Eleirya

Forum rp fantaisiste.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le commencement de quelque chose. (R.)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sélinia N. Doreth
Yeux Jaunes
avatar

Messages : 107
Date d'inscription : 30/11/2013
Localisation : Dans un coin tranquille

Feuille de personnage
Faction: Guilde des Magiciens
Niveau: 5
Point de Vie:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Le commencement de quelque chose. (R.)   Ven 29 Aoû - 18:42

Le corps chaud et nu de la demoiselle se mit doucement en marche, reprenant délicatement le rythme de son cœur qui s'accélérait pour lui offrit l'opportunité de reprendre une nouvelle fois vie. Elle se mit doucement à bouger, s'étirant tel un félin son mince corps, frôlant de son dos arqué la fourrure de l'homme qui dormait toujours durement. Elle bailla, ouvrant la bouche en dévoilant ces dents et tirant un peu la langue puis ouvrit son regard jaune sur les murs sombres de la pièce. Ça longue chevelure sombre bougeait puis s'étira en camouflant le devant du corps de la demoiselle quand elle se redressa, prenant une position accroupie sur le matelas de R, trouvant une position qui lui serait stable. Elle observa de gauche à droite, tournant la tête avant de poser son regard sur le corps de l'homme à fourrure. Elle finit par bouger vers le pied du lit, bougeant avec délicatesse et grâce pour éviter de réveiller R, puis sauta très doucement au lit, n'offrant que le léger bruit de ces cheveux qui caresse le plancher de bois.

Elle sembla observer une dernière fois la pièce puis quitta, refermant en silence la porte derrière elle sans oublier la clé que l'homme lui avait offert la vielle au soir, la clé qui lui permettrait d’ouvrir presque toutes les portes de ce manoir. Une fois seule, elle réalisa la froideur des lieux, loin l'idée de dire que le manoir était un endroit froid d'émotion, c'était tout l'inverse, elle trouvait ce vieux bois accueillant, mais c'était plutôt l'air vagabond qui filtrait aux travers les vielles planches et fenêtres. Elle frissonna de la tête au pied, puis se mit en marche vers les grandes marches qui menaient à l'entrer puis tourna sur la droite, longeant le couloir qui la menait vers la cuisine. Elle si arrêta, observant la fourrure de la vielle, mais la trouva rapidement encombrante, elle la reposa donc à son endroit.

Puis doucement, son regard tomba sur le large tablier qui ferait suffisamment l'affaire pour la couvrir. Elle l'enfila donc, passant la large ganse autour de son cou, mais qui malheureusement ne cachait presque point le haut de son corps, mais ceci ne l'arrêta point. Elle passa les longues bandes dans son dos, croissant le surplus de tissu au niveau de ces reins, puis tourna deux à trois fois, offrant un étrange corset serré au niveau des hanches et retenant le tablier en place. Elle remonta le surplus des bandes pour les passer dans la ganse du haut, puis serra vers le bas, remontant le haut pour couvrit le haut de son corps, n'offrant d'un dos semi-dénudé et une parti de ces jambes à l'air. Elle glissa les mains sur le tissu rugueux, mais sourit doucement, ceci ferait l'affaire. Elle offrait que très rarement d'attention à ces vêtements, mais si elle voulait vivre ici et survivre au froid, elle devrait y remédier et rapidement.

Elle observa à nouveau la cuisine, prenant conscience de chaque objet dans la pièce, de leurs emplacement personnel, de l'environnement offert, des grandes fenêtres qui offraient une magnifique vue sur l'arrière du manoir, sur l'immense jardin sauvage qu'elle devrait parcourir et découvrir, mais pour le moment, elle avait fait une promesse envers l'homme qui l'accueillait chez lui. Elle retrouva l'étrange boite qui dégageait du froid, gardant certains aliments au frai et fouilla à l'intérieur. Elle trouva œuf, un peu de viandes sauvage qu'elle pourrait couper en tranches et jeter sur le feu. Elle se souvient d'avoir vu patate, pain encore frais, fromage et fruit qu'elle voyait ici même. Elle prit ce donc elle avait besoin comme ingrédient et se dirigea vers le four. Elle y plaça bois et y mit le feu avant de lui laisser le temps de chauffer. Elle s'occupa de préparer la nourriture, omelette, avec morceau de viande et quelques légumes qu'elle trouva encore bon, mais très peu, préférant la viande aux végétaux.

Une fois le feu prêt et les braises bien présentes, elle y glissa une plaque d'acier qu'elle fit chauffer et finit par y jeter le beurre et l'omelette. Elle y jeta le restant de viande couper en tranches et après seulement quelques minutes une odeur des plus alléchante remplissait la pièce. En attendant, elle prépara la table, le pain fut couper, le fromage suivit, puis raisin et pomme coupée et posée dans une large assiette. L'eau sur le feu se mit à bouillir, puis elle alla préparer le liquide sombre qui allait leur offrit leurs carburants matinal. Elle rajouta le lait et les cubes de sucre brun qu'elle avait trouvés puis revient vers le four ou la viande bien juteuse l'interpellait. Elle sortit le tout et déposa dans plusieurs assiettes, ne restait plus cas aller sortit l'énorme créature de son sommeil et à l'amener jusqu'ici. Elle avait encore beaucoup à apprendre, mais il fallait bien commencer quelque part.

Elle refit le chemin inverse, gravissant les marches et remontant le couloir jusqu'à la porte de R. Elle sortit d'une des poches du tablier convertit en robe et ouvrit facilement cette dernière. Elle remonta sur le lit retourna à son emplacement de la nuit et l'observa quelques secondes. Devait-elle réellement le réveiller ? Il semblait si paisible et surtout qu'il n'avait pas dormir depuis plusieurs jours si elle se souvenait bien. Mais déjà dans la pièce l'odeur alléchante de la nourriture chaude l'envahissait, traitresse dans le silence et la discrétion de la demoiselle. Elle finit par rejeter ces cheveux vers l'arrière et avancer le haut de son corps proche de son oreille, murmurant délicatement :

-Monsieur R ? Le déjeuner est près et vous attend sur la table.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R.
Le Fatlosophe
avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 11/07/2012

Feuille de personnage
Faction: Les Lettres
Niveau: 1.
Point de Vie:
135/135  (135/135)

MessageSujet: Re: Le commencement de quelque chose. (R.)   Ven 5 Sep - 23:43

Une voix douce vint tirer R. de son sommeil. Était-il en train de rêver? Était-ce un curieux souvenir que son inconscient avait gardé, les mémoires d’une des nuits qu’il avait eu avec l’une de ces belles femmes qui se trouvaient dans la ville où il vivait autrefois? Et cette étrange odeur délicieuse qui flottait… sa mémoire était-elle donc phénoménale au point de se rappeler du repas mangé lors de sa visite surprise chez cette femme?

Le hurleur finit par ouvrir doucement l’œil droit, puis son œil gauche. Il redressa doucement la tête, s’éloignant de la source de la voix qu’il venait d’entendre. Son regard se posa ainsi sur la jolie jeune femme qu’il avait accueillie chez lui la veille. Cette charmante demoiselle au regard inhumain qui semblait si intéressée à la magie. Il sourit en la voyant.

« Bien le bonjour, Sélinia. »

Il se redressa complètement, prenant une position assise dans le lit, avant de se relever. Il se tint droit, avant de s’étirer complètement. Chacun des membres de son corps sembla se crisper pendant un moment, avant de se détendre à nouveau. Il se retourna, toujours souriant, vers Sélinia.

« Vous êtes très matinale, ma foi! C’est tout le contraire de moi, maintenant. Enfin, cela dépend des situations, il faut dire. Parfois je ne dors que quelques heures, et d’autres fois, je dors une journée entière avant de me relever! » R. huma l’air, et en eu l’eau à la bouche. « Et vous avez même préparé à déjeuner? Quel bonheur! Je n’aurais pas cru me réveiller ce matin avec un déjeuner qui m’attendait! Je vous en remercie de tout mon cœur! »

Le philosophe posa les yeux sur son pantalon, toujours au sol. Il se pencha donc pour le saisir, et l’enfila sans plus de cérémonie. Après tout, il avait vu la charmante jeune femme devant lui nue toute la soirée. Pourquoi serait-il, lui, intimidé à l’idée d’être nu devant elle? En réalité, il ne s’en souciait que très peu. Mais par son habitude à porter un pantalon quand il était dans son manoir, il la portait généralement chaque matin, machinalement, comme une routine.

Lorsqu’il eut finalement enfilé son bout de vêtement, il se retourna à nouveau vers la jeune femme. En souriant, il regarda l’accoutrement de la jeune femme, puis devint pensif. Il était vrai qu’elle n’avait aucun vêtement, ici. Comme elle était arrivée nue et sans rien mis à part sa propre personne, il aurait été étonnant qu’elle ait quoi que ce soit la journée d’après. Il tendit la patte à la jeune femme, toujours en souriant.

« Eh bien, si nous allions gouter ce déjeuner que vous avez si gentiment préparé ce matin? Cela fait un bon moment que personne n’a pas cuisiner pour moi! Enfin, étant donné que je vis généralement seul, ou que mes visiteurs font rarement à manger… enfin bref! Pour être tout à fait honnête, j’ai aussi plutôt faim! Et cette odeur me rend impatient d’y gouter! Quelle bonne idée vous avez eu de me lever avec cette odeur, Sélinia! Il parait que je suis plutôt de mauvaise humeur quand je me lève le matin, normalement. À entendre A., je serais quelqu’un de terrible le matin! »

R. se mit à rire, avant de se diriger vers le couloir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sélinia N. Doreth
Yeux Jaunes
avatar

Messages : 107
Date d'inscription : 30/11/2013
Localisation : Dans un coin tranquille

Feuille de personnage
Faction: Guilde des Magiciens
Niveau: 5
Point de Vie:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: Le commencement de quelque chose. (R.)   Dim 7 Sep - 23:58

Sélinia sourit doucement, reculant son corps propre corps pour laisser tout la place à R. Elle sourit doucement, ressemblant à un chaton qui attend son compagnon de jeu. Elle penche la tête sur le côté, observant l'homme-loup étirer son corps pour bien confirmer son réveil, elle semble froncer un peu les sourcils, matinale, elle ? Non, loin de ceci, mais elle ne dormait point aussi longtemps que lui, mais l'avait-elle réveillée trop tôt ? Et pourtant, la soirée ne faisait que commencer, leur aillant permis de dormir toute la journée. Elle hoche doucement la tête, lui rendant la salutation puis parle doucement, bougeant pour venir s'asseoir sur le matelas encore chaud de la présence du loup. Malgré elle, elle prend une grande respiration, assimilant doucement l'odeur suave et animale de l'homme.

-Je dirais plutôt bonsoir, R, et le soupé est passé depuis bien longtemps, j'ai déclaré le déjeuner parce que je venais de me réveiller moi-même, pardonne-moi mon erreur.

Elle hoche une nouvelle fois l tête, acquit aux paroles en observant l'homme enfilé son pantalon. Elle trouva la scène étrange, mais loin d'être déplaisante, mais il était tout de même spécial de voir une telle créature revêtir des vêtements humains. Mais selon lui-même, il avait été humain autrefois, puissant mage qui avait eu une ambition trop grande. Mais au moins, il ne semblait pas regretter ces choix et encore moins être partir dans un délire personnel.

Elle finit doucement par ce lever, lissant sa robe improvisée. Elle leva par la suite les yeux vers lui, souriant une nouvelle fois en offrant un visage heureux et serein et agrippant la grande pattes qui c'était tendit vers elle sans hésitation. Elle la serra contre la sienne en laissant ces doigts s'entremêler dans la fourrure. Elle en ronronna presque de plaisir, puis le suivit aussi docilement qu'un petit animal de compagnie heureux qu'on lui porte de l'attention.

-Je ne trouve pas que tu sois de mauvaise humeur, je te trouve même joyeux. Déclara-t-elle en laissant échapper un rire.

Une fois à la cuisine, elle alla chercher le liquide noir et amer, rapportant la bouilloire sur la table, versant déjà le tout dans deux tasses. Puis elle prit place à cette dernière, la même que la vielle. Ensuite, elle sembla attendre que R prenne place, connaissant le code à suivre en compagnie d'un homme, surtout depuis l'entente qu'ils avaient fait la vielle. Elle tiendrait sa part du marcher comme il se devait. Elle s'accouda doucement à la table, puis déclara en croisant les mains :

-J'espère que ça te plaira.

Elle attendit qu'il commence a manger, savourant un peu le goudron qui avait été sucré à pâlir avec du lait. Elle but plusieurs gorgées, savourant une des tranches de pain toaster à même le four avant de recommencer à parler.

- J'espère que vous avez bien dormi ? La prochaine fois, j'attendrais que vous soyez debout pour préparer à manger, je ne voudrais pas apporter confusion et problème.

Elle sourit doucement, commençant maintenant a attaquer son assiette, aillant déjà balayer de la main le ''problème'' qu'elle y avait vu, ne s'attardant plus sur des détails qui ne devaient plus être important. Mais ce qui devait être le plus frappant chez la demoiselle, était à quel point elle pouvait être une entité contradictoire, tantôt civilisée, plus tard plus animal selon sa personnalité et ces manières. Elle ne semblait pas réaliser la différence énorme qui se dégageait parfois, trouvant le tout surement aussi normal qu l'intelligence et l'apparence d'Hurleur de R.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R.
Le Fatlosophe
avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 11/07/2012

Feuille de personnage
Faction: Les Lettres
Niveau: 1.
Point de Vie:
135/135  (135/135)

MessageSujet: Re: Le commencement de quelque chose. (R.)   Ven 12 Sep - 21:54

Décidément, depuis l’arrivée de cette jeune demoiselle, R. ne voyait pas le temps passé. Le regard du hurleur se porta vers la fenêtre, où il pouvait effectivement voir le jour décroitre peu à peu. Déjà le coucher de soleil pointait, alors que le soleil n’était déjà plus visible derrière les arbres de la forêt d’Eriat. Le hurleur se gratta la tête derrière l’oreille, les yeux dans le vide. Il n’y comprenait décidément rien.

« Hm… Eh bien! Alors soit! Un délicieux souper nous attend toujours, n’est-ce pas? J’ai l’eau à la bouche depuis que j’ai senti les douces odeurs qui provenaient de la cuisine en me levant! Cela fait bien des années qu’on n’a pas cuisiné pour moi, je dois l’admettre! Même à l’époque où j’avais encore une forme humaine, j’étais celui qui cuisinait. Il faut dire, des années passé dans les bois à jouer les bucherons avec d’autres hommes, il faut qu’il y en ai un qui sache cuisiner, sinon, ils n’auraient jamais rien mangé!... Mais je crois que je m’égare, de toute façon. Alors! Direction la cuisine! »

Il descendit les marches, accompagné de de Sélinia, et se dirigea sans plus attendre vers la cuisine. Ses pas n’étaient guidés que par son odorat. Il se dit qu’il espérait qu’il n’y aurait pas d’autre créature qui pouvait sentir cette odeur, sinon, ils auraient droit à une visite surprise. D’autre part, les hurleurs n’étaient pas exactement réputés pour leur technique de cuisson… Enfin. Peu importe. À la vue du repas, il se lécha les lèvres, et renifla l’air.

« Oh, ma chère, Je ne vous remercierai pas assez pour ce repas!... Je me serais probablement fait quelque chose moi-même, si vous n’aviez pas été là. Mais! Cependant, rien qui n’aurait été aussi grandiose!... Généralement, je fais dans le plus simple. Enfin, se faire à manger, à soi-même uniquement, ça ne donne pas vraiment envie de faire quelque chose de complexe, même si la complexité est quelque chose de relatif selon la situation et les personnes et… Oh, et puis au diable les spéculations! J’ai envie de profiter du repas que vous m’offrez, Chère Sélinia!»

Ce n’était pas du tout dans ses habitudes de ne pas expliquer chacune des pensées qui lui traversait l’esprit, mais en ce moment, son esprit n’était occupé que par une seule chose ; manger. Il prit place dans la chaise qu’il avait prise la nuit dernière, et saisit l’assiette devant lui, la regardant, prenant connaissance de chaque élément qui s’y trouvait. Après un moment, il attaqua, utilisant une fourchette beaucoup plus grosse qu’une fourchette ordinaire. Elle était adaptée à sa taille. Il se servit, et porta la bouché à sa bouche. Il se mit alors à gouter chaque parcelle de gout de cette omelette qui, malgré tout, était plutôt simple. Mais le simple fait qu’elle avait été cuisinée par une autre personne que lui-même, et le fait qu’il n’en avait pas mangé depuis longtemps. Du moins, pour ce qui était d’une omelette.

« C’est savoureux, je dois le dire! Évidemment, que cela me plait. »

Il était rare que R. ne fasse pas une énorme explication sur pourquoi cela lui plaisait. Il fut coupé dans l’explication qu’il aurait voulue donné par une envie folle d’en reprendre, ce qu’il fit sans tarder. Il remarquait les drôles de manière de Sélinia, ne comprenant pas exactement ce qu’elle faisait. Elle attendait qu’il ait commencé? Était-ce ainsi chez les humains, désormais? Est-ce que les femmes se servaient vraiment après les hommes? Quelle étrange coutume. Elle semblait aussi… différente, dans un sens. Elle semblait beaucoup moins… instinctive, comme si elle venait soudainement de prendre les coutumes et mœurs des nobles, ce qui, encore une fois, troubla un peu R., qui se demandait comment on pouvait changer autant. Sa façon de parler était cependant la même, alors ce n’était probablement pas volontaire. Peut-être ne s’en rendait-elle même pas compte, en fait. R. balaya son questionnement de sa tête, profitant du repas.

« Oh! Vous me réveillez quand vous voulez, en autant que cela fasse au moins quelques heures! Sinon, je peux dormir pendant une journée complète. Surtout si c’est pour manger, je n’ai aucun problème à me lever! »

Le hurleur se mit à rire, avant de boire le contenu de la tasse. Il déposa ensuite sa tasse vide sur la table, à côté de son assiette presque complètement vide. Il avait dévoré, tout en prenant le temps de savourer chaque élément du repas.

« Eh bien! C’était un repas de roi, j’en suis sûr! »

Il déposa ses bras sur la table, et se pencha vers l’avant, songeur. Cette étrange robe que s’était confectionné Sélinia lui fit réaliser qu’elle n’aurait aucun vêtement, si elle retournait en ville.

« hmm… Eh bien! Vous aurez besoin de vêtements, si vous voulez retourner en ville! Moi, forcément, je ne peux pas y aller pour des raisons évidentes. Je me propose pour vous fabriquer quelques morceaux. Après tout, j’ai fait de la couture. C’est moi qui aie fait ce pantalon, et mon manteau. Ce ne sera probablement pas les vêtements les plus magnifiques du monde, mais ils seront pratiques. Oh, et maintenant que j’y pense, essayer de ne pas emprunter les voies terrestres, ou du moins, pas celles qui sortent du sentier. J’ai un collègue et ami qui… enfin, lui ça l’amuse de passer dedans pour tout déclencher, mais il a installé beaucoup de pièges autour du manoir. Juste… éviter de passer dedans. Je doute que vous vouliez vraiment aller vous aventurer dans la forêt de toute façon… »

R. se releva, et se dirigea vers la porte qu’il avait emprunté la nuit dernière pour rejoindre un puit. Il fit signe à Sélinia de le suivre, avant d’ouvrir la porte.

« Les lieux sûrs sont ceux entourés par cette murailles, là-bas! »

Il pointa du doigt ce qui avait dû être une muraille autrefois, et qui n’était maintenant plus qu’une ruine.

« Dans ce… appelons cette cours un jardin, tiens. Dans ce jardin, vous serez à l’abri de la majorité des monstres vivant dans la forêt, et il n’y a pas de pièges. Essayez d’emprunter la voie des airs, si vous voulez vous déplacer en forêt. Autrement, je vous escorterai jusqu’à l’orée de la forêt. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le commencement de quelque chose. (R.)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le commencement de quelque chose. (R.)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Y a-t-il quelque chose qui puisse valoir ...
» Envie de taper sur quelque chose
» Si vous voyez quelque chose tomber en poussière, sachez que la Lumière approche.
» Dessine-moi... Quelque chose :B
» Un lien c'est quelque chose d'unique, qu'il soit positif ou négatif. Alors, vous en voulez un avec moi ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eleirya :: Ensemble Heinidd :: Ansil'Lith :: Foret D'Eriat-
Sauter vers: