'avais une carrure humaine se dévoilèrent.

Lorsque la petite créature armé d'une brindille reluisante entrepris sa démarche de duel autour de moi, quelque chose se brisa à l'intérieur de mon esprit. Tout espoir d'avoir trouvé quelque chose de nouveau s'effaça. Elle n'était pas une représentante de son monde, elle n'était pas une guerrière, ni même un objet d'intérêt. Il n'y a qu'une chose qui ne ressens pas la peur. Elle est comme moi...

Un monstre.

Et il n'y a qu'une seule chose à faire avec un monstre.

Comme si les cieux eux-mêmes déploraient le fait que je décide de tuer quelqu'un quelques instants après l'avoir rencontrer, le tonnerre gronda, et quelques secondes plus tard une pluie épaisse commença à s'acharner sur la vallée.  Les étoiles disparurent peu à peu des cieux, laissant une lune brumeuse comme seul lumière pour la deuxième tempête.

La dernière fois que j'avais vue quelqu'un capable de penser me défier, j'avais 13 hivers. Il hurla grâce alors que je lui arrachait les os du corps. La peur l'avait envahit jusqu'au plus profond de son âme, avant que je ne l'éteigne à jamais.

Je ferais de même avec cette chose.

Je la savais déjà précise, très habile et tenace, j'avais vue énormément de grands guerriers, mais jamais une comme elle, le nouveau tableau qui allait se peindre allait certainement être graver dans ma mémoire. Mais tous, oublie à quelle point la différence de force est grande, jusqu'au moment où leurs os se fracasse à l'intérieur de leurs corps.

Rugissant pendant un instant, sonnant la cloche que le deuxième acte allait finalement débuter, je ne fis qu'un pas pour effacer la distance entre nous, et d'une long mouvement de bras, paume ouverte et griffes sortit, je prévoya la frapper et la réduire en charpie d'un seul coup, l'envoyant valser une douzaine de mètre plus loin, les os fracturés et la chaire sanguinolente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Spectacle Nocturne   

Revenir en haut Aller en bas
 
Spectacle Nocturne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand la virée nocturne se transforme en cauchemar | Nicolas de Ruzé |
» Escapade nocturne [Galyana]
» [Pays du Thé] - [Menue Tâche] - Nées pour le Spectacle
» Entretien nocturne [Ashenie de Sephren]
» Combat nocturne ou dans des lieux plus que sombres.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eleirya :: Ensemble Heinidd :: Ansil'Lith :: Vallée de Cynil-
Sauter vers: