Eleirya

Forum rp fantaisiste.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Pour des raisons politiques... (PV Malice)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Raven Crow
Scarlet Wings
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 10/08/2012

Feuille de personnage
Faction: Empire
Niveau: 1
Point de Vie:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Pour des raisons politiques... (PV Malice)   Mar 14 Aoû - 15:37

La mer était calme, cette nuit. L’eau ondulait doucement, laissant les vagues produire quelques sons de brisures sur les rivages, et sur le bateau qui voyageait vers Cerandor. Et quelle embarcation, d’ailleurs. Ce n’était pas sa taille qui le rendait impressionnant. Il avait les dimensions d’un bateau de taille moyenne. Non, ce qui était impressionnant, c’était tout ce qui accompagnait son équipage. Une dizaine de garde armée patrouillaient sur le pont, comme si une menace planait sur l’embarcation. La voile était noire, simple, sans détails, comme pour un navire fantôme, ou des pirates. La cabine du capitaine occupait près du quart du bateau, et deux énormes escaliers montaient au dessus, là où se situaient le gouvernail, et plusieurs autres gardes.

Ce qu’on ne voyait pas sur le pont, c’est que cette « cabine du capitaine » était plutôt l’équivalent des quartiers nobles. Chacune des personnalités relativement importantes d’Ansil qui accompagnait tout ces gardes avait sa propre chambre. C’était entre autre la raison de la taille impressionnante de cette cabine.

Debout à l’avant de l’embarcation, et recouverte d’une cape à capuchon, je tournai ma tête, fixant les gardes. Pour eux, je n’étais personne d’important. J’étais supposément ici pour m’assurer du bon déroulement du voyage. Et en fixant les rondes des soldats, je me dis qu’une nouvelle fois, mon père avait exagéré sur la sécurité de ses filles et de ses fonctionnaires. D’un autre côté, je ne m’en préoccupais guère. Qui étais-je pour juger des actions de notre Empereur.

Je me remis à fixer l’eau, et le brouillard mince qui flottait à sa surface. Mis à part cela, le temps était très clément. Le ciel était recouvert d’étoile, et la lune brillait dans le ciel, reflétant les mouvements de l’eau. Le spectacle en valait le coup. Finalement, cela n’aura pas été une complète perte de temps de venir jusqu’ici.

Oui, inutile. La raison de ce voyage était politique. Mon père tenait à ce que ses deux filles soient présentes lors d’une quelconque audience dont je n’avais ni retenu les motifs, ni les noms des invités. Voyez à quel point le sujet m’intéressait. Mais tout compte fait, je préférais être ici. Je pourrais donc avoir le loisir de veiller sur ma sœur cadette, et éviter qu’elle apporte avec elle… eh bien, ce qu’elle était le plus douée pour faire.

Des pas s’approchaient de moi. Un des gardes quittait sa ronde? Comme c’était inusité. La plupart était… nouveau. Par nouveau, je ne veux pas dire inexpérimenté. Je veux dire que mon père arrivait encore à leur faire peur avec le fait que si vous quittez votre poste ne serait-ce qu’une seconde, vous risquez la peine capitale. Je ne tournai pas la tête. Un simple coup d’œil à droite me fit savoir que c’était bien un soldat, et qu’il avait réalisé que le temps était calme, et qu’il pouvait bien se détendre un peu.

« Belle nuit, n’est-ce pas? »

« Oui… » Répondis-je. « Très belle nuit. »

Il se tut quelques secondes, pour fixer dans la même direction que moi. La conversation ne s’arrêterait pas là… J’en avais la certitude. Et bien sûr, son regard revint se poser sur moi.

« Je me demande pourquoi on a besoin d’autant de gardes. C’est vrai, on est dans notre pays… »

« L’Empire ne fait pas l’unanimité, mon cher. Theiseth ne se trouverait pas dans Ansil’Lith si c’était le cas. Et il y a d’autre menace, en dehors du royaume… et celles-ci sont parfois assez téméraires pour s’aventurer même sur nos territoires. »

Je tournai finalement la tête vers lui. Mon visage était à peine visible. Seule ma bouche apparaissait clairement, en un sourire. Je le vis hocher la tête, avec l’expression typique de la personne qui vient de perdre son argumentation. Il tourna les talons vite fait.

« Bien, dans ce cas, je ferai mieux d’y retourner, au cas où un gros poisson aurait envie de bouffer notre bateau! Ah ah ah! »

Je rigolai à cette remarque. Parfois, j’avais l’impression d’avoir oublié à être heureuse, de rire, et d’apprécier la vie. Ces gens y arrivaient encore, décidément. Je les enviais pour cette raison. Mon regard se reposa à nouveau sur la mer, en attendant la prochaine interruption à ma contemplation.

Je me mis rapidement à me demander quelles étaient mes obligations, dans cette ville. Ma sœur était probablement au courant. En revanche, moi, j’avais écouté d’une oreille très distraite les paroles de mon père. Si je pensais en ce moment que ma sœur pourrait probablement m’éclaircir les idées, c’est que j’entendais les pas doux d’une chaussure disons… plus délicate que les grèves des soldats. Je tournai la tête, et puis… bingo. Ce qu'elle faisait hors de la cabine des nobles, je n'en avais encore une fois, aucune idée.

_________________

The shadow of the scarlet wings flies upon you...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malice Crow
Maliceuse, moi? Jamais!
avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 11/08/2012

Feuille de personnage
Faction: Empire.
Niveau: 1
Point de Vie:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: Pour des raisons politiques... (PV Malice)   Mer 15 Aoû - 3:44

Les grandes voiles noires du majestueux navire impérial, le propulsait à une vitesse vertigineuse sur les eaux sombres de Ceresse. La jeune princesse avait toujours eu un faible pour les paysages marins. La réverbération des astres sur l'eau, les odeurs marine et le sentiment de liberté qu'offrait la navigation. La nuit venait à peine de tomber sur l'océan et le capitaine avait ordonné aux matelots de mettre les bouchés double. Malgré le fait qu'il détenait la réputation du meilleur capitaine de l'empire, l'homme savait pertinemment qu'il était beaucoup plus ardue de naviguer de jour et ce même avec le plus rapide des navires. Pourquoi donc? Évidemment quand le capitaine, les officiers de bord et les passagers sont tous des vampires, naviguer de jour deviens un véritable défis. Heureusement que l'équipage était-il majoritairement composé de goules qui pouvaient s'occuper des tâches générales de jour comme de nuit!

Alors que tout le monde s'affairait sur le pont, Malice, elle, se trouvait seule dans sa somptueuse cabine. Assise sur son lit, la jeune femme observait distraitement son reflet dans le grand miroir au fond de la pièce. Cette dernière, d'un air pensif, lissait machinalement les plies de sa délicate robe d'été qui avait coûté l'équivalent de la solde de tous les gardes du navire combiné. Les broderies de soie importés d'Ushiu valaient vraiment une fortune! Il fallait le dire, personne dans tout l'Enssemble ne savait produire et travailler la soie comme les artisans de la grande citée d'Ushiushen!

Un léger sourire se dessina sur les lèvres de Malice alors que cette pensée traversait son esprit. Le contenue de sa cabine était plus précieux que le navire lui-même. Mais, malgré tout le luxe et les babioles bien rangés dans sa chambre, la princesse s'ennuyait au plus haut point. Malice c'était imaginé, avec excitation, commencer ce voyage sur le pont à observer les étoiles sous la caresse d'une douce brise marine. Alors, quand on lui avait appris que le navire allait appareiller juste avant l'aube pour des raisons techniques, cette dernière c'était bien vite renfrogné. La journée avait ainsi très mal commencer pour et cela l'avait mise de mauvaise humeur.

La journée qu'elle venait de passer à l'intérieur l'avait épuisé plus qu'autre chose. Aussitôt à bord les nobles c'étaient tous enfermé dans leur cabine en affirmant qu'ils ne sortiraient pas avant d'avoir atteint le port. La jeune femme fut donc livrée à elle-même, seule. Même les goules ne lui avait prêté aucune attention, trop occupé à courir par-ci, par là!

Malice posa ses mains sur ses genoux une seconde avant de se lever et de marcher jusqu'au miroir qu'elle regardait maintenant plus attentivement. Elle scruta ses éblouissants yeux rouges en faisant tournée distraitement, entre ses doigts, une mèche de ses longs cheveux d'ébène.


'' Miroir, miroir, dit moi qui est la plus ennuyée des princesses? '' Fit-elle en laissant s'échapper un soupire de lassitude.

'' Que pourrais-je bien faire pour que les choses bouges? Les gardes sont affreusement ennuyeux! Ils sont beaucoup trop zélés. Que pourrait-il bien nous arriver en plein centre de Ceresse? L'équipage est encore pire que les gardes! Ils sont tellement concentrés sur leurs tâches que je me sens complètement invisible! Un bal sur le pont, en pleine mer, aurait été tellement excitant! Mais évidemment, aucun des nobles n'acceptera de sortir. Tout le monde est si ennuyeux sur ce navire! Que faire pour mettre fin à cet état de lassitude? ''

Maintenant que le soleil c'était couché, Malice avait bien l'intention de faire payer à l'abrutis qui avait pris la décision de devancer le voyage. Un sourire indescriptible se dessina sur son visage alors qu'une idée éclairait sa situation.

'' Miroir, miroir, dit moi qui est la plus malicieuse des princesses? ''

Malice s'empara alors de sa brosse à cheveux et entrepris de peigner ses cheveux. Elle divisa sa chevelure bouclée en deux couettes égales, pour ensuite les attacher avec de simples rubans bourgognes. La princesse ouvrit ensuite la commode pour en ressortir une courte veste de laine légère, se terminant juste en dessous de la poitrine, sa favorite. Chose faite, elle tourna sur elle-même pour s'apprécier du regard, puis resta une seconde à s'observer d'un air songeur.

'' Il manque quelque chose... Que pourrais-je bien ajouter? '' Songea-t-elle en regardant dans toute la pièce.

Ses yeux brillants se posèrent sur les fleurs de lotus qui ornaient sa commode. Sans plus de cérémonie elle s'approcha des fleurs, en coupa une et la piqua dans ses cheveux au niveau de sa couette droite. Elle se tourna vers le miroir une ultime fois et fit battre doucement ses paupières en souriant malicieusement.

'' Avec cela l'effet jeune fille parfaite et sage est vraiment réeussie! Je crois que je peux être fière de moi!'' Dit-elle avec un petit rire cristallin.

'' Il ne me reste plus qu'à trouver Raven et je vais enfin pouvoir m'amuser.''

La jeune fille marcha alors à l'extérieur de sa cabine et ne fit pas trois pas avant de croiser un garde. Ce dernier s'immobilisa et salua la princesse à la manière des militaires. Malice lui répondit d'un sourire radieux avant de lui faire signe d'approcher.

Garde: '' Que puis-je pour vous lady Crow? ''

'' Auriez-vous l'obligeance de m'indiquer si vous avez croisé une autre jeune femme avec les yeux rouges et les cheveux d'un noir profond sur le navire? Un peu comme les miens en fait. Elle devrait aussi normalement porter une dague et un sabre. ''

L'homme prit quelques secondes pour réfléchir avant de répondre.

Garde: '' J'ai bel et bien vu une femme répondant à cette description sur le pont. Serait-elle... ''

Malice le coupa d'un geste de la main avant qu'il ne puisse enchainer. Elle connaissait très bien la question que le garde allait lui poser et la princesse n'avait absolument aucune envie de répondre. De plus, Raven n'avait certainement pas envie que la garde complète du navire découvre qui elle était.

'' Merci pour votre aide, vous m'avez été d'un grand secours! Pouvez-vous m'escorter jusqu'à la demoiselle en question? ''

Prit de cours, le garde n'eu d'autre choix que d'oublier sa précédente question pour répondre à la fille de l'empereur.

Garde: '' Je suis votre obligé lady Crow. ''

Le garde prit les devant et conduisit Crow par la porte menant sur le pont. À l'instant même où elle posa les pieds à l'extérieur, Malice fut subjuguée par le paysage qu'elle aimait tant. L'attente dans la cabine en avait tout de même valu la peine se dit-elle. Cependant, cela ne détruisit en rien son envie de jouer un mauvais tours. Ils allaient devoir payer pour cet ennui. L'homme s'arrêta brusquement et désigna du doigt une femme qui observait l'océan à l'autre bout du pont.

Garde: '' Voici la femme que vous m'avez décrites princesse. ''

La jeune femme dépassa l'homme avant de se tourner vers lui. Elle fixa son regard dans les yeux du garde en souriant d'un air espiègle.

''Merci beaucoup pour votre aide. Vous pouvez maintenant disposer. Ne quittez cependant pas le pont, je pourrais peut-être avoir encore besoin de vos services. Je verrai à vous récompenser dûment à notre arrivée à Cerandor.''

Garde: '' Votre générosité me touche mylady. Vous me trouverez prêt de la porte si vous avez besoin de moi. '' Acquiesça-t-il en signant ses paroles d'une révérence.

Elle lui fit un nouveau sourire puis s'éloigna d'un pas léger et discret en direction de la femme qui devait être Raven. Au même moment cette dernière se retourna et les deux soeurs se regardèrent. Quelques secondes plus tard, Malice avait rejoint son ainée.


'' Bonsoir Raven. ''

Malice se tourna vers les eaux sombres de Ceresses pour les observer. En cet instant, elle se concentra sur le sont de l'océan et ne dit mot pendant plusieurs secondes. Une fois satisfaite, elle prit la parole à nouveau.

'' L'océan est magnifique... Dommage que le voyage est si ennuyeux n'est-il pas? J'étais vraiment excitée à l'idée du voyage. Tu sais pourquoi? ''

La princesse quitta à regret sa contemplation et se retourna vers sa soeur, l'air triste et las.

'' Si j'ai décidé d'entreprendre le voyage c'est avant tout parce que j'ai envie de visiter Cerandor, la citée des îles! De plus ce voyage me donne une magnifique occasion de me montrer et de promouvoir mes capacités de négociatrices. Oui, une superbe occasion de rendre père fier de sa délicieuse fille cadette! Cependant, tu sais à quel point j'aime l'océan... ''

Malice posa ses poings fermé sur ses hanches. Une ombre de colère passa furtivement sur le visage de la jeune femme.

'' J'ai dû passer la journée toute seule, enfermé dans un cube de bois! Je ne sais pas qui est l'idiot qui a décidé de changer l'heure d'embarquement, mais il a gâché mon plaisir! ''

Elle fit un mouvement lent et vague de la main pour désigner le navire dans sont ensemble.

'' Mais cet idiot n'est pas le seul à m'avoir dérangée! Tu as vu ces gardes et ses matelots! Ils sont effroyablement coincé. C'est à peine s'ils lèvent les yeux! Ils sont tellement concentrés! On dirait qu'ils s'attendent tous à une attaque! Mais le pire, ce sont ces lâches de noble! Ils se sont enfermé dans leur cabine. Tu ne trouves pas qu'un bal sur le pont aurait été une activité fabuleuse? ''

La princesse frappa le pont du pied d'un air contrit. Il était cependant maintenant possible de détecter une lueur d'amusement dans son regard rouge flamboyant.

'' Pendant que j'attendais la nuit dans ma cabine, j'en suis venu à une conclusion. Le voyage dure trois jours! Tu imagines trois jours avec des gens aussi ennuyeux? ''

Malice porta alors ses doigts à son visage en prenant un air pensif. Un sourire malicieux se dessina doucement sur les lèvres de la jeune femme. Une expression que sa sœur ne connaissait que trop bien.

'' J'ai donc décidé que je devais faire quelque chose pour décoincer tout ce beau petit monde! Après tout si je ne le fais pas, qui le fera? Quelqu'un devras payer pour l'ennui que j'ai subi. Regarde bien.''

Crow fit claquer sa langue contre son palais en dirigeant son regard vers le soldat qui se tenait toujours prêt de la porte. Son rire cristallin s'éleva de sa gorge alors qu'elle prenait place contre le bord du navire. L'espace d'une seconde cette dernière sembla devenir aussi môle qu'une poupée de chiffon. Aussitôt le garde prêt de la porte poussa un cri d'alerte. Une seconde plus tard le cri était repris de partout et le chaos commença.

Malice revint à elle juste à temps pour agripper le bord et ne pas s'effondrer sur le sol. Une fois sont équilibre retrouvé, la princesse posa la main droite sur son front en souriant de plus bel.


'' Je crois qu'un terrible monstre marin nous attaque! Heureusement que nos gardes étaient prêt à passer à l'action pour défendre le navire! Mais le plus terrible est qu'il semblerait que la jeune princesse de l'empire soit tombée par-dessus bord! Qu'allons-nous faire Raven? '' Ajouta-t-elle en riant, les yeux pétillant de malice.


Dernière édition par Malice Crow le Lun 20 Aoû - 6:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raven Crow
Scarlet Wings
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 10/08/2012

Feuille de personnage
Faction: Empire
Niveau: 1
Point de Vie:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Pour des raisons politiques... (PV Malice)   Lun 20 Aoû - 1:58

En regardant ma soeur arrivée, je ne pus m'empêcher d'avoir une foule de pensées traversant mon esprit. Par exemple, Ma soeur avait vraiment l'air d'une petite fille, comme ça. La petite que tout le monde adore, mais qu'au fond, cache toujours une mauvaise idée. Et J'avais le pressentiment que c'était ce qu'elle venait faire sur le pont... Elle me rejoignit donc sur le bord du bateau, avant de me saluer.

"Bonsoir, Malice," répondis-je, tout simplement, avant d'ajouter avec un sourire, "Tu t'es surpassée, pour ton air de jeunesse éternelle... Dis moi quel est ton secret?"

Je me mit à rire de ma propre verbigération. Je savais qu'elle n'aimais pas être traitée en enfant. Pour la jeunesse éternelle... disons simplement que d'être un vampire aidait. Je ne m'attardai ni sur le sujet, ni sur la réponse de ma soeur. Elle se mit à contempler la mer, et me raconta à quel point elle trouvait le voyage ennuyeux. Personnellement, je me fichais un peu des activités possible sur le bateau, en fait. J'arquai simplement les sourcils lorsqu'elle me demanda si je savais pourquoi elle était excité à la perspective de ce voyage. Je pris un air interrogateur, sans répondre. Même sans aucune réaction ou même réponse verbale, je savais que Malice continuerait son discours. Et évidemment, elle me raconta pourquoi elle voulait venir. Je me mis à penser qu'avant tout, c'était parce que père nous avait, à toutes les deux, ordonné de rejoindre Cenrandor pour une raison dont je ne connaissais pas la raison. Politique, politique, politique, ai-je dit politique? C'était la seule chose que j'entendais lorsque mon père parlait, parfois. Je haussai les épaules, simplement.

"Pour moi, ce voyage n'est qu'une autre perte de temps ridicule investie par père."

Je savais que ma soeur aimait l'océan. Aussi, je fus d'accord avec elle, lorsqu'elle dit que l'heure d'embarquement avait été choisie à l'arrache. Nous aurions très bien pu partir dans la nuit, et se permettre une vrai nuit de voyage. Le sourire me revint lorsque je vis les gestes de ma soeur. Elle avait ce don d'être théâtrale. Cela m'amusait, parfois. Comme en ce moment, alors qu'elle faisait un drame, avec le voyage. Oui, ma soeur m'amusait aussi, parfois. j'ai toujours aimé les réactions des gens. Lorsqu'elle parlait des matelots, et des nobles, je riais. Quelle magnifique façon d'exprimer la réalité. Et lorsqu'elle parla du bal, je soupirai, souriante. Je ne participais que rarement à ce genre d'activité, non pas parce qu'elle ne m'attirais pas, mais par choix de couverture. Je ne voulais pas exister, dans ce monde politique ou l'hypocrisie et le mensonge régnaient en maître. Je ne pouvais pas faire d'apparition devant les nobles, sinon, ils se douteraient de qui j'étais. Une vampire invitée clandestinement? Non, bien sûr que non. Tout le monde était au courant que l'Empereur avait une fille ainée, une certaine Raven, que personne ne voyait vraiment. Me dévoiler dans un bal ne serait pas très brillant de ma part, moi qui tentait de m'effacer.

"Oui, en effet," répondis-je donc finalement à ma soeur. "Il y a longtemps que je ne me suis pas permise de participer aux bals de l'Empereur..."

Puis, je me mis à fixer les yeux de ma soeur. Cette petite avait quelque chose derrière la tête. Mon sourire tomba, laissant place à l'interrogation. La curiosité l'emportait sur le bon sens. Je ne devrais pas vraiment la laisser s'amuser ainsi... Peu importe la manière dont elle allait le faire. Elle voulait faire payer. ça s'annonçait déjà très mal.

"Malice... mesure bien tes..."

Un cri survint au fond du navire, puis un autre, et encore un autre. L'alerte. Je soupirai. J'étais exaspéré. En à peine quelques secondes, j'étais déjà découragé du comportement de ma soeur.

"Actes... Oh, Malice, petite peste, qu'as-tu encore fait..."

Alors que ma main droite venait se coller à mon front, je fermai les yeux, en souriant. Je devais reconnaître que la situation m'amusait. Profiter de l'incrédulité de ces gardes et marins était quelque chose d'agréable... jusqu'à un certain point. Je me mis à fixer ma soeur, alors qu'elle m'expliquait de quoi il était question. Cette plaisanterie n'était pas si grave, finalement... Et une idée me traversait l'esprit. Un éclair passa dans mes yeux, alors que je fixais ma soeur. Mon bras gauche se transformait peu à peu en un tentacule bien long, qui se dirigeait subtilement vers Malice... avant de l'agripper fermement à la taille. Je riais.

"Pourquoi pas ajouter un peu de réalisme dans ton histoire, ma très chère jeune soeur?" dis-je en éclatant de rire.

D'un coup, j'approchai le corps de Malice près de moi, avant de sauter tout simplement à l'eau, en criant d'une fausse peur. Néanmoins, il avait paru crédible, apparemment, car des gardes accouraient. Et alors que je les entendait arriver, je finis par ne plus rien entendre, à part le son de l'eau dans mes oreilles.

Parlant de cette eau, je réalisai que ce n'était pas exactement ma meilleur idée. Elle était complètement glaciale. J'en fus néanmoins ravivée. Je trouvais cette sensation bénéfique, mais ma soeur n'apprécierait probablement pas. Je défis mon tentacule pour reprendre l'aspect de mon bras normal, et d'accrocher Malice, et de remonter à la surface. Je lui gardait le corps hors de l'eau jusqu'à la taille. Elle était extrêmement légère, en fait... Un rire s'échappa de ma bouche, alors que j'agitais mon bras droit vers le haut, faisant signe au marins.

"Dépêchez vous! La princesse est tout près! Jetez des cordes, quelques choses! Elle va mourir de froid si vous ne faites rien! Elle est très jeune, son corps ne supportera peut-être pas l'eau glaciale!"

Je fixai ma soeur, en faisant battre mes jambes dans l'eau. Je la regardais, tout sourire. Cette aventure prenait une tournure qui me plaisait, finalement. J'attendais les cordes avec impatience. J'avais senti leur panique, lorsque j'avais parlé de l'éventuelle mort de la princesse. Je savais que cela n'allait pas arriver... et j'attendais la réaction de ma soeur face à cette remarque sur la jeunesse...

_________________

The shadow of the scarlet wings flies upon you...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malice Crow
Maliceuse, moi? Jamais!
avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 11/08/2012

Feuille de personnage
Faction: Empire.
Niveau: 1
Point de Vie:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: Pour des raisons politiques... (PV Malice)   Mar 21 Aoû - 7:11

Le chaos enflait sur le pont du navire et les alertes se multipliaient. D'où venait l'attaque? Ou était tombé la princesse? Y'avait-il vraiment un monstre marins dans les parages ou était-ce plutôt un bateau de chasseurs ou de l'alliance? Les monstres marins existaient-ils seulement? Bref, beaucoup de questions, mais personne pour y répondre de manière précise. Les ordres étaient de plus en plus contradictoires, les soldats et les matelots ne savaient plus ou donner de la tête. Certains disaient même que la situation ne pouvait pas être pire! Ceux là, se faisaient généralement réprimander, ces mots portaient malheurs c'est bien connu! Quelqu'un avait-il non seulement vu quelque chose? Oui, surement, le garde prénommé Esarin avait vu quelque chose bouger sur la droite! Peut-être esse la princesse? Vite, tous à droite! N'avait-il pas dit à gauche? Peut-être! Vite, tous à gauche! Bref, Malice avait peut-être causé la plus grande pagaille au sein de l'armée impériale depuis sont instauration des centaines d'année plus tôt. La scène était un heureux mélange entre le ridicule et le pathétique. Un réel plaisir pour la jeune princesse qui avait causé cette situation.

Malice chercha du regard le garde qui l'avait accompagné et ne put s'empêcher de sourire légèrement. Bien qu'elle ne le vit pas, cette dernière pouvait l'entendre aboyer des ordres. Il essayait surement essayer de prendre les choses en mains. Esarin avait été chargé par la princesse en personne pour lui servir d'escorte et cette dernière venait de tomber à l'eau. C'était le moment le plus important de sa vie. Soit il allait pouvoir se démarquer et obtenir les louages, soit c'était la fin. Il n'y avait pas que son poste de soldat qui était en jeu, sa vie aussi l'était. Que lui ferait subir l'empereur s'il apprenait qu'Esarin avait laissé tomber sa délicieuse petite fille à l'eau et qu'elle c'était noyée? Des heures et des heures de torture se soldant par une mort des plus raffinées et atroce, probablement.

La princesse savoura le chaos durant quelques secondes avant d'être finalement tiré de ses réflexions par l'attitude générale de Raven. Cette dernière avait-elle réellement du plaisir? Elle souriait et riait. C'était bien la première fois que la grande soeur de Malice prêtait un réel attention à ses diableries. Si la plaisanterie n'amusait pas qu'elle et si sa soeur trouvait cela véritablement drôle, alors la jeune femme s'en réjouissait. Disons qu'elle se sentait moins seule à l'idée de savoir qu'il n'y avait pas qu'elle qui s'amusait du malheur des autres.


'' Moi, une petite peste? Surement pas! Regarde moi bien, n'ai-je pas l'air parfaitement virtueuse? ''
Fit-elle en reprenant son air espiègle contrastant de manière frappante avec son apparence de jeune fille sage et raisonnable.

L'action suivante de sa soeur jumelé à ses paroles, firent naitre en Malice d'étrange émotions. Une curiosité malsaine s'éprit d'elle. Que pouvait bien vouloir dire Raven par ajouter du réalisme à l'histoire? Donnée l'impression qu'une pieuvre attaquait le navire en se servant de ses tentacules? Non, c'était ridicule. Raven venait de prendre sa soeur cadette par la taille. Non, ce n'était véritablement pas le genre de Raven d'agir ainsi, alors quoi? L'idée de l'héritière au trône devait être beaucoup plus simple, cette dernière était une femme d'action... Un éclair traversa l'esprit de Malice, mais oui, c'était pourtant évident!

'' Oh, Raven! Si tu penses à ce que je pense et que tu comptes bel et bien me jeter à l'eau, tu vas m'entendre longtemps! Je te préviens! Tout le monde sur ce navire saura qui tu es, je ne me gênerais surment pas!'' Malice ce surpris elle-même. Malgré la colère qui perçait le timbre de sa voix, ses paroles manquaient clairement de force ou de conviction.

'' Raven... Je... ''

Cet à cet instant que Raven passa à l'action sans l'ombre d'une hésitation. Elle plongea en entrainant sa cadette dans l'océan d'eau noire. Le contacte fut froid et saisissant. Évidemment, lorsque le soleil était couché, il était clair que l'eau se refroidissait rapidement! Bien que cette pensée vit à traverser l'esprit de Malice pendant une seconde, cette dernière était surtout stupéfaite que sa soeur l'est réellement jetée à l'eau. Elle avait vraiment osé le faire! Comment avait-elle pu! Après un instant qui lui parût duré des années, son corps fut tiré vers le haut et sa tête émergea de l'eau. Par réflexe elle prit une grande inspiration et ouvrit les yeux.

La première chose que ses sens en alerte captèrent fut le rire de Raven. Non seulement elle l'avait jeté à la mer, mais en plus elle riait! Une idée fugace, mais pas nécessairement désagréable naquit alors en elle. Et pourquoi pas? La joie du chaos l'avait-elle rendu à ce point heureuse que même le plongeon ne suffisait pas à la rendre de mauvaise humeur? Ou était-ce seulement de savoir que sa soeur l'avait accompagné dans l'océan? Depuis combien de temps Raven et elle ne c'était-elle pas amusé ensemble? Peut-être qu'en fait, Malice était simplement heureuse que sa soeur ainée l'est suivie dans sa plaisanterie jusqu'à la toute fin, allant même jusqu'à n'en rajouter?


'' Tu as vraiment osé le faire! Tu vas me le payer Raven Crow!' Dit-elle en essayant de prendre un air contrit, alors que le rire contagieux de sa soeur annihilait tout espoir d'avoir l'air fâché. Pourquoi pas? Se dit-elle simplement. Oui, pourquoi pas? Il y avait un instant elle s'ennuyait à mourir et maintenant elle prenait un bain de minuit dans l'océan en compagnie de sa soeur alors qu'une véritable armée accourait sur le bord du navire pour les secourir. Que pouvait-elle demander de mieux? À l'exception évidente d'avoir plus chaud!

Malice reprit sa contenance en entendant le commentaire grinçant de sa soeur. À y voir de plus prêt, Raven l'avait insulté durant tout le long de cet évènement. La princesse est très jeune et son corps frêle peut pas supporter le froid? Et puis quoi encore? Raven savait très bien que la princesse détestait qu'on lui parle de son âge ou qu'on la traite en enfant. L'aînée l'avait délibérément insulté.

Elle leva les yeux au ciel en ravalant une note de chagrin mêlé à de la colère. Esarin était évidement le premier arrivé, tout à son honneur. Sans attendre un quelconque ordre, il entreprit de faire descendre une barque de sauvetage à l'eau en utilisant le système de corde et de poulie.


'' Moi qui commençait à apprécier ta compagnie Raven... À vrai dire, tu n'es pas tellement mieux que les autres... C'est tout ce que je suis pour toi? Une enfant frêle?'' Dit-elle cette fois d'une voix ou transparaissait la déception et la mauvaise humeur. Jamais une remarque sur son âge ne l'avait autant atteint. Il fallait le dire, l'insulte avait encore plus de force alors qu'elle venait de sa soeur ainée. L'une des rares personnes qu'elle appréciait vraiment et d'autant plus qu'elles venaient de passer un moment de qualité ensemble, le premier depuis des lustres. Raven avait véritablement un talent fou pour gâcher le plaisir des autres.

'' J'aurais cru que toi et moi nous nous amusions bien... Non, laisse tombé. Je passe une très mauvaise soirée grâce à toi. ''

Esarin: '' Lady Crow! '' Fit le garde alors que sa barque approchait et qu'il tendait la main.

Malice se défit violemment de l'emprise de sa soeur et lui chuchota quelques mots.

'' J'aurais pu leur dire qui tu es pour m'amuser et voir la réaction des gens. Je pourrais encore le faire.''

La princesse tendit la main à Esarin qui la souleva hors de l'eau pour la déposer dans la barque sans le moindre effort apparent.

Esarin: '' Lady Crow, je suis désol... '' Commenca-t-il en lui tendant une couverture chaude.

D'un geste elle le coupa avant d'enchaîner avec un sourire sans joie.


'' Vous êtes arrivé en premier à l'instant même ou que j'ai eu besoin de votre aide. Vous avez donc exécuté votre travail comme convenu. Ne vous confondez pas en excuse, mais aidez...''

Malice attrapa la couverture et prit bien le temps de s'enrouler dedans avant de se tourner vers sa soeur, son sourire avait disparu. Elle ne le méritait pas.

'' Aidez cette personne à qui je dois la vie à monter à bord. J'insiste.''

Esarin s'exécuta aussitôt bien que Raven n'avait clairement aucunement besoin d'aide. Malice attendit que sa soeur soit finalement à bord avant de lui souffler quelques mots à l'oreille de manière à ce que le soldat n'entende rien.

''Oui, je pourrais très bien leur dire, mais je ne le ferais pas. Tu sais pourquoi? Étant donné que je sais que tu n'aimes pas te faire remarquer Raven. Vois-tu, je ne suis pas comme toi, je ne cherche pas à faire du tort à ma soeur. À tout le monde certes, mais pas à toi. ''

Après une interminable minute de silence lourd, à attendre que les poulies est remontées la barque, les passages purement finalement posé les pieds sur le pont du navire. Aussitôt, ils furent accueillit par l'ensemble des passagers et de l'équipage du navire. Entre les matelots heureux, les soldats soulager et les nobles au bord de l'hystérie qui hurlaient des mots incompréhensibles aux roturiers incompétents qui avait laissé la princesse toute seule, Malice se dit qu'au moins sa plaisanterie avait eu l'effet escompté.

Vampire noble: ''Bougez-vous indignes roturié!'' S'écria un lointain cousin de la fille en bousculant Esarin. '' Éloignez-vous de la princesse sur-le-champ espèce d'incapable!

Malice soupira. Les nobles étaient vraiment de pure hypocrites. Oui, sortez et occupez vous de la princesse maintenant que vous avez peur de recevoir un blâme de l'empereur. Se dit-elle avec un demi-sourire. Évidemment, elle pouvait se servir de cette situation à son avantage.

'' L'incapable que vous insultez très cher compte, est l'homme qui m'a sauvé la vie. Je vous prierais de ne pas le blâmer, mais plutôt de le louanger pour avoir exécuté un travail exemplaire. Si tous nos soldats étaient aussi assidu que cet homme, nous aurions vaincu Theiseth depuis longtemps! ''

Aussitôt dit, Esarin devint le héros du jour. Ne lui avait-elle pas promis une récompense? De plus c'était une chance véritable de faire valoir aux autres qu'elle était charitable et bonne. Tout le monde y était gagnant. Même Raven qui passait une fois de plus complètement dans l'ombre maintenant que tout le monde ne parlait que de l'héroïsme du garde.

'' Soldat, je suis las et fatiguée. Je désirais me rendre à ma cabine tout de suite. Auriez-vous l'amabilité de me faire un chemin parmi cette foule?''

Le garde hocha la tête et entreprit de disperser les gens alors que Malice refusait poliment les invitations des nobles à séjourner avec eux dans leur luxueuse cabine. Non disait-elle, mais un bal sur le pont la nuit prochaine serait une superbe idée! Bien évidemment, cette fois ils acquiescèrent tous avec enthousiasme.

Malice ne se retourna pas une seule fois pour chercher sa soeur des yeux et se laissa conduire par le soldat jusqu'à sa cabine. Une fois sur place, la princesse remercia Esarin pour ses services une nouvelle fois, lui demanda à ce qu'il veille personnellement à ce que personne ne la dérange, puis conclut en lui disant de revenir la voir le lendemain pour parler de sa promotion. Chose faite elle s'enferma à l'intérieur et sonna un domestique à qui elle demanda qu'on emplisse sa baignoire d'eau chaude parfumé. Son bain prêt, Malice se glissa dans l'eau et se lava, après tout, l'océan était salé et le sel n'était pas du tout bon pour la peau! De plus, qui aimerait vouloir sentir l'algue et le poisson toute la journée? Puis, habillé d'une simple serviette elle se jeta à plat ventre sur son lit en observant son grand miroir d'un oeil oblique tout en soupirant. La soirée n'était donc pas fini?


'' Miroir, miroir, dit-moi pourquoi Raven ne peut-elle pas me laisser en paix? Bien qu'elle sache que s'il y a quelqu'un que je ne désire pas voir en ce moment c'est bien elle.'' Fit-elle en souriant sans joie alors que Raven elle-même sortait de l'ombre pour répondre à la question.


Dernière édition par Malice Crow le Sam 25 Aoû - 0:43, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raven Crow
Scarlet Wings
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 10/08/2012

Feuille de personnage
Faction: Empire
Niveau: 1
Point de Vie:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Pour des raisons politiques... (PV Malice)   Mar 21 Aoû - 14:51

Rendu dans l'eau, je ne compris pas exactement ce qui s'était passé. Pourquoi Malice avait-elle tout bonnement perdue son sourire? Elle semblait triste, en colère. Je commençais à m'inquiéter à son sujet. Peut-être avais-je fait quelque chose de mal? Ou peut-être qu'elle venait de constater que ses vêtements aussi, étaient trempé? Non, elle n'était pas stupide, elle le savait depuis la seconde où nous étions dans l'eau. Je m'apprêtais à lui demander ce qui n'allait pas, mais elle me prit de court. J'arquai les sourcils à ses remarques. Puis, elle en vint à me dire ce qu'elle n'avait pas apprécié. Je perdis alors moi aussi mon sourire, et je baissai les yeux, pour fixer l'eau devant moi. Cette remarque l'avait affecté à ce point? Évidemment, je savais qu'elle n'aimait pas se faire rappeler qu'elle était la plus jeune, et je jouais souvent là-dessus. Pourquoi, à cet instant, est-ce que cela était aussi blessant? Et apparemment, elle passait une très mauvaise soirée. Je roulai les yeux en soupirant, avant de la regarder à nouveau.

L'agressivité qu'elle mit dans ses mouvements pour se détacher de moi me surpris encore une fois. Et ses paroles furent tout aussi surprenante. Elle n'avait pas l'intention de leur dire, si? Non, elle ne pouvait pas... En fait, je savais parfaitement qu'elle en était capable. J'espérais simplement, alors, que Malice ne m'en voulait pas à ce point. Je m'agrippai alors à la barque de ma main droite, alors qu'elle commençait, peut-être, à dire qui j'étais réellement... Je baissai la tête en vitesse, essayant de me faire le plus petite possible. Et finalement, elle ne dit rien. J'en fus soulagé. J'étais bien partie pour embarquer complètement sans aide, mais Esarin me tendit la main, à laquelle je m'accrochai pour m'aider à embarquer, et m'asseoir aux côté de ma soeur, moi aussi avec une couverture installé sur mes épaules. J'avais simplement hâte d'aller me déshabiller entièrement, et de me prélasser dans le peignoir que j'avais apporté, pour une raison que j'ignorais jusqu'alors. J'avais finalement été bien inspirée.

Et une nouvelle fois, les paroles chuchoté à mon oreille par ma soeur me firent comprendre à quel point j'avais trop joué sur une corde sensible. Bien que cela paraisse improbable, je regrettais. Oui, je regrettais d'avoir causé du tort à ma soeur. Je voulais veiller sur elle, pas l'insulter. Et je remarquais finalement que j'avais poussé mes paroles trop loin, comme plusieurs autre fois précédemment. Je devrais probablement me faire oublier de ma soeur un moment, pour lui permettre de digérer ce nouvel épisode de querelle fraternelle.

Lorsque nous arrivèrent sur le pont, un de ces nobles se mit à insulter les soldats. J'en fus offusqué. Je n'aimais pas qu'on parle ainsi des hommes qui étaient chargé de notre protection. Jusqu'alors ils avaient fait un travail merveilleux. Personnellement, je ne croyais pas avoir besoin de protection, mais ils étaient là, et tous faisaient un excellent travail. Bien que le chaos ait entrainé le navire vers une véritable cohue sans coordination, Je n'avais pas eu l'impression qu'ils étaient incapable.

"Incapable?! Ils ont ass-..."

Je me tus, avant de balayer l'air de la main en soupirant. Ma soeur était plus doué pour ce genre de situation. Et au bout du compte, elle mit son héroïque sauvetage sur la tête de son garde du corps. Entre mes lèvres en sourire, je murmurai un petit "merci, Malice", bien que je ne crus pas qu'il soit audible pour la plupart des gens. Elle demandait d'être escorté à sa chambre, et proposa l'idée du bal. Je ne pus m'empêcher d'avoir un petit rire. Toujours dans ma couverture à endurer le froid, j'attendis que les patrouille reprennent, et que les nobles ait rejoint leurs chambres. J'avais envie de profiter encore un peu du magnifique paysage nocturne. Mais au final, l'air froid eut raison de moi. Mes vêtements me collaient à la peau, et je commençai à me demander comment j'allais les enlever, en particulier mon pantalon moulant. Ça allait être une des plus belle scène de ma vie.

Je me dirigeai donc vers la cabine où se trouvait ma chambre, beaucoup plus simple que celle des autres. Une penderie, un miroir, et un bureau. Au centre trônait un lit, et dans un coin trainait un objet que je n'avais pas utilisé depuis des lustres ; un violon. Je refermai rapidement la porte derrière moi, et je décidai de me déshabiller entièrement. Et soudainement, j'eus une envie que je ne pouvais satisfaire ici. Encore nue, j'ouvris la porte uniquement pour passer ma tête, et regarder un garde passer.

"Excusez moi, mon cher!"

"Oui, madame?"

"Pourriez vous aller me chercher une bouilloire remplie d'eau, deux tasses, et un plateau, je vous pris? Je ne suis pas en mesure de sortir pour l'instant..."

J'avais dit mes dernières paroles en souriant timidement. Il était évident que j'étais nue. Le garde sourit, hocha la tête, et se dirigea vers une salle où se trouvait probablement tout ce que j'avais demandé. Après tout, n'importe qui serait capable de prendre ce que j'avais demandé. Je me dirigeai ensuite vers mon bureau, où je trouvai de quoi attacher mes cheveux, encore mouillée par toute cette eau. Cette coiffure ne m'allait pas si bien, à mes yeux, mais c'était pratique, pour l'instant. Je me dirigeai vers ma penderie pour décrocher ce dont j'avais rêvé depuis que j'étais sorti de l'eau. C'était un peignoir bleu ciel, fait d'un tissus épais et doux, qui contrairement à la règle générale des peignoir, descendait jusqu'à mes chevilles. Je l'attachais par une ceinture du même tissus, mais d'un bleu plus foncé. Je souriais tout simplement. J'étais au chaud, et dans une douceur qui m'entourait.

Puis, mes yeux se reportèrent sur cet objet que j'avais oublié depuis un temps. Mon violon. Je m'approchai, et je le prit doucement, ainsi que l'archet qui allait avec. Je reculai jusqu'à mon lit, pour m'y asseoir. Instinctivement, je me mis en position pour jouer. Le violon... Cela faisait tellement longtemps que je n'en avais pas joué. Alors que je commençais, je ne remarquai seulement à quel point je jouais faux. Les cordes étaient ajustées. C'était moi qui avait perdu la main. Je soupirai, déçue. J'inspirai profondément, avant de recommencer. Je devais me calmer, et me concentrer. Cette fois, ce fut déjà mieux. Et plus je jouais, plus je prenais de l'assurance, et plus j'étais douée. Je me mit à jouer une mélodie que j'avais en tête. Je ne la reconnaissait pas sur le coup. Par contre, je savais l'avoir déjà joué.

Je fus interrompu par le garde qui revenais avec ce que j'avais demandé. Je le remerciai de ses services, avant de me mettre à la tâche. Ainsi, je plaçai la bouilloire sur un second bureau, en métal. À quoi pouvait-il servir? Eh bien, à faire chauffer cette bouilloire. C'était le seul vrai luxe que j'avais prit. Un petit four, sur lequel je pouvais faire chauffer de l'eau. Je m'y mit rapidement, en fouillant dans mon bureau, et accrocher dans l'eau une poche de thé. C'était l'une des rare boisson dont je me délectais. Maintenant, il me suffisait d'attendre que cela soit terminé. Je me remit à jouer la mélodie que j'avais en tête, jusqu'à ce que je la reconnaisse, ce qui me rendit nostalgique. C'était quelque chose que je jouais à Malice, alors qu'elle était toute jeune.

À ce moment, je me mit à penser. Elle avait grandi si vite... Je me rappelais encore l'époque où elle avait peur de dormir seule, l'époque où je m'amusait avec elle... l'époque où mon père n'était pas à la tête de l'Empire... Je déposai mon violon, en souriant. Cela me semblait faire une centaine d'année... Et aujourd'hui, Moi et ma soeur avions réussi à nous entendre à nouveau, jusqu'à ce que je gâche tout avec mes remarques.

Ma première idée était de laisser la poussière retomber, et de retourner lui parler lorsqu'elle aurait digérer mes paroles. Maintenant, j'avais envie d'aller lui demander pardon. Je me levai donc, en me dirigeant vers le four. Je l'éteignis en vitesse, avant de prendre la bouilloire et les tasses, et de déposer le tout sur le plateau. Je l'empoignai, et je sorti de ma chambre, pour me diriger vers celle de ma soeur. En revanche, je n'avais pas prévu me faire intercepté par son garde personnel. Elle ne voulait voir personne. Génial. Maintenant, comment je fais, pour aller lui parler? Je soupirai, avant de hocher la tête, et d'acquiescer. Je tournai ensuite les talons, cherchant une autre façon d'entrer. La fenêtre serait une bonne idée. Je me retournai encore, tendant le plateau au garde.

"C'est du thé. Je crois que la princesse appréciera, après son petit plongeon de minuit."

Il le prit, et au moment où il allait se tourner vers la porte, je me mit à courir vers ma propre chambre. J'ouvris la fenêtre à la volé, avant de sauter par la fenêtre, et d'ouvrir mes ailes rouges. je fis le tour du bateau en vitesse, avant d'arriver devant la fenêtre de ma soeur. Je fis disparaitre mes ailes, et par l'élan que j'avais déjà, j'arrivai à m'agripper au rebord. J'étais toujours en peignoir, et je ris, à l'étrange scène que cela devait être. J'ouvris donc la fenêtre, pour entrer dans la chambre de ma soeur, au moment où celle ci demandait à son miroir pourquoi je ne la laissais pas en paix.

"Parce que je n'ai pas réalisé à quel point cela t'affectais," répondis-je en me retournant vers la fenêtre pour la fermer. Je me retournai ensuite, rapidement vers cette jeune fille, qui, à mes yeux, avait tant grandi, finalement. "Malice, Je te demande pardon de t'avoir traité ainsi."

_________________

The shadow of the scarlet wings flies upon you...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malice Crow
Maliceuse, moi? Jamais!
avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 11/08/2012

Feuille de personnage
Faction: Empire.
Niveau: 1
Point de Vie:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: Pour des raisons politiques... (PV Malice)   Mar 28 Aoû - 23:28

Malice observait calmement sa soeur du coin de l'oeil sans bouger le moindre muscle. Raven ne l'avait pas vraiment surprise, il était fortement compliqué de surprendre la jeune princesse. Après tout, n'avait-elle pas un sens de l'observation hors du commun? Bien sûr, Socrate, son précepteur, lui avait répété mainte et mainte fois que savoir observer les gens et l'environnement en un clin d'oeil était essentiel à la survie dans un palais. Là où les plus grandes intrigues de tout le pays se jouaient, savoir détecter qui cachait quoi, était essentiel. De plus, les assassins pouvaient se cacher partout n'est-il pas? Évidement, la petite sorcière possédait déjà l'irrésistible habitude de juger tout ce qu'elle voyait. Comment aurait-elle pu exécuter des diableries aussi réussies sans pouvoir déterminer en une seconde le point faible de tous et chacuns? Un sens de l'observation presque parfait était donc de mise avec ce genre de manie et d'environnements propice au secret.

En revanche, si elle ne fut pas surprise en voyant sa soeur près de la fenêtre, elle se demanda tout de même comment cette dernière s'était émicée dans la pièce. Comment diable était-elle parvenu à entrer sans faire grincer la porte? Qu'avait-elle fait d'Esarin qui devait tenir l'endroit à sa manière solonel? La sorcière doutait que le garde est quitté son poste une seule seconde. Alors, comment? Raven était exactement le type de personne qui pouvait s'infiltrer dans n'importe quelle pièce et y trouver une cachette formidable en une fraction de battement coeur. Son ainée n'était pas l'assassin personnel de l'empereur sans raison, c'était un fait.

Les deux soeurs avaient leurs propres champs de compétence et leur propre talents. Leurs capacités respectives allaient de pair avec leur manière d'être et donc elle n'enviait pas vraiment l'autre au niveau des habiletés. Cependant, Malice devait l'avouer, parfois elle aurait aimé posséder ce petit quelque chose qui rendait Raven si spécial... Cette liberté de mouvement et d'action qu'elle possédait. Ce talent qui lui permettait d'entrer dans une pièce protégée sans que personne ne la remarque. Bref, cette force qui faisait d'elle un être extrêmement dangereux et intéressant. Oui, c'était bien vrai, parfois Malice enviait sa liberté et sa force.


'' Oui, exactement le genre de personne pour laquelle on apprend au jeune princesse sans défense, comme moi, à d'observer leur environnement.''Souffla-t-elle doucement, plus pour elle-même que pour sa soeur. Elle prit cependant bien soins de mettre l'accent sur le mot jeune.

Malice tourna sa tête vers sa soeur qui venait de s'excuser. Cela non plus ne la surpris pas. Malgré sa capacité à d'éjointer une tête d'un corps en deux secondes, Raven restait de loin la plus douce des deux, bien que cela fut étrange.

La princesse savait très bien que sa soeur n'aurait jamais été capable prévoir l'effet que son commentaire avait eu. Ce n'était qu'une plaisanterie non? Une plaisanterie qui venant de Raven ne l'avait jamais vraiment atteinte auparavant. Elles étaient soeurs, il était normal qu'elles se taquinent, n'est-ce pas? Peut-être était-il temps pour Malice d'expliquer à son ainée la raison de son comportement?


'' Je sais Raven. Tu ne pouvais pas savoir. J'ai réagi avec toi de la manière d'on je le fais avec les autres.'' Dit-elle en prenant une position assise alors que sa serviette glissait sur le sol. Oui, elle était nue, non, cela ne la dérangeait pas le moindre du monde.

'' Mais il n'y a pas que ça... Comment dire? Depuis quand avons-nous cessé de passer du temps enssemble? À quand remonte la dernière fois où toi et moi avons parlé plus de cinq minutes? N'as-tu pas l'impression de ne plus me connaitre du tout? Parce que moi j'ai cette impression et... ''

Malice fut interrompu par un coup à la porte. Cette dernière soupira, décidément personne ne respectait son envie d'être seule. Effectivement, Raven était chanceuse de pouvoir s'éclipser sans que personne ne le remarque jamais. Cela devait être agréable parfois.

Esarin: '' Mademoiselle Crow? '' Purent-elles entendre de derrière la porte.

'' Derrière le rideau, allé! '' Chuchota-t-elle à sa soeur avec un air drôle d'air complice.

'' N'avais-je pas demander que l'on me laisse tranquille? '' Répondit-elle plus fort en attrapant sa serviette pour s'entourer le corps avec celle-ci.

Esarin: '' Quelqu'un vous a fait porter du thé et je me disais que vous....''

Malice ouvrit la porte. Le garde ouvrit grand les yeux, bredouilla quelques mots incompréhensibles et laissa tomber le plateau qu'il portait en reculant, versant ainsi sur lui-même le liquide brulant que contenait la théière. Esarin se retourna, le visage rouge.

'' Du thé, qu'elle agréable attention. Dommage qu'il couvre désormais vos vêtements.''

Esarin: ''Vous... Serviette!''

'' Oui, je porte une serviette Esarin. Vous en auriez bien besoin vous aussi. Celle-ci était cependant ma dernière, je ne puis donc vous en faire cadeau. Esarin? ''

Esarin: '' O..Oui? ''

'' Je vous parle Esarin. Auriez-vous l'obligeance de me regarder dans les yeux? '' Nota-t-elle avec un sourire malicieux. C'était le protocole, il ne pouvait pas refuser.

Le garde se retourna en déglutissant lentement. Esarin semblait subir un réel supplice qui mettait sa concentration à rude épreuve.


'' Bien! C'est beaucoup mieux. J'aimerais avoir un autre plateau de thé. ''

Un long silence calculé par la princesse s'installa. Malice le savait très bien, il n'avait pas le droit de partir avant qu'elle le lui dise. La gêne de l'homme ne faisait que s'accroître de seconde en seconde. Incapable de soutenir le regard de la princesse il se mit à regarder nerveusement partout autour de lui. Quand soudainement son regard croisa furtivement le corps de la jeune femme elle enchaîna.

'' Esarin? ''

Il sursauta presque en ramenant ses yeux vers ceux de son interlocutrice. Une certaine peur s'installait chez l'homme. Avait-elle surpris le regard furtif qu'il lui avait envoyé?

''Vous pouvez disposer. '' Ajouta-t-elle finalement en souriant après ce qui sembla duré une éternité pour Esarin.

Sans se faire prier il exécuta une révérence et partit presque au pas de course. Malice referma la porte derrière lui avant de s'accoter contre cette dernière.


'' Tu vois Raven, j'ai seize ans tu savais? Depuis trois mois déjà! Aie-je l'air si frêle que ça? Est-ce que je ressemble encore à la petite fille d'on tu changeais les couches parfois? Esarin ne semblait pas le croire en tout cas!'' Fit-elle en désignant sont corps sans aucune gêne tout en riant doucement.

'' J'ai mal réagi face à ton commentaire pour une raison bien précise. Pour la première fois depuis des mois, toi et moi avions enfin un moment agréable ensemble. Comme avant. Tu sais, avant que tout devienne tellement compliqué... Le problème Raven, c'est que nous sommes maintenant très loin l'une de l'autre. ''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raven Crow
Scarlet Wings
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 10/08/2012

Feuille de personnage
Faction: Empire
Niveau: 1
Point de Vie:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Pour des raisons politiques... (PV Malice)   Mer 29 Aoû - 0:43

En écoutant les murmures de ma soeurs, je réalisai qu'elle n'avait pas encore tout à fait digéré ma plaisanterie de mauvais gout. N'en faisait-elle pas subir à tout le monde? Mais évidemment, on n'aime pas toujours qu'on nous fasse ce qu'on aime faire... Enfin, je balayai ces pensées de ma tête. Je croisai donc mes bras sous ma poitrine, position que je pris en attendant la vrai réaction de ma soeur cadette. Elle se redressa, faisant tomber sa serviette au passage. Et alors? Ce genre de situations ne me rendais pas mal à l'aise avant, pourquoi est-ce que ce serait le cas maintenant? elle était ma soeur, après tout. Néanmoins, je remarquai une chose que je n'avais pas vu, à travers tout ces vêtements ; son corps avait changé, et... ma foi, elle ferait tourné la tête à bien des hommes, si elle quittait un peu ses robes enfantines. Au fond, c'était peut-être mieux qu'elle garde ce style. Je n'aurais pas aimé que ma soeur soit harcelée par une tonne de prétendant... Non pas par jalousie, mais bien par précaution. Une jeune femme aimant s'amuser avec les sentiments des autres... quoi de plus dangereux...

Puis ce fut la véritable raison. Malice avait donc l'impression de ne plus me connaitre? Probablement pas. Depuis plusieurs épisodes de nos vies, nous avions toute deux changé. Moi d'une certaine manière, et elle... d'une autre façon. Je baissai les yeux en écoutant ce qu'elle disait. Cela aurait dû être drôle à voir. L'ainée qui se fait faire la morale par la jeune soeur. Mais malgré tout, je reconnaissais qu'elle avait raison. Je ne lui parlais que rarement, et plus souvent pour lui lancer un commentaire désobligeant. Une conversation... Je n'en avais plus eu avec personnes depuis longtemps. Même avec l'empereur qui se disait être notre père. La vérité, c'est que, pour moi, Cet homme avait cessé d'être mon père le jour où il renversa le Grand Pacte...

J'allais répondre. J'avais envie de lui répondre qu'elle avait raison. Que je n'aurais pas dû agir ainsi au cours des dernières années. Mais je fus - et elle aussi, d'ailleurs - interrompue par un cognement à la porte. Mon thé. J'avais fait vite, on dirait. Plus vite que je ne m'y attendais, en fait. Ma soeur me dis d'aller me cacher derrière les rideaux. Qu'allait-elle faire encore? Son ton de voix laissait présager un "mauvais" coup de sa part. Je reculai donc, me fondant partiellement dans l'ombre. Il fallait le dire, mon peignoir ne se cachait pas aussi bien que ma tenue de combat dans l'obscurité. Je ne le réalisai pas tout de suite, mais... Elle n'était habillée que de sa serviette. J'arquai les sourcils, en écoutant la conversation, et... le bruit de fracas que mon thé avait fait en contact avec le garde.

Mon thé. Celui que j'avais prit avant de partir, celui que j'avais choisi avec le plus grand soin pour mon voyage, et maintenant, il était sur les vêtements d'un garde. Ma main se dirigea vers mon visage, alors que je grimaçai. Ce n'était pas le prix qui me dérangeais. C'était la qualité de ce thé, et son gout. Quel dommage! Au moins, aux dires de Malice, nous en aurions d'autre, mais... Encore! Mon thé si gouteux que j'avais choisi dans la meilleur boutique d'Ansil! je soupirai silencieusement, exaspérée. Décidément, on ne m'y reprendra pas deux fois à donner mon plateau à un garde. J'aurais du l'apporter avec moi, au dessus de la mer. Au moins, là, il aurait un peu refroidi, et si je l'aurais échappé, je n'aurais blâmé que moi. Je soupirai une seconde fois, réalisant que je devais passer à autre chose. Je continuai d'écouter la conversation. Esarin semblait loucher sur le corps de ma soeur, en ce moment, vu ses commentaires. Je souriais à cette pensée. J'avais eu raison, de penser que son corps ferait tourner bien des têtes.

Le garde parti finalement, me laissant seule avec ma soeur, à nouveau. Je sortis dès lors du rideau, sourire au lèvre, et elle me fit elle même remarquer que son corps était celui d'une jeune femme, parlant du fait que Esarin semblait la trouver de son gout. Je retint un commentaire inutile sur les possibles tendances sexuelles du garde, me contentant de sourire à ce qu'elle me disait. Je n'allais quand même pas la relancer sur le sujet de la jeunesse. Ç'aurait été de trop, et je n'avais pas envie de la taquiner, pour l'heure. Nous avions une discutions sérieuse, et je voulais la garder sérieuse.

Ce qu'elle dit ensuite me fit un choc. Je réalisais maintenant. Je réalisais à quel point nous ne passions presque plus de temps ensemble. Soit j'étais en missions, ou alors je trainais un peu partout dans le pays d'Ansil'Lith. Je cherchais toujours à fuir le palais d'une façon comme d'une autre. Et elle... Elle était placé sous haute surveillance, avec une tonne de garde devant son entrée de chambre. Ridicule, complètement et simplement. Je pourrais l'amener avec moi, un jour, faire quelques tours, et voir du pays...

Et une nouvelle fois, je réalisai une autre chose. Tout de suite après ce voyage, l'Empereur m'envoyait à Theiseth pour une mission. Ça n'allait pas être bientôt que je trouverais le moyen de me réconcilier avec ma soeur, et de passer de meilleurs moment avec elle...

"Avant que tout ne soit compliqué? Tu veux dire avant que le Grand pacte soit renversé, avant que notre famille soit exilé, et tout ça? Tu veux dire avant que je ne devienne l'Assassin personnelle de notre p-..." Je stoppai. Je ne pouvais pas dire mon père. J'aurais voulu, mais je ne le pouvais. Le mot se refusait à sortir de ma bouche. "... De notre empereur?"

Je soupirai. J'étais d'accord. Il y avait bien sûr eu un évènement entre temps dont Malice ne connaissait pas vraiment l'existence. Depuis ce jour, j'avais... beaucoup changé, dans ma façon d'agir, autant que dans mon allure en général. Beaucoup me le faisait remarqué, dans ceux qui me connaissait. On m'avait dit que mon regard s'était assombrie, que j'étais devenu obscure. Il faut le dire, se faire arracher un bras et croire qu'on va mourir ainsi, ça vous change quelqu'un. J'avais bien sûr "oublié" de parler de cet évènement à ma soeur. D'une part pour paraitre plus forte à ses yeux. Je savais qu'elle ne craignait pas grand chose, mais... Une grande soeur qui nous semble indestructible, ça nous donne un plus. D'autre part, je ne voulais pas lui raconter cet évènement complètement malsain. Sans compter que depuis ce jour, une espèce de voix me murmurait dans ma tête... Je baissai les yeux. Je ne pouvais soutenir son regard, pour l'heure. Je lui cachais une vérité plutôt importante dans ma vie, et je n'avais jamais aimé mentir, peu importe de qui il s'agissait.

"... J'ai changé, depuis plusieurs années. Je le sais, et ce n'est pas volontaire..." Je relevai à nouveau les yeux vers elle, en tentant de sourire. Je réussis, mais ce n'était pas un sourire de joie, loin de là. "J'aurais peut-être du... discuter d'avantage avec toi. Et plutôt que de te parler, je t'insultais. Ce n'est pas très... Grande soeur de ma part, n'est-ce pas?"

Je ris. Ce n'était pas un rire agréable, mais plutôt le rire triste d'une femme qui réalisait le tort qu'elle avait fait. Ou du moins, celui qui en avait résulté sur sa petite soeur. Il y avait parfois des évènements que j'aurais aimé effacer de notre histoire commune... et de la mienne, aussi. Avançant d'un pas, j'eus un autre sourire, beaucoup plus franc que le précédent. Une idée m'avait traversé l'esprit.

"Tu crois que nous pourrions passer de nouveaux moments ensemble? Tu crois que ce serait possible, Malice?", dis-je en tournant sur moi-même, et en allant jusqu'à la fenêtre, pour observer le ciel. "Et si... par un heureux hasard plus qu'improbable, il s'adonnait que la fille cadette de l'empereur sortait de son château, et que personne ne s'en rendait compte?", à ce moment, je me retournai, sourire au lèvre. "Et si tes gardes n'avait pas conscience que tu passais sous leur nez? Si, d'une incroyable façon, une personne dotée d'énoooorme pouvoirs était capable d'influencer la perception de ses gardes, et, accompagnée par quelqu'un qui connaissait la région, partirait pour... eh bien, pour rien, en fait! Puisque ces deux éléments sont complètements introuvable! n'est-ce pas?"

Je souriais toujours. Mes sous-entendu n'était pas subtil pour deux sous, et c'était voulu. Je savais qu'elle comprendrait. C'était évident. Elle était capable d'influencer les sens des autres, et moi, j'étais capable de la diriger à peu près n'importe où dans Ansil'lith. Je la fixais, en arquant les sourcils.

"Alors, ma soeur? Qu'en dis-tu?"

_________________

The shadow of the scarlet wings flies upon you...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malice Crow
Maliceuse, moi? Jamais!
avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 11/08/2012

Feuille de personnage
Faction: Empire.
Niveau: 1
Point de Vie:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: Pour des raisons politiques... (PV Malice)   Lun 17 Sep - 2:19

La jeune princesse ne put s'empêcher de penser que cette situation était surréaliste. Elle était là, à moitié nue, drapée d'une simple serviette, dos à une porte, à discuter avec sa soeur ainée de sujet qu'elles n'avaient jamais su comment aborder auparavant avec cette dernière. Des questions qui auraient nécessité des réponses bien avant. Était-il maintenant trop tard pour les deux soeurs, pour faire comme avant l'ascension de leur père? Comment en étaient-elles arrivé là? Comment deux soeurs, pourtant très proche à une époque, pouvaient-elles s'éloigner autant l'une de l'autre en un laps de temps si cours? C'était l'empire réalisait maintenant Malice. C'était à cause de la pression que leur avait fait subir l'empire si elles étaient maintenant là, dans cette étrange situation aux allures surréaliste. Toutes deux le savaient probablement déjà, c'était évident. Pourtant, elles n'avaient jamais trouvé le temps d'en parler. Peut-être le temps était-il enfin venu?

Il le fallait, il fallait que le temps soit venu. Quand auraient-elles le temps de discuter ainsi, toutes les deux, loin du palais et des oreilles indiscrètes? Malice ne le savait que trop bien, elle était au centre de cette noblesse hypocrite qui écoutait aux portes en espérant obtenir l'information du siècle! Dans ce palais, les informations étaient plus dangereuses que les armes. Une phrase plus meurtrière qu'un coup de poignard dans le dos. Non, elle ne détestait pas sa vie de princesse, mais en elle criait un désir de liberté. Désir de liberté de paroles et d'action. Ce navire était une bénédiction, ce voyage un don du ciel. Peut-être était-ce l'élément déclencheur de cette soudaine envie de se jeter dans les bras de sa soeur et de lui parler pendant des heures? Elle n'avait pas à être Malice Crow, héritière au trône, jeune fille parfaite, calme, sérieuse et posée. Elle pouvait simplement être Malice.

Cependant, la petite sorcière, ne savait pas si sa soeur était la même qu'autrefois. Était-il possible que sa soeur sache l'écouté? Ou allait-elle agir comme l'espion qu'elle était pour tout rapporter à leur père? Bien que Malice n'avait pas grand-chose à dire qui aurait pu la mettre dans l'embarras au prêt de l'empereur qui lui pardonnait toujours tout. Elle était clairement sa favorite, c'était donc prévisible. Il était vrai que Raven avait changé beaucoup aux fils des ans. Malice n'avait jamais su pourquoi, évidemment puisqu'elles avaient pratiquement arrêté de se parler à l'époque.

Et puis Raven tira la princesse de ses pensées en prononçant une phrase qui la fit battre des paupières rapidement. Un pareil détaille ne pouvait lui échapper. À n'importe qui peut-être, mais pas à elle. Raven en était-elle consciente? Sa langue avait fourché sur un mot bien précis suivi d'une hésitation à peine perceptible. Toutes ses années au palais avait appris à la sorcière qu'une telle bourde n'était jamais innocente. Alors quoi? Raven qui possédait pratiquement toutes les libertés réservés aux gens du commun, avait-elle envie de quitter le palais pour de bon? Elle n'avait su dire père. Quelque chose clochait. Cependant, cela semblait juste, surtout venant de la part de Raven et cela lui fit réaliser quelque chose qui devait changer, plus tard, le cours de sa vie.

Raven soupira pour appuyer ses paroles puis enchaîna sur d'autre problématique. Malice exécuta un léger sourire en entendant le sous-entendu de sa soeur. Effectivement, cela ne faisait pas très grande soeur. Malice ne pouvait qu'acquiescer à ce commentaire. Elle se retint cependant, avec un effort considérable pour elle, de faire la moindre remarque désobligeante, comme elle avait normalement l'habitude de le faire, la blague était terminée. Après tout, elle n'allait pas gâcher la soirée comme Raven l'avait presque fait quelques heures plus tôt. N'était-elle pas soi-disant une personne à la vertu sans limite? Oui, apparemment...

Vint ensuite la proposition. Si Malice était dure à surprendre, Raven avait réussie un tour du chapeau impressionnant avec cette suggestion incongrue. L'aînée savait-elle lire ses pensées? Avait-elle perçue sont envie de gouter au moins une fois à la liberté? Finalement, Raven n'avait pas tellement changé. Les sous-entendue de sa soeur n'était certainement pas tombé dans l'oreille d'une sourde. Le visage de la petite princesse s'illuminait graduellement alors que ses yeux pétillaient d'une malice toute nouvelle.


'' Cette idée est absurde très chère Raven. Personne ne peut influencer les sens des gardes impériaux. Ceux-ci sont tellement compétant! Pour ce faire, il faudrait au moins acquérir les services d'une incroyable meister qui serait bien connu pour perpétrer des tours aussi complexe! Une personne qui par exemple, aurait par le passé hypnotiser un régiment complet de garde sur un bateau. De plus, comme tu le dis toi-même, si nous pouvions mettre la main sur pareille personne, nous devrions lui trouver une associé talentueuse. Le genre de personne rapide et discrète qui connait le pays comme sa main. Non, c'est purement impossible'' Fit-elle avec une teinte d'amusement à peine voilé dans la voix.

La jeune femme laissa la porte pour rejoindre, d'un pas léger, sa soeur près de la fenêtre et observer la nuit. Non, elle ne pouvait refuser l'offre de sa soeur. Ce voyage lui faisait de plus en plus réaliser la réalité étouffante du palais impérial. Quand avait-elle commencer à se sentir coincé dans le chateau? Elle ne le savait pas, mais c'était indéniable, Malice avait envie d'aventure. Il est vrai que la princesse adorait les intrigues politiques, la vie de château avait ses avantages aussi. Surtout lorsque l'on savait, comme elle, obtenir tout des nobles aussi facilement. Les robes magnifiques, les bals somptueux, les grandes réceptions animées et les banquets copieux! Tant de choses qu'elle aimait. Comment pouvait-on vivre sans cela?

Jamais elle ne serait comme Raven, c'était certain. Cependant, elle n'avait pas vu le pays depuis des années, d'ailleurs, elle n'avait pratiquement aucun souvenir de la vie à l'extérieur du palais. Sa famille avait bel et bien été bannie pendant un certain temps, mais elle était si jeune à l'époque... Non, elle ne serait jamais comme Raven, mais Malice avait besoin de connaitre autre chose que sa chambre. La jeune fille voulait pouvoir respirer l'air de la liberté au moins une fois dans sa vie. Une semaine, pas plus, ensuite elle pourrait retourner à sa vie et ses devoirs de château. Oui, une seule semaine...


'' Aucune personne saine d'esprit n'accepterait pareille proposition! Tu t'en rends bien compte? De plus, mon absence sera remarquée très rapidement. Je suis une princesse après tout. Ma disparition sera probablement considérée comme un enlèvement. La politique du pays entier pourrais vaciller. Mais ce n'est pas le vrai problème n'est-il pas? La disparition d'une princesse est un évènement extraordinaire, c'est vrai. Si tu me rapportes au palais, en disant que tu m'as retrouvé et tuer mes agresseurs, tout finiras bien. Non, le vrai problème ce n'est pas la fuite ou le retour, ou même les coûts politiques. Tout ceci est plus ou moins facile à gérer. Cependant, père finit toujours par tout savoir. Cela reviendrait à prendre un terrible risque. '' Dit-elle en se tournant doucement vers Raven. Son regard n'avait rien perdu de son éclat espiègle. Un sourire se dessina sur ses lèvres, un sourire malicieux.

'' Pourquoi ne pas lui jouer le tour de sa vie? J'accepte. J'accepte sans hésiter. ''

Malice tourna à nouveau la tête vers la fenêtre pour observer la mer de Cereses. Son sourire se fit beaucoup plus mélancolique, alors qu'une certaine tristesse semblait émaner de son regard. La princesse se faisait pensive et un long moment passa sans qu'aucune des deux soeurs ne disent mot. Une question tournait sans cesse dans son esprit. Une question qui avait immédiatement besoin de réponse.

'' Je suis jeune Raven, mais je ne suis pas idiote. Je vois comment tu réagis quand nous parlons de lui. Je vois aussi comment tu le regardes. J'ai aussi remarquée que tu partais de plus en plus longtemps à chaque mission qu'il te confie. Tue le fuis n'est-ce pas? Tu lui en veux. '' Rajouta Malice tout en faisant pivoter sa tête pour regarder Raven directement dans les yeux.

'' Tu ne l'aimes plus comme avant n'est-ce pas? Notre empereur. '' Nota-elle en mettant volontairement l'accent sur le dernier mot.

'' Tu n'as pas à répondre, mais je crois... Je pense qu'il ne croyait pas mal faire quand il a renversé le Grand Pacte. Il a fait ce qu'il croyait juste. Mais je crois aussi qu'à un certain moment, père à commencer à être un empereur avant d'être un père. Ses idées de vengeances l'on coupé de nous, puis nous ont éloigné l'une de l'autre. ''

La jeune sorcière haussa les épaules en soupirant doucement.

'' Raven, un jour tu devras faire ton choix. Tu en es consciente? Tu appréhendes ce moment n'est-ce pas? Toi et père... Je... Je ne sais pas quel sera mon choix. La vie de château me plais, tu le sais bien. Tu connais aussi mes ambitions, j'aimerais un jour prendre le trône. Je serai une très bonne impératrice je pense... Non, je ne sais pas quel choix je prendrai. Je suis cependant certaine que je n'aimerais pas te voir partir. '' Souffla-t-elle d'une voix légèrement cassante dut à l'émotion.

La princesse avait l'intuition que sa soeur quitterait l'empire à un moment ou à un autre. Raven l'avait mise sur la piste de part ses actions et paroles. Elle ne se sentait clairement pas à sa place au palais avec leur père. Un jour se dit Malice, un jour Raven allait partir pour de bon.

'' Tu n'oublieras pas de me le dire si tu pars une nuit pour ne pas revenir...''

Un nouveau soupire, presque inaudible cette fois.

'' J'aurais aimé avoir une..''

La jeune fille se tourna vers la porte d'un air perplexe.

'' ... Une mère. Mmh...''

Elle marcha jusqu'à la porte sans rien perdre de son étrange air.

'' Si tu veux bien m'excuser Raven, j'ai l'impression que... ''

Elle tourna la poignée de porte.

----

Esarin: '' Garde du corps d'une princesse... Garde du corps de LA princesse de l'empire. Moi, un vampire de secondes classes au passé de contrebandier. Si un jour on m'avait dit ça... ''

De l'autre côté de la porte Esarin revenait avec un nouveau plateau de thé. Il avait fait le tour du bateau pour trouver une personne capable de le conseiller en thé. Chose faite, le garde avait ensuite du trouver le thé en question dans les réserves du bateau. Une tâche qui c'était avéré beaucoup plus compliqué qu'il ne l'avait cru. Il n'avait jamais été un grand buveur de thé. En fait, il ne c'était jamais vraiment intéressé aux délicatesses que la noblesse prisait tant. Non, Esarin n'était pas ce genre d'homme. Il n'avait jamais été important. Jamais, jusqu'à cette nuit. Cependant, un autre problème beaucoup plus simple, occupait son esprit depuis qu'il avait quitté la princesse quelques minutes plus tôt.

Esarin: '' Seigneur faite qu'elle porte une robe à mon retour. Je ne suis définitivement pas fait pour supporter ce genre de pression! Tu dois te ressaisir Esarin. Tu en as vu des femmes nues dans ta vie. Ce n'est rien! Définitivement, cela ne devrait pas me faire perdre mon sang froid comme ça. Non? ''

Oui, il était effrayé à l'idée de loucher à nouveau. Et si cette fois elle le voyait? Non, non non! Elle serait habillée! C'était évident! Une princesse ne restait pas vêtu d'une simple serviette pendant des heures! Non, il l'avait seulement surprise! Il était évident qu'elle avait eu le temps de se changer non?

Esarin: '' Je suis un garde impérial d'élite. J'ai été pirate durant des années. Je suis un homme d'action. Un homme qui sait s'adapter aux situations difficiles. Je sais comment garder mon calme! Je suis calme même! Pêt à mener ma mission à terme sans anicroche. Je dois seulement apporter cette théière du point A au point B. Oui, exactement! Rien de plus! '' Dit-il les mains tremblantes.

Le garde essayait probablement de se convaincre lui-même. Malheureusement, sa tentative n'était pas très convaincante même pour lui. Comment pouvait-on vivre une vie de danger sans ressentir la moindre peur, mais resté pétrifié à l'idée d'apporter du thé à une jeune fille de seize ans? Après tout, voilà maintenant plusieurs minutes qu'il était là, bien droit, devant la porte de chambre de la princesse, à chuchoter tout seul?

Esarin: '' Je suis pathétique. Tout simplement, pathétique. ''

Le vampire prit une grande inspiration et tenta de faire le vide dans son esprit pour tenter de se calmer. Sans s'en rendre vraiment compte, il venait d'exécuter exactement le même rituel qui éveillait normalement son don. S'il n'était pas un puissant magicien, Esarin avait des sens et des réflexes toujours extrêmement aiguisé. Pour lui, entendre des choses en provenance d'une pièce insonorisé, comme la chambre de la princesse par exemple, était un jeu d'enfant.

Esarin fit mine de cogner, mais s'arrêta aussitôt. Il avait entendu une voix, non, deux voix distincte en provenance de la pièce. La première était évidemment celle de Malice, la deuxième lui semblait vaguement familière. Que se passait-il à l'intérieur de cette pièce. La princesse avait demandé d'être absolument seule. Avait-il faillit à sa tâche? Il venait à peine d'entrer au service de Malice que déjà il n'arrivait pas à la protéger convenablement! Quel début époustouflant!!


Raven: ''.. S'adonnait que la fille cadette de l'empereur sortait de son château et que personne ne s'en rendait compte?... ''

Esarin: '' Mais qu'est-ce que?... ''

Il ne put s'en empêcher. Qui l'aurait pu? Ceci était de la plus haute importance. La jeune fille qu'il était censé protéger discutait de fuite avec une inconnue? Non, définitivement il n'aurait été aucunement capable d'agir autrement. L'homme serra les dents et écouta la conversation entre les deux soeurs d'un air confus. Il eut la prestance d'esprit de cesser d'écouter quand les femmes se mirent à parler de choses familiales. Cette partie ne le regardait en rien, c'était un fait. D'ailleurs la première partie ne le concernait pas réellement non plus... Peut-être en un sens. Il ne le savait plus. En fait, que pouvait-il bien faire de cette information?

Esarin: '' Les princesses de l'Empire compte s'enfuir du palais? C'est une information plutôt importante et déroutante. Qu'est-ce que je dois... ''

Le vampire releva la tête vers la porte. Il n'y avait plus de bruit à l'intérieur de la pièce. La conversation était terminée. Quand s'en était-il apercu? Il ne pouvait le dire et c'était bien ça le problème. Cela signifiait que la porte pouvait s'ouvrir à tout instant. Si on le trouvait là, debout derrière la porte avec du thé surement froid, il était certain qu'on se douterait qu'il avait écouté aux portes. Bien que cela soit par inadvertance. Esarin fit donc la seule chose logique qu'il entrevoyait, il tourna les talons et s'enfonça vers la sortie du corridor. Il fit trois pas, entendit la poignée de porte tourné, réalisa qu'il n'aurait pas le temps de partir, se retourna et se jeta à terre avec le plateau de thé.

C'est à cet instant que la porte s'ouvrit.


----

La princesse passa la tête par le cadre de porte. Elle regarda d'abord à droite, rien, puis à gauche. Ce qu'elle vit, lui donna envie sourire de toutes ses dents. Malice retint son rire de justesse en sortant de la chambre, les poings sur les hanches. Une expression faussement fâché sur le visage.

'' Esarin? Que faites-vous là, étendu sur le sol? Oh! Mais, serait-ce mon thé que je vois sur le plancher avec vous? ''

Un sourire à la fois moqueur et étrangement carnassier se dessina sur ses lèvres rouges. Comme elle s'amusait en compagnie de cet homme! Se payer sa tête était réellement distrayant! Il n'avait certainement pas fini d'en entendre parler.

'' Vous n'avez tout de même pas croisé une autre jeune femme en serviette j'espère? ''

Le garde releva la tête avec peine, le visage rouge. Elle portait encore une serviette. Son monde s'écroulait autour de lui. Qu'avait-il fait aux dieux pour mériter pareille torture? Non seulement il se trouvait dans une flaque de thé devant la princesse, mais en plus, cette même princesse se moquait de lui. Pis encore! Elle semblait y prendre plaisir! Pis encore! Cette satané serviette lui donnait des vertiges! Oh et elle le savait, c'était évident. Malice avait les yeux pétillants d'amusement!

Esarin: '' Je mmh... Non, en fait... Ah et... Non, c'est que... Mmh... Et puis... '' Balbutina-t-il les joues de plus en plus rouge.

Cette fois, Malice ne sut retenir l'un de ses petits rires cristallin caractéristique.

'' Oh Esarin, vous vous êtes mordu la langue en tombant ou est-ce encore mon accoutrement qui vous empêche de vous servir de votre tête? ''

Esarin: '' Les deux je cr... La langue, la langue oui... ''

Elle rit de bon coeur à nouveau. Cet homme était définitivement une cible parfaite. Exactement le genre de personne à qui elle affectionnait jouer de très mauvais tours.

'' Vous avez l'air ridicule à baigner dans le thé sur le sol. N'attendez pas ma permission pour vous relever, car je pourrais bien décider de vous faire languir ainsi encore quelques heures! '' Ponctua-t-elle d'un sourire amusé.

Il ne se fit pas prier. Le sourire de Malice en disait long sur ses intentions. S'il ne se levait pas, il était cuit. La princesse méritait son nom, se dit-il. Elle le portait à merveille! C'est donc en soupirant de gêne qu'il se releva en faisant bien attention de ne pas regarder la princesse.


Esarin: '' Oui mademoiselle Crow. '' Dit-il avec une certaine crainte qui ne manqua pas de faire sourire Malice.

'' Puis-je vous faire confiance pour m'apporter du thé une nouvelle fois ou dois-je faire venir un serviteur goule? Ce genre de mission n'est pas donné à tout le monde. Peut-être le thé dépasse-t-il vos champs de compétences? '' Ajouta la princesse avec un nouveau rire plus doux qui laissait présager qu'elle le taquinait.

Esarin: '' Non made.. Non, je veux dire que... Ah... Je veux dire, oui je vais réussir cette fois. Vous n'avez pas besoin de demander une goule. Veillez m'excuser pour ma maladresse, je me charge de ceci tout de suite. ''

L'homme ramassa le plateau, la théière et les tasses. Sans plus attendre, il fit volte face pour quitter les lieux, mais la princesse ne le laissa pas faire si facilement.

'' Esarin? ''

Il se tourna, qu'allait-elle encore lui demander? Pourquoi était-il toujours le seul plongé dans ce genre de situation désastreuse? Qu'avait-il non seulement fait aux Dieux pour mériter pareille sort?

Esarin: '' Oui mademoiselle Crow? ''

'' Ne le renversez pas sur vous cette fois-ci, vous voulez bien?'' Fit-elle simplement, une note amusée dans la voix.

Esarin: '' Sur mon honneur mademoiselle. ''

Le garde se tourna de nouveau et quitta enfin le couloir en vitesse. Une fois bien loin de la chambre de Malice, il tourna un coin et s'adossa à un mur, une expression de soulagement et de honte gravé sur le visage.

Esarin: '' Essai de bégailler plus la prochaine fois qu'elle te parle mon gars... Tu as l'air d'un vrai crétin. ''

-----

Malice retourna, d'un pas léger, dans sa chambre. La jeune sorcière ferma ensuite sa porte sans bruit. Les pitreries d'Esarin l'avaient mise d'encore meilleur humeure. Cette nuit avait été loin d'être perdu finalement. En fait, jusqu'à maintenant, cette nuit était probablement l'une des plus belles de sa courte existence.

'' Je sens que je vais vraiment m'amuser avec lui comme garde du corps!''

La jeune fille se dirigea ensuite jusqu'à sa grande commode de bois ouvragé. Elle ouvrit cette dernière et fit le tour de son contenu en un regard. Après tout, la princesse savait exactement ce que l'armoire contenait.

'' Bien, bien bien... ''

Crow prit un vêtement dans la commode, une robe courte au rebord de dentelle, de couleur crème, composé d'un tissu soyeux et léger. Cette dernière était semblable à un morceau de lingerie. En fait, c'était très probablement de la lingerie. Bref, un vêtement idéal pour dormir ou pour dans certains cas, séduire.

'' J'ai moi aussi une proposition à te faire. L'idée m'est venu plus tôt cette nuit, avant ce petit incident avec l'eau... ''

La sorcière fit tomber la serviette au sol et s'habilla de la robe en un tour de main. La princesse s'avança ensuite jusqu'à son bureau et tira une brosse à cheveux de son tiroir de droite.

'' Tu m'as dit que tu aimerais vraiment participer à un bal. Cependant, tu ne veux pas te monter. C'est assez triste que nous ne pouvons pas participer à cette activité sociale, fort distrayante, entre soeur... J'ai donc décidé de revoir un peu la tradition pour le prochain bal.''

Malice prit sa brosse à cheveux et la tendit à sa soeur avec un demi-sourire malicieux.

'' Mais avant... Voilà ta punition pour m'avoir jeté à la mer. J'espère que tu te souviens encore comment faire! La dernière fois que tu m'as peigné les cheveux, je n'étais pas tellement plus grande que trois pommes! ''

Elle marcha ensuite jusqu'au miroir et prit place sur le tabouret en face de ce dernier. Son demi-sourire en devint un complet. La princesse avait les yeux pétillants d'excitation. Cette dernière voulait bien évidemment faire duré le suspens.

'' Demain, je vais inaugurer le tout premier bal masqué de l'empire! Et vous ma très chère Raven, serez mon inviter personnel. Et je n'accepterai aucune autre réponse que oui, bien évidemment!''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raven Crow
Scarlet Wings
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 10/08/2012

Feuille de personnage
Faction: Empire
Niveau: 1
Point de Vie:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Pour des raisons politiques... (PV Malice)   Lun 15 Oct - 15:52

La façon dont Malice continuait d'élaborer sur "l'impossibilité" de trouver ce genre de personnes me fit plaisir. La pointe d'amusement dans sa voix ne me trompait pas du tout. J'avais visé juste, sur ce coup. Elle avait elle aussi, envie de quitter le palais, ne serait-ce que pour une ou deux nuits. Évidemment, lorsqu'elle se mit à aborder le sujet de mon père qui, d'une façon ou d'une autre, finirait par savoir, j'eus envie de soupirer un bon coup. Je ne savais que trop bien à quel point c'était difficile d'échapper à sa surveillance. C'était comme si, peu importe où je me trouvais, il savait où j'étais. Je n'avais aucune idée du comment il faisait, mais peu importe. Malice avait maintenant envie de lui jouer un tour? Je la regardai, avec un large sourire. Je me tournai à nouveau vers la fenêtre, en souriant. Peut-être allions nous pouvoir passer un peu de temps ensemble, après tout. Cela faisait si longtemps... J'allais me retourner, pour lui demander ce qu'elle avait en tête. Mais alors que je me retournai, je vis l'air su son visage. Ce n'était plus le même. Elle venait de changer, subitement.

Ce n'était pas son air malicieux habituel. Ce n'était plus ce petit sourire qui indiquait une envie de se servir des gens autour d'elle comme jouets. Son visage exprimait la tristesse. Une tristesse qui, j'en étais persuadé, m'étais destiné, d'une façon ou d'une autre. J'avais peur de lui demander ce qui n'allait pas. Je savais qu'elle avait remarqué. Elle n'aurait pas pu faire autrement, elle était ma soeur, et bien que nous avions été séparées pendant longtemps, je me savais facile à percer, du moins, par les personnes qui me tenaient à coeur. Je savais qu'elle avait remarqué. La simple petite erreur de n'avoir pu prononcer le mot père le lui avait probablement confirmé.

Je l'observai le long de ses paroles, jusqu'à ce qu'elle plante son regard dans le mien. Je ne pu le soutenir. Je baissai la tête, fixant le sol. Je préférais la laisser dire à ce sujet. Mes bras se croisèrent d'instinct sous ma poitrine. et je fermai les yeux, pour écouter ce qu'elle avait à dire. Elle avait raison sur plusieurs point. Cependant, c'était faux. Jamais je n'aurais pu cesser d'aimer notre père. Pour moi, aucun de mes sentiments à son égard n'avait changé. Depuis le moment le plus loin que je puisse me rappeler, je l'avais toujours aimé. Simplement, je ne pouvais pas en dire autant de lui, depuis un moment bien précis. Je savais déjà que je n'étais pas celle qui aurait souhaiter avoir. Je savais que pour lui, quelque chose n'allait pas, chez moi. Je n'étais pas sa définition de la perfection. "Pas la petite fille rêvée" comme le disait parfois certains parents. Alors, le moment où Malice est arrivée, il a été servi. Il avait alors SA petite fille adorée.

Mon aversion pour la cours et les dirigeant nuisait encore plus à cette image d'imperfection qui pesait parfois sur moi. Et alors voilà que Malice, elle, adorait cette ambiance. Non, je n'avais jamais eu ma place dans cet endroit, et je ne l'aurais jamais eu. Pour moi, Malice était une des causes de cette tensions entre moi et père. Bien sûr, je ne lui en voulais pas. Nous étions le jour et la nuit. Je ne pouvais lui en vouloir d'être elle-même. Non, le seul problème, c'était notre père. C'était lui qui avait décidé de me choisir comme assassin, c'était lui qui avait décidé de faire de moi l'un de ses nombreux outils, un simple sujet. C'était lui qui me poussait maintenant à l'appeler Empereur Aliester plutôt que père. Malice n'avait rien à y voir, et je ne lui en voulais pas.

J'ouvris finalement les yeux, sur ces paroles. Je la regardai, longuement. Comment aurais-je pu? Comment aurais-je pu l'oublier, si je partais? Comment aurais-je pu ne pas le lui laisser savoir? Même avant cette soirée, Malice aurait été la première au courant de mon départ... Je ne pouvais pas lui dire quand il serait. Néanmoins, j'étais d'accord avec elle. Un jour, je quitterais le palais. C'était assuré. Je ne quitterais pas l'empire, et à mes yeux, l'empire resterais l'un de mes buts. Cependant, il y avait déjà un moment que je planifiais une façon de quitter le palais sans laisser de trace à qui que ce soit.

Pour ce qui étais du sujet de la mère, je n'avais pas vraiment d'opinion à ce sujet. Pour moi, mon père n'avait fait que me restreindre, et l'idée d'une mère me paraissait être la même chose. Peu m'importait. Mais si pour Malice c'était autre chose... Je ne pouvais pas lui dire ma pensée sur ce sujet.

Puis, ce fut le retour de la catastrophe du thé. La situation fut cassé comme un miroir le serait en recevant un coup de masse. Ce n'était peut-être pas si mal. Au moins, je n'avais cette envie de laisser aller quelques larmes, et ainsi, de briser cette façade d'invincibilité que je me créais face aux gens qui m'entourait. Même face à Malice, qui pourtant, j'en étais sûre, savait que je n'étais pas comme je tentais de le faire paraitre, je n'arrivais pas à perdre cet instinct de paraitre intouchable.

Malice semblait s'amuser énormément avec cet homme. Je me mit à sourire, en regardant Malice. Je ne voyais pas l'homme devant elle, ce que Malice disait m'en décrivais long sur la situations du pauvre homme. Il était devenue l'un des jouets de ma soeur à son insu... Peu m'importait. Son nom me disait quelque chose, mais je ne pouvais me rappeler qui. Peut-être l'avais-je croisé? Peu importe. Ce que j'en retenais, c'est que le thé ne viendrait pas encore. Je soupirai, en regardant Malice revenir dans la chambre pour s'habiller... C'était un très grand mot, pour décrire son action. Elle avait surtout enfilé quelque chose que j'aurais porté avec l'être désirée... mais peu importe. Je me mis donc à écouter ce qu'elle me disait à nouveau. Une proposition? Je la regardai s'asseoir devant son miroir. Pour ma part, je fis mon premier mouvement depuis un bon moment. Rester immobile pouvait nous permettre de nous faire oublier de toute une assemblée. Ainsi donc, je m'approchai de ma soeur, la suivant jusqu'à son bureau. Je m'appuyai avec ma main gauche sur le bureau, en regardant son visage, dans le miroir. J'attendais la suite des informations. Et connaissant ma chère Malice, plus j'allais avoir envie de connaitre ce qu'elle voulait me dire, plus elle allait me faire patienter. Elle se mit donc à me décrire les bals.

"Ce n'est pas que je ne veule pas me montrer. Simplement, si les nobles savent qui je suis... eh bien, s'en sera terminé de cette "liberté" que..." J'inspirai, avant de continuer. "... Père me donne." En réalité, je préférais être inconnue de la royauté, et c'était mieux ainsi pour moi, et mon père, qui avait besoin de mes services d'Assassin. ne pas connaitre le visage qui nous attaque est souvent une bien meilleure chose. Sinon, de folles rumeurs se mettent à courir, et ni moi ni mon père ne voulions que les ailes écarlates aient un quelconque visage. "Eh puis, il ne faudrait pas que les deux filles de l'empereur se fassent voir des nobles au même moment... nous serions peut-être la cause de bien des divorces," ajoutai-je, bien sûr à la blague. Néanmoins, j'avais vu un grand nombre de ces politiciens faire des avances à la première jeune femme venue, délaissant volontiers femmes et famille.

Lorsqu'elle me tendis sa brosse, je la pris doucement, en la regardant, quelque peu incrédule. Je me servais tout de même d'une brosse à tout les jours, ça ne s'oublie pas comme ça. je roulai les yeux, en me plaçant derrière elle, souriante. Cela ne me dérangeait pas le moins du monde de lui faire les cheveux, mais sa raison était complètement ridicule. Je ne pus m'empêcher d'en rire un peu. J'avais hâte de connaitre la suite de son idée.

Et enfin, l'attente fut terminée. Les mots s’échappèrent de sa bouche. D'une main, je tenais ses cheveux, et d'une autre la brosse. Je restais immobile, en la fixant dans le miroir, bouche bée. Elle était sérieuse? Cette expression de stupéfaction se transforma bientôt en une grande joie, et un sourire s'afficha sur mon visage.

"... Un... Bal masqué?" Je me mit finalement à la tâche de ses cheveux, sourire au lèvre. Je n'arrivais pas à dire quoi que ce soit en ce moment. "Malice, je ne pourrais pas refuser..." Je la regardai, en relevant un sourcil. "... Sauf si, bien sûr, tu préfères inviter ce cher Esarin...? tu ne lui es pas indifférent, en tout cas..." Une expression bien à moi s'afficha sur mon visage. C'était la même chaque fois que je parlais d'une situations qui me faisait rire. Le fait que ma soeur lui fasse autant d'effet était l'une de ces situations. "Bien sûr, Malice. J'accepte sans aucune hésitation."

J'étais heureuse. Si la soirée avait mal commencé, maintenant, j'étais sûre qu'elle allait bien se terminé. Néanmoins, je ne pouvais me sortir de la tête, les questions que j'avais au sujet de ce voyage. Ne pas écouter mon père me coutait parfois cher, mais là, ce n'était pas si mal. J'espérais simplement que Malice aurait les bonnes réponses.

"Malice, dis-moi," Commençai-je en continuant de brosser ses cheveux. "Ce voyage, ce n'est pas qu'un petit voyage de formalité, non? Il n'aurait pas envoyé ces deux filles pour une banalité comme ça, surtout pas moi, qui ne touche jamais à la politique..." J'arrêtai mes mouvements un instant, avant de recommencer. Je pensais. Pourquoi? Pourquoi il m'envoyait avec ma soeur? "Je ne regrette pas le voyage, mais je me pose la question... qu'est-ce que je fais ici, en direction de Cerandor? À ce que je sache, il n'y a personne qui pourrait nuire à... " C'était la seule raison de mes déplacements. Les nuisances de mon père. Cela m'étonnait encore qu'il ait décidé de m'envoyer à Theiseth si tard. Je me rendis compte une seconde trop tard que je n'avais pas encore terminé ma phrase, dû à cette nouvelle incapacité... "À notre père, ou à l'empire."

Je soupirai silencieusement. Cela m'agaçait énormément de devoir faire attention à ce point à ce que je disais. Cette nouvelle incapacité allait jouer contre moi, j'en étais certaine. J'espérais simplement que Malice n'allait pas me le reprocher à chaque fois.

_________________

The shadow of the scarlet wings flies upon you...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malice Crow
Maliceuse, moi? Jamais!
avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 11/08/2012

Feuille de personnage
Faction: Empire.
Niveau: 1
Point de Vie:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: Pour des raisons politiques... (PV Malice)   Mer 16 Jan - 22:03

La jeune princesse observait avec attention la réaction de sa soeur aînée qui ne se fit pas tarder. Elle savait très bien que sa grande soeur serait probablement étonné, mais le mot était en fait très faible. Raven la regardait dans le miroir, bouche bée, incapable de lui brosser les cheveux. Malice sut à cet instant que son interlocutrice était entièrement sous le charme de sa proposition. Ce n'était pas tous les jours que l'on pouvait paralyser Raven avec des mots. Elle était un roc, immuable comme la roche, indomptable et sauvage. Le genre de personne qui était difficilement impressionnable. Sa réaction fit donc sourire la jeune sorcière de toutes ses dents, non pas un sourire malicieux comme à son habitude, mais un sourire de réel plaisir. Il était rare qu'elle ne soit pas fière de ses idées, mais celle-ci en particulier lui plaisait particulièrement. Au fond, la proposition était autant pour elle que pour Raven. La réaction de sa soeur ne la rendait pas heureuse pour le simple fait d'avoir déclenché une réponse aussi directe, mais plutôt parce qu'elle signifiait qu'elles étaient enfin réunies, comme avant. Il lui semblait qu'elles avaient attendu beaucoup trop longtemps avant de réaliser qu'elles n'étaient pas si loin l'une de l'autre, que rien n'avait changé entre elles depuis la chute du pacte.

Puis, sans plus de cérémonie, Raven entrepris de lui brosser les cheveux. Bien qu'experte, Malice devait avouer que sa soeur était un peu plus brutale qu'elle-même avec une brosse. La jeune femme n'en avait cependant que faire. Elle était beaucoup trop heureuse pour émettre le moindre petit commentaire à cet effet. De plus, cela la replongeait quelques années plus tôt, dans les souvenirs de son enfance, souvenir qui ne semblait plus si éloigné maintenant. Malice se rendait de plus en plus compte de la place qu'avait pris sa soeur dans sa vie était immense. Le trou qu'avait laissé leur séparation depuis l'ascension de leur père, l'avait fait souffrir beaucoup plus qu'elle ne l'avait imaginé.

Repensant subitement a l'idée qu'un jour Raven partirait, lui fit un nouveau pincement au coeur. Comment pourrait-elle vivre complètement à l'écart de sa soeur durant l'éternité que durait la vie d'un Nosphéras? Si Raven partait, elle ne pourrait plus jamais revenir tant qu'Aliester leur père serait en vie. Il ne lui pardonnerait jamais, Malice le savait. Il saurait pardonner n'importe quel tord à sa cadette, mais certainement pas à sa fille ainée. C'était là l'implacable réalité. Ainsi donc, pouvait-elle vraiment laisser partir sa soeur un jour? Raven ne serait jamais heureuse dans le palais, non jamais. Malice quant à elle, aimait ce type d'ambiance, les complots, la manipulation, les faux dires... Existait-il un juste milieux? En même temps, la jeune princesse savait très bien que malgré ses ambitions, elle n'obtiendrait surement jamais le trône de son père. Quelque chose lui disait qu'il était plus qu'un simple Nosphéras... Sa force, sa capacité de toujours tout savoir. Même le simple fait que Malice et Raven ne partageait pas la même magie, alors qu'elles étaient sans aucun doute soeurs de sang... Non, il ne lui céderait jamais la place et Raven ne reviendrait jamais. De plus, il était tout autant la cause du futur départ de Raven... La rancoeur naquit en elle. C'était de sa faute, de sa faute à lui et à lui seul.

Son regard c'était durcit une fraction de seconde, les plis de sa bouche c'était retroussé de manière presque imperceptible. Le contrôle qu'elle exerçait sur ses émotions et ses muscles faciaux revint si vite, qu'il aurait été pratiquement impossible même au plus observateur des hommes de remarquer que son expression avait changé. Si Malice n'avait pas été Malice, jamais une telle colère n'aurait été possible à masquer. Sa rancoeur devint une colère froide. Personne ne se jouait d'elle, pas-même un empereur indestructible.

Les paroles de sa soeur la firent revenir à la réalité. Son entrainement à la cour lui permit de garder les eaux calmes et revenir à la conversation aisément, comme si rien ne c'était jamais passé. Effet si immédiat, qu'elle en vint même à rire aux mots de Raven.


''Esarin? Ahahah! Il aimerait beaucoup trop! Le pauvre, je ne pense même pas qu'il serait capable de faire trois pas de danse sans s’effondrer! '' Fit-elle en riant à nouveau.

'' Pour ce qui est des divorces, c'est inévitable! J'en cause toujours quelque un par inadvertance à chaque bal auquel j'ai assistée depuis les deux dernières années et... Je n'ai certainement pas encore tes formes. '' Dit-elle en soupirant légèrement, tout en observant avec une légère touche d'envie la poitrine volumineuse de sa soeur.

Autant se servait-elle de son âge comme d'une arme, autant avait-elle envie de vieillir un peu. À seize ans, partout ou presque dans l'Ensemble, vous étiez considéré comme une femme à part entière. Beaucoup de jeunes femmes se mariaient vers cet âge. C'était encore plus vrai chez les Nosphéras, Pourquoi se marier si jeune dans une vie qui pouvait durer plus de neuf cents ans? Parce que les Nosphéras ne restaient pas fertile très longtemps, ils dépassèrent rarement deux enfants et même là, c'était plutôt rare. C'était bien la raison pour laquelle leur peuple n'avait pas entièrement surpassé les autres races du continent.

Cependant, malgré tout cela, Malice se sentait affreusement jeune, presque une enfant. À seize ans, elle n'était pas encore complète. Malice se trouvait entre l'innocente beauté de l'enfance et le charme fort des femmes. Elle n'avait n'y totalement un, n'y totalement l'autre. Certes elle était très belle, la jeune femme le savait, mais elle n'avait certainement pas encore atteint sa maturité physique. Les autres filles de son âge avait pratiquement toute l'apparence d'une complète adulte. Peut-être vieillssait-elle seulement un peu moins vite que les autres? Coincé entre deux eaux, étais-ce seulement un complexe, son imagination ou un fait réel? Peut-être un peu des trois.

Les propos de Raven devinrent subitement plus sérieux, elle voulait savoir la raison de leurs visites à toutes deux et plus particulièrement la sienne. Il était vrai que l'empereur, leur père, n'aurait jamais envoyé Raven pour une simple mission politique. L'ainée avait peu de poids politique, bien que tous les sujets impériaux de l'Empire savait que leur chef d'état avait deux filles, peu d'entre eux avaient croisé la plus vieille. Même dans le palais, Raven aurait été capable de se faire passer pour une autre auprès de certains nobles. Elle n'avait jamais prit part au jeu politique, n'avais jamais forgé la moindre alliance et ses sorties étaient toujours discrètes. Personne ne savait à quoi elle pensait et où elle se trouvait sur l'échiquier. La majorité des nobles la croyait malade physiquement ou complètement folle.


'' Il n'y a que toi pour s'embarquer sur un bateau en direction d'une île éloignée sans même savoir pourquoi! Raven, Raven, Raven... Je sais très bien que père est lourd lorsqu'il parle de politique, mais de là à complètement ignorer un tel détail! '' Nota-t-elle avec un sourire narquois.

''À moins qu'il est complètement omis de t'en parler ce qui ne lui ressemble pas vraiment. Il faut dire qu'on ne sait jamais avec lui, impossible de dire à quoi il pense. Dans un cas comme dans l'autre, tu es chanceuse de m'avoir avec toi, qu'aurais tu fais sur Cerendor sans avoir la moindre idée de ta mission sur les lieux? Tu es peut-être l’aînée, mais tu es complètement perdu et désemparé sans moi!''
Nargua-t-elle sa soeur en éclatant d'un nouveau rire cristallin.

La conversation allait redevenir sérieuse. Bien que cela ennuya légèrement Malice, car la jeune femme n'avait pas envie de parler de choses sérieuses avec sa soeur, elle prenait un certain plaisir aux histoires de complot. Prenant un air de conspiratrice elle prit la parole.


''Un conflit doit être désamorcé. Il a été prouvé qu'un certain lord Arak, conseillé impérial pour Cerendor, est un rebelle. L'homme en question, a monté une petite armé et c'est réfugié sur une île connexe dans l'archipel. Depuis son fief, il attaque les bateaux marchand et empêche la bonne manœuvre et la gestion des îles. Le Chancelier à donc demander l'aide immédiate de l'Empire. Il a ensuite été décidé d'envoyer une délégation d'influent noble, encadré par une force militaire jugé suffisante à prendre d'assaut l'île de lord Arak. ''

Elle observa une pause, le temps de juger la réaction de Raven avant de reprendre sur un ton moins officiel.

'' Les nobles qui nous accompagnent sont principalement des marchands frustré par la situation. Cerendor à des comptes à nous rendre. Le Chancelier refuse de payer les pertes prétextant que c'est de la faute de l'Empire si les forces armée on mit du temps à arriver. La noblesse rejette le blâme sur Cerendor, prétextant que c'était le rôle du Chancelier de régler ce problème tout seul. Ils désirent donc se faire dédommagé, la routine quoi.''

La jeune sorcière ouvrit le tiroir de son bureau pour en sortir une enveloppe portée du sceau impérial. La lettre avait été visiblement déjà ouverte. Délicatement, elle sortit la lettre de l'enveloppe et la déplia. Sans la lire elle enchaîna.

'' J'ai été choisie pour représenter l'Empire en Cerendor. En d'autre mot, je suis la main de père sur l'île, j'aurais autant de pouvoir que lui sur le continent. Ce navire et les soldats sont entièrement sous mon commandement. Toi aussi d’ailleurs! Mon rôle sera donc de désamorcer le conflit politique et d'instauré l'ordre. Le tient ma chère soeur, est beaucoup plus officieux. L'Empire est en guerre contre le reste du continent. Nous ne pouvons pas nous permettre de faire la guerre dans les îles pendant des semaines. Lord Arak doit être trouvé et tué. Le contingent de soldat qui nous accompagnent est un prétexte, une simple façade pour contenter les nobles et Cerendor. Ton rôle est de faire tomber une tête et ce rapidement. Père ne veut pas d'un procès, il veut la mort directe de lord Arak. ''

Malice fit un mouvement par derrière pour tendre la lettre à Raven.

''Les détails de ta balade en mer.''

Elle ramena légèrement la lettre vers l'avant pour empêcher sa soeur de l'attraper.

''Mais avant de la lire, fini ce que tu as commencé. Mes cheveux non pas seulement besoin d'être brossé, ils doivent être peigné.'' Rajouta-t-elle d'un ton espiègle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raven Crow
Scarlet Wings
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 10/08/2012

Feuille de personnage
Faction: Empire
Niveau: 1
Point de Vie:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Pour des raisons politiques... (PV Malice)   Jeu 24 Jan - 1:52

Je fut soulagée de voir que Malice n'était, au final, pas aussi en colère qu'elle me l'avait laissé croire, dans l'eau. Quelle joie ce fut de la voir rire à nouveau... Je ne pouvais qu'être heureuse avec elle, souriant à ses répliques sur mes plaisanteries. Je ne pus que rire, lorsqu'elle parla de "mes formes". Définitivement, Malice avait un grand complexe sur son corps... comme beaucoup de femme, d'ailleurs. Est-ce que cela la dérangeait à ce point? À mon oeil, elle était si belle, pourtant... Et vu l'effet qu'elle faisait à plusieurs hommes, je ne voyais pas en quoi elle avait quoi que ce soit à m'envier. Il était cependant vrai de dire que mes courbes sont bien plus généreuses que les siennes. J'aurais eu envie de lui dire que ça allait commencer par pousser, un jour, mais ne trouvant pas de façon adéquate pour dire un commentaire de ce genre, je préférai taire cette remarque.

Cependant, il m'était arrivé de croire que, malgré ces courbes, je n'arrivais pas à me trouver quelqu'un. Peut-être étais-je trop exigeante? J'aurais bien dit quelque chose, une nouvelle fois. Mais la réplique de Malice ne se ferait pas attendre. Étant de ceux qui préfère être caché dans l'ombre sans s'occuper des bals, ou des quelconques évènements sociaux, il était évident que je ne me trouvais que rarement en présence masculine. Et la grande majorité du temps, je devais les assassiner... Dur vie sociale en perspective. Alors que Malice, quant à elle, partageait sa présence avec tout les autres, lors des bals de l'empereur. Je ne pouvais comprendre cette envie de... "vieillir", moi qui avait du être d'une maturité exemplaire bien avant l'âge adulte, ce n'était pas quelque chose qui me charmait. Qui plus est, mon corps était arrivé à maturité relativement tôt, comparativement à Malice. Je la regardai dans le miroir, brossant toujours ses cheveux. Avais-je simplement un commentaire à dire sur ce qu'elle me disait à propos de mes formes? je me penchai vers l'avant, sourire au lèvre.

"Et le jour où tu auras ça..." Je saisi l'encolure de mon vêtement, laissant mon décolleté s'agrandir d'à peine quelques millimètres d'un geste presque théâtrale. Un homme aurait probablement trouvé le moyen de s'exciter sur ce simple geste... Quant à Malice, j'étais persuadé qu'elle le verrait comme ce que c'était vraiment ; une simple plaisanterie de gout douteux de la part de sa grande soeur."Que feras tu, Malice? Mettre Esarin dans l'embarras à nouveau?"

Je me mit à rire. Je me relevai, en replaçant ce que j'avais déplacé. Après tout, elle se servait de sa beauté innocente de l'enfant. Pourquoi ne pas me servir à mon tour de cette "sensualité" de femme que Malice semblait me trouver? Je ne m'étais jamais vraiment porté sur cette question. Il est vrai que je devais ressembler à ce qu'on catégoriserait dans les belles femmes. Mais bien honnêtement, je ne m'en étais jamais vraiment préoccupé. À vrai dire, c'était un autre point que moi et Malice ne partagions probablement pas. Ma soeur semblait être en admiration pour la beauté. Quant à moi... Je jouais les assassin, les durs à cuir. Je ne pouvais m'empêcher de remarquer que nous nous ressemblions, physiquement, en dépit de la différence d'âge visible. Je souris en pensant que, pourtant, nos pensées étaient aussi différentes que le jour et la nuit...

La conversation devint beaucoup plus sérieuse, ce qui sembla déplaire à ma jeune soeur... Espérant que je ne ferais qu'une simple parenthèse, après quoi, nous pourrions reprendre la joie. Elle réussi, cependant, elle aussi, à s'amuser à mes dépends, comme je venais tout juste de le faire. Je lui jetai un regard comme quoi sa remarque me déplaisait. Je ne pu cependant retenir mon sourire. Maintenant, elle était capable de se défendre face à mes commentaires parfois douteux. Cela me réconfortait, de savoir que, plutôt que de me le reprocher, elle pourrait trouver quelque chose pour me remettre mon commentaire.

Lorsqu'elle me parla du Lord Arak, je ne put m'empêcher de croire que ce nom m'étais familier. Un air pensif se déposa sur mon visage. J'écoutai attentivement Malice me parler de cette mission, où un rebelle s'insurgeait contre l'empire. Quelle folie... Rester à Cerandor, et tenter une rébellion? Il aurait mieux fait de rejoindre Theiseith... Désormais, il m'aurait sur le dos. Je souris. Enfin un peu d'action... J'avais l'impression de m’ankyloser, depuis un certain temps. Il n'y avait plus personne d'assez fou pour s'opposer à l'empire seul.

"Ainsi donc les ailes écarlates reprenne du service..." Je relevai la tête, tentant d'attraper la lettre, que Malice me retira avant même que je puisse la voir. "Malice!"

Je devais la peigner. Soit. Finir ce que j'avais commencé. Je soupirai, en fixant ses yeux dans le miroir. Je secouai doucement la tête. J'ouvris doucement sa commode, et prit ce dont j'avais besoin, et continuai de m'affairer dans ses cheveux. Certes, je serais perdu sans elle. En ce moment, c'était vrai. Et elle me le faisait bien voir. Alors que j'avais besoin de cette lettre, elle me la retirait des yeux, pour me demander de d'abord peigner ses cheveux...

"C'est à croire que ton nom ne fut pas choisi au hasard, Chère Malice..." Je m'affairai à cette tâche, avec un nouveau sourire. "Arak... Ce nom m'est familier... j'ai l'impression de l'avoir déjà entendu bien avant ce voyage... Mais je ne me rappelle pas où, ni en quelles circonstances..."

Je continuai de m’affairer sur les cheveux de ma soeur, avec beaucoup plus de mal que je ne l'aurais cru. Moi qui me contentait d'investir très peu de soin dans mes cheveux, les coupant au besoin, et les brossant, mes soins s'arrêtaient là. Ce n'était pas tellement différent de la peigner, mais... J'espérais simplement, qu'elle ne me demanderait pas de la coiffer comme à son habitude... Alors que je pensait à la peigner, je me mit à penser de nouveau. Ce bal masqué... seulement y penser m'emplissait de joie. Mais allais-je être à la hauteur, concernant la danse? Moi qui ne me pratiquait que peu à ce genre d'activité...

"Tu auras probablement bien l'occasion de te moquer de moi, lors de ce bal, Malice. À ton grand bonheur, je suppose, je ne suis pas une danseuse exemplaire..."


Finalement, j'eus terminé avec la longue chevelure de ma soeur. Je lui redonnai son peigne et sa brosse, plaçant mes mains sur mes hanches, en la regardant dans le miroir. Un sourire s'étira sur mes lèvres. J'étais fière de mon travail... Il ne restait plus qu'à voir si Malice allait apprécier.

"Alors? Y aurait-il autre chose pour vous faire plaisir, princesse?"

_________________

The shadow of the scarlet wings flies upon you...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malice Crow
Maliceuse, moi? Jamais!
avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 11/08/2012

Feuille de personnage
Faction: Empire.
Niveau: 1
Point de Vie:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: Pour des raisons politiques... (PV Malice)   Mer 30 Jan - 19:21

Une étincelle de jalousie s'alluma furtivement dans les yeux de la jeune princesse à l'instant où sa soeur dévoilait son décolleté. Oui, elle était légèrement jalouse des formes de sa soeur. Bien évidemment, Malice n'avait pas besoin d'avoir les mêmes rondeur que Raven pour charmer. En fait, tout le monde s'entendait pour dire qu'elle très jolie et fortement charmante. Cependant, cela ne réglait en rien son complexe. Qu'aurait-elle donner pour vieillir un peu plus vite? Tout viens à point à qui sait attendre, lui aurait dit son précepteur. Malice le savait très bien, rien ne se bâtissait en un jour. Cela aurait été irréaliste de penser le contraire! Ce qui ne l'empêchait tout de même pas de désirer des changements plus rapide! Au moins, le résultat ne serait que plus apprécier après une telle attente. C'était bien là, sa seule consolation.

Du même sens, cette jalousie venait aussi d'un autre point particulier. Malice adorait manipuler et contrôler les autres. Le charme et la beauté étaient des armes de choix. Raven avait tout, sauf peut-être la personnalité, pour devenir la femme fatale par excellence. Cependant, malgré ses attributs développé, l’aînée ne se servait pas du tout de son physique à son avantage. Selon Malice, sa soeur gâchait le don de la nature qu'elle avait reçue. Ne se rendait-elle pas compte de tout le pouvoir que lui donnait ce corps? Malice elle, s'en rendait bien compte! Jamais elle n'aurait négligé pareille avantage! Les deux soeurs avaient des personnalités très différentes, Raven n'avait clairement pas l'esprit de la manipulation comme la petite sorcière. Pourtant, se disait Malice, pourtant Raven aurait pu aller loin en mettant un peu plus d'effort à l'utilisation de son charme naturel de femme, pour s'en servir à son avantage!

Aussi, il fallait le dire, Raven n'avait jamais été très porté sur la chose. La jeune princesse ne se souvenait même pas avoir déjà vu sa soeur ainée faire du charme à la moindre personne, n'y même jamais parler d'un homme en particulier. Raven était une ombre dotée de la plus parfaite des silhouettes. La majorité des femmes enviaient l'effet qu'avait la simple vue de Raven sur leur mari. Il n'y avait pas une femme à la cour qui n'aurait pas aimé être affubler des formes de Raven. Sans même le savoir, Raven provoquait de fortes réactions de jalousie de la part des femmes de la cour. Un tel pouvoir, oui, c'était du gâchis se disait Malice!

Elle balaya ses pensées d'un sourire. Non, Malice n'avait rien à lui envier, elle était simple différente, mais au bout du compte, la jeune femme obtenait toujours ce qu'elle voulait. Elle manquait un peu de forme? Et alors, les hommes se jetaient quand même à ses pieds pour répondre à ses quatre volontés alors que les femmes là haïssaient pour son pouvoir sur eux. Oui, les deux soeurs étaient toutes deux incroyablement belles, leur charme n'était cependant pas du même type. De toute manière, Malice le savait, un jour, elle aussi finirait pas obtenir le corps exacte qu'elle désirait. Encore quelques années, juste quelque une!

Raven entreprit alors de coiffer sa jeune soeur tout en reprenant la discussion. Malice devint aussitôt pensive, son ainée venait de soulever un point important. La princesse avait elle aussi eue une impression de déjà-vu lorsqu'elle avait entendu le nom de Lord Arak de la bouche de son père. Pourtant, si quelqu'un avait une bonne mémoire des noms et des visages, c'était bien elle. C'était pourquoi Malice avait balayée cette impression au départ. Maintenant qu'elle voyait que sa soeur émettait le même genre de réflexion, une curiosité nouvelle faisait son apparition.

Malgré sa curiosité, elle décida tout de même d'attendre que sa soeur ait terminée de parler avant d'en faire le commentaire. Rien ne pressait de toute manière! D'un point de vue totalement technique, les deux soeurs avaient jusqu'au lever du jour pour discuter. Et ça, c'était seulement si Raven ne passait pas la journée à dormir dans la gigantesque cabine de la princesse. De plus, elle avait envie de mettre cours à la conversation sérieuse.

Malice éclata de son rire cristallin caractéristique en entendant le commentaire de sa soeur. Elle riait comme elle avait rarement ri dans sa vie, incapable de même regarder devant elle. Fait très rare de sa part, il fallut à la jeune femme prêt de deux minutes et plusieurs essais avant qu'elle soit en mesure de reprendre contenance. Puis, à l'instant où elle ouvrit finalement les yeux et qu'elle vit son reflet dans le miroir, un étrange mélange d'émotion naquit. Son regard chercha le visage de Raven dans le miroir, cette dernière semblait fier d'elle. Cette expression sur le visage de sa soeur, combiné à la vision de cette peignures eu raison de Malice. Son rire s'éleva une fois de plus, sans qu'elle ne puisse se contrôler une fois de plus


'' Mes cheveux Ravne! Mais cheveux! Comment peux-tu non seulement avoir l'air fier de toi après avoir créé une telle horreur! Raven! ''

Elle recommença à rire de plus belle. En temps normal, Malice aurait été extrêmement fâché que quelqu'un exécute un travail aussi médiocre dans ses cheveux. L'expression de sa soeur l'avait cependant prise complètement au dépourvut. Comment pouvait-elle non seulement afficher cette expression confiante? Était-elle sérieusement satisfaite? Définitivement, Raven n'avait franchement aucun talent pour ce genre de choses!

'' Oh Raven! Mais comment? Je ne pensais même pas que c'était physiquement possible d'avoir les cheveux placer de cette manière! Oh Raven! Avec un tel talent tu pourrais devenir la femme la plus en vue de la cour! Ahahaha! Mais quel diable t'a appris à coiffer des cheveux? C'est impossible, personne n'est aussi maladroit avec un peigne! À moins que... Ah! C'est comme ça que tu fais pour être une si bonne assassin! Tu peignes tes victimes dans leur sommeil pour qu'ils commettent un suicide à leur réveil? Ahahaha! C'est de la magie c'est ça? ''

D'un geste théâtrale Malice se secoua les cheveux avec fougue pour défaire le travail de sa soeur. Déjà, cette peignures de sauvageonne avait plus de classe que l'abominable chose qu'avait créée Raven. Un sourire étira les lèvres de la jeune princesse.

'' Je devrais te demander de recommencer, mais j'ai bien trop peur du résultat! Si c'était la ton meilleur, je n'image même pas le pire! ''

Malice fit une grimace à sa soeur avant de se relever gracieusement. Elle repoussa sa chaise et fit quelques pas, les mouvements fluide de son corps et de ses pieds donnaient l'impression que chacun de ses pas était un mouvement de danse purement naturelle. Il semblait qu'elle avait toujours ainsi virevolté à la place de simplement marcher.

''Je n'ai peut-être pas ça comme tu dis... '' Fit-elle en se retournant vers sa soeur en pivotant sur un pied, alors que ses petites mains étaient posées sur sa poitrine.

''J'ai cependant beaucoup d'autres atouts! ''

La princesse revint vers sa soeur, toujours en donnant l'impression que la marche pour elle n'était qu'une succession de pas de danse de plus en plus précis. Elle tendit le bras vers Raven, mais ouverte.

''Allons, allons! Ne reste pas droite comme une barre et viens, que je puis te montrer comment une dame doit danser! De plus, si tu es aussi bonne danseuse que coiffeuse, nous avons encore beaucoup de travail devant nous!''

Un sourire malicieux étiras ses lèvres.

'' Ah et... Essaie de ne pas me marcher sur les pieds!''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raven Crow
Scarlet Wings
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 10/08/2012

Feuille de personnage
Faction: Empire
Niveau: 1
Point de Vie:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Pour des raisons politiques... (PV Malice)   Jeu 7 Fév - 2:11

Au début de la soirée, Malice m'avait décrit comme méchante avec elle. Pourtant, la situation semblait bien s'être renversé. Ses cheveux étaient-ils donc si mal placé? À mon oeil, il ressemblait énormément à sa véritable coiffure... J'aurai pu lui envoyer quelques commentaires sur sa personne, seulement, je n'en voyais pas l'intérêt. De toute façon, le métier de coiffeuse n'était pas le mien. Je n'avais pas à me préoccuper de mes talents concernant ce domaine. Je me contentai de souffler une mèche de mes cheveux qui s'était glissé devant mes yeux. Bras croisé, je la regardais dire, sans un mot. À quoi bon? Me justifier n'aurait probablement fait qu'empirer ses moqueries. Peut-être que je ressentais exactement ce qu'elle avait ressenti lorsque je lui parlais de sa jeunesse? Probablement pas. Je m'en faisais très peu au sujet de ses cheveux, contrairement à elle et son complexe.

"Personne, à vrai dire. Je n'ai jamais eu à coiffer qui que ce soit," dis-je en haussant les épaules. "Père m'engage pour tuer, pas pour ce genre de corvée."

Mes paroles avaient été plus sèches que je ne l'aurais voulu. Néanmoins, l'amertume de mon ton n'était pas dirigé vers Malice. Pourquoi n'avais-je donc aucune de ces compétences qu'on associait à la féminité? Il va sans dire, la seule chose pour laquelle j'étais vraiment doué était de tuer. À croire que c'était ma seule raison d'être... Mes yeux se portèrent ensuite sur ce que faisait Malice. Elle se moquait encore, à ce que je pouvais voir. Elle dansait devant moi, me disant qu'elle avait de nombreux atouts. Un sourire se posa sur mon visage. La main tendu de ma soeur m'invitait à la suivre. J'étais peu confiante. Je soupirai doucement, toujours en souriant. J'avais envie de lui dire de ne pas se moquer, cette fois. Néanmoins, Je laissai tombé cette idée. Cela aurait été de l'inciter plus qu'autre chose.

Je prit sa main, doucement. Avec beaucoup plus de douceur que je n'aurais cru être capable. Je me plaçai donc en position pour danser, ne sachant trop que faire ensuite. J'avais déjà de bonnes bases, concernant la position de mes pieds. Bien évidemment, cela me venait du combats, et de mes déplacements bien souvent très furtif. Cela n'avait bien sûr rien à voir avec la danse, mais au moins, je saurai où placer mes pieds pour ne pas écraser les siens... Je préférais me laisser guider par ma soeur. Après tout, j'allais très probablement danser avec un homme... Et les hommes sont supposé diriger, à ce que j'avais comprit concernant la danse.

Contre toute attente, Mon esprit n'y était pas. Je me concentrais d'avantage sur ce nom qu'était Arak. J'étais persuadé de l'avoir déjà entendu. C'était comme une mise en garde qui sonnait, dans ma tête. Je chassai ces viles pensées de mon esprits, pour me concentrer sur ce que je faisais avec Malice. Mes yeux se reportaient bien souvent sur mes pieds, qui, à ma grande surprise, allaient dans les bonnes directions, finalement. Un sourire s'élargit sur mon visage. Je savais finalement danser! J'en étais capable, au moins, Je me contentais de suivre, et je n'étais probablement pas experte, mais tout de même! J'étais heureuse. De savoir que j'étais maintenant en mesure de danser, cela me remplissait de joie. Enfin quelque chose qui n'était pas rattaché au combat dans lequel je pouvais être considéré comme satisfaisante!

D'un autre côté, le fait que je n'étais pas une experte de la danse ne venait pas vraiment jouer contre moi. De toute façon, qui s'en soucierait? Et s'ils s'en souciaient, à qui réfèreraient-ils lorsqu'ils parleraient de moi? Techniquement, sur ce bateau, je n'existais pas. Personne ne savait qui j'étais, personne ne me connaissait. J'étais une ombre, sur ce navire. Une personne qu'on voyait, mais dont personne ne se souciait vraiment. Et puis, qu'importe mes talents de danseuse? J'allais participer à un bal! Une chose que je n'avais jamais fait auparavant! Une chose que j'avais toujours désiré! Un évènement généralement réservé à la noblesse, dont j'étais, la plupart du temps, exclue. La joie devait se lire dans mes yeux, alors que je me concentrais sur ma danse. Je me mise à penser à ce qui pourrais aller avec l'évènement... quelle genre de robe conviendrait? Je n'avais pas apporter des masses de vêtements... Mon visage se transforma par une expression pensive. Qu'est-ce que j'aurais apporté qui aurait pu avoir une certaine connotation noble?

"Il ne me resteras plus qu'à penser à mon accoutrement..." Un sourire passa sur mon visage. "Je doutes que je puisse t'emprunter une robe pour l'occasion, n'est-ce pas?" Je me mis à rire. Non seulement ses vêtements ne me feraient probablement pas, mais en plus, je ne tenais pas spécialement à enfiler l'une de ses tenues. Passer inaperçu avec les vêtements de la princesse? Impossible. "J'aurai toute la journée pour y penser..."

En prononçant le mot journée, ma tête se retourna automatiquement vers la fenêtre. Certes, il faisait encore nuit. Certes, le jour n'était pas encore arrivé. Néanmoins, je ne pus me retenir. Je parti en direction de cette fenêtre, pour aller la fermer, et la recouvrir des épais rideaux de la cabine. J'étais quelque fois paranoïaque concernant les protections contre le soleil. La raison en était bien simple, évidemment. Je ne voulais pas risquer de subir les atroces brûlures que le soleil procurait au nosphéras. Je me retournai vers Malice, bras croisés sous ma poitrine.

"Lord Arak... " Je me mis à tourner en rond dans sa chambre, faisant les cent pas devant la fenêtre. Je mit ma main sur ma tête un instant. "Ah! Pourquoi je ne peux me rappeler! Je suis sûr! Je sais qui est Lord Arak! Je m'en souviens! Je l'ai connu!..." Je soupirai par mon exaspération face à ma mémoire qui ne voulait visiblement pas fonctionner.

brusquement, je me retournai devant le lit, et je prit position sur celui-ci, laissant sortir un grognement de colère. Cela me frustrait de ne pas pouvoir m'en rappeler. Mes yeux se portèrent sur Malice. Elle n'avait probablement pas l'intention de continuer la discussion sur ce sujet, mais qui sait. Peut-être pourrait-elle m'éclaircir?

"Ce nom... il ne te dis rien à toi?"

_________________

The shadow of the scarlet wings flies upon you...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malice Crow
Maliceuse, moi? Jamais!
avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 11/08/2012

Feuille de personnage
Faction: Empire.
Niveau: 1
Point de Vie:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: Pour des raisons politiques... (PV Malice)   Mar 16 Avr - 22:43

Raven savait danser bien mieux que sa petite soeur s'en était originellement attendu. Il fallait l'avouer, l'aînée de la famille avait été entraînée à l'art des déplacements silencieux et furtif. Une dame devait sembler glisser sur le sol lorsqu'elle dansait, elle devait se fondre dans les mouvements de son partenaire et ne faire plus qu'un avec lui. En ce sens, l'entrainement de Raven n'avait pas été bien différent, elle se fondait dans les ombres, se déplaçais en silence comme si elle ne faisait qu'effleurer le sol et elle tuait avec grâce. C'était indéniable! La danse et l'assassina étaient-ils pour autant similaire? Plus ou moins, Malice n'apprendrait jamais à tuer en dansant et Raven n'apprendrait jamais à danser en tuant. Cependant, il y avait quelque chose de gracieux dans les mouvements de l'assassin, quelque chose qui se retrouvait aussi dans la souplesse du danseur.

Sa grande soeur avait des bases, il fallait simplement les affinés légèrement! Les hommes devaient conduire la danse, Raven savait suivre les mouvements d'un autre sans aucun problème, le reste se ferait donc tout seul. Malgré toutes leurs différences, les deux soeurs étaient de la même ascendance, de la même famille. Il aurait été plutôt incongrue que l'une d'elle possède toute la grâce d'une descendante des Crow et que l'autre ne possède rien de son héritage génétique, non? Quand même, cela pouvait soulever certaine question. Après tout, la jeune princesse pensait savoir des choses à propos de leur ligné que Raven ignorait nécessairement. Pourquoi avaient-elles hérités de deux formes de magie aussi différente l'une de l'autre et tout aussi différente de celle de leur père?

D'un battement de cils, la jeune femme venait de balayer ses pensées parasite. Ce n'était pas le temps de rouvrir ce genre de vieille blessure, ici, maintenant, il y avait mieux à faire, mieux à vivre. Des retrouvailles comme elle en avait longtemps rêvé. Pourquoi tout gâcher du revers de la main? Peut importe la vérité, elles étaient soeurs et c'était tout ce qui comptait.

La princesse offrit un magnifique sourire à sa soeur. Un sourire qui se voulait sincère malgré la petite touche malicieuse qui brillait dans ses yeux. Raven avait du talent, il fallait le reconnaitre. Elle était certes un peu maladroite, mais les hommes verraient son léger manque d'assurance comme un élément charmant! Du moins, temps qu'elle ne leur marchait pas sur les pieds. Dans ce cas, ils la prendraient plutôt pour une femme sans grâce! Ce qui en soit, serait un départ plutôt mauvais pour un premier bal.


'' Tu es meilleure danseuse que coiffeuse, ça c'est certain! Au moins tu ne risques pas de tuer personne en leur marchant sur les pieds jusqu'à ce que mort sans suivre, contrairement à ce que tu sais faire avec un peigne! Je me sens en bien meilleur sécurité!''

Se moquer était une seconde nature chez elle, mais pourquoi sans faire? Si les formes et la maladresse de Raven était la source de son charme, les moqueries contribuaient nécessairement à celui de Malice, non? Bien évidemment! Ou peut-être étais-ce un de ses défauts?

La question de son aînée fit rire Malice de bon coeur et ce pour deux raisons. Premièrement, évidemment qu'elle ne pouvait pas lui emprunter une robe! Le physique des deux soeurs, étaient bien trop différents! La poitrine de Raven devait bien faire le double de celle de Malice et c'était bien loin d'être les seules différences corporel! L'aînée avait des hanches plus larges, une taille un peu moins fine, elle était aussi plus grande. En bref, le cauchemar de n'importe quel couturier qui voulait ajuster la robe d'une pour l'autre!

Deuxièmement, Raven devait connaitre très mal sa petite soeur si elle posait une telle question! Pour qui prenait-elle sa cadette? Malice laissait-elle non seulement quoi que ce soit au hasard? Comme si l'idée de tenir le premier bal masqué de l'histoire de l'Empire d'Ansil'Lith était une idée frivole qui venait à peine de lui traverser l'esprit.


''Raven, pensais-tu vraiment que moi, Malice Crow, n'aurais pas pensé à tout? ''

La princesse désigna, d'un mouvement de la tête, un grand coffre près de la porte.

''J'ai sélectionné pour toi toute une variété de robes à ta taille! Prévoyance, Raven, prévoyance! Je savais très bien que tu n'apporterais rien d'autre que tes vêtements habituels! Des vêtements très mal adapté pour un voyage en mer et encore moins pour une danse, soit dit en passant! Qui part en croisière habillée comme toi de nos jours? Je me le demande!''

Malice observa ensuite sa soeur fermée la fenêtre avec empressement, ce qui eue pour effet de la faire sourire à nouveau. Raven était beaucoup trop droite et sérieuse! Si seulement elle savait que sa soeur cadette utilisait presque à chaque jour, un artéfact magique pour sortir au soleil! La princesse se ferait surement gronder par son ainée pendant des heures! Voir des jours même! La prudence excessive menait nécessairement à l'ennuie!

Déjà, la droiture de sa soeur remontait à la surface, la revoilà qui parlait à nouveau de travail! Savait-elle s'amuer? Ce n'était pas ce qui semblait! Du moins, pas de la même manière que les gens normaux. Peut-être que le travail était une forme d'amusement pour Raven? Tout de même, Raven marquait un point. Le nom de l'homme lui disait aussi vaguement quelque chose. Peut-être son précepteur le lui avait appris, dommage qu'elle ne l'écoutait pratiquement jamais!

La princesse prit place sur le lit au côté de sa soeur, l'air tout aussi pensive que cette dernière. Elle poussa ensuite un soupir et fouilla sa mémoire. Il lui semblait qu'une tasse de thé serait la bienvenue pour l'aider à se concentrer. Pourquoi diable Esarin était si lent? Ou était-ce elle qui n'était pas patiente? Après tout le navire était énorme...


''Arak. Il me semble avoir entendu son nom de la bouche de Socrate... Il y a tellement de Lord et de Lady. Tous les retenir tiendrait du miracle, surtout pour ce qui est des seigneurs des colonies dans les îles. Tous des seigneurs mineurs qui n'ont jamais mît les pieds dans le palais impérial. Je retiens les noms qui me sont pratiques, les autres... ''

La jeune femme balaya l'air de la main droite en signe d'agacement.


''Je... Le palais, mais oui! ''

Elle ferma la bouche, le temps de bien saisir l'idée qui venait de lui traverser l'esprit.

''La grande porte de la muraille principale d'Ansil se nomme: La porte d'Arak. ''

Comment avaient-elles fait pour ne pas y avoir pensé avant?

''Le nosphéra qui a trahis le premier empereur et ouvert la grande porte pour permettre à l'armée de père d'entrer dans la citée! Si je ne me trompe pas, pourquoi un tel homme aurais trahis père? Il était assez loyal pour recevoir une île et même un monument à son nom... Cette histoire est plutôt étrange, non? ''

Et on frappa à la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raven Crow
Scarlet Wings
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 10/08/2012

Feuille de personnage
Faction: Empire
Niveau: 1
Point de Vie:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Pour des raisons politiques... (PV Malice)   Jeu 13 Juin - 3:37

     Je souris aux remarques moqueuses de ma soeur. Elle revenait à nouveau sur le sujet de mes talents de coiffeuse, comme pour venir me faire comprendre qu'elle aussi, était en mesure de se moquer des autres, comme je l'avais si souvent fait avec elle, au cours des dernières années. Mais le faisait-elle vraiment pour cette raison? J'en doutais. Cela semblait être dans son naturel, de se moquer des autres. Une autre que moi aurait pu se sentir blessée par ces propos, cependant, je devais reconnaitre que mes talents avec une brosse n'avait rien d'extraordinaire. Autant accepter la remarque.
 
     "Quel dommage, moi qui aurait voulu faire fortune dans la coiffure!" Dis-je, avant de me mettre à rire. "Qui sait? Les gens auraient pu payer très cher, pour avoir des coiffures disons... unique?"
 
     Je souriais, pensant à ce qu'aurait été un évènement avec les merveilleuses coiffures que j'aurais pu créer. Mes paroles étaient bien sûr pleine d'un sarcasme à peine voilé. La coiffure ne m'avait bien sûr jamais intéressé. Pas plus qu'aucun autre type de travail dit "féminin". J'avais toujours eu une préférence pour la violence, ou du moins, il semblerait. J'étais née dans la mauvaise famille, il semblerait. J'aurais du naître dans une famille faible, pauvre. J'aurais pu, alors, être une véritable guerrière, et pas uniquement les "ailes écarlates", une simple rumeur qu'on utilisait pour faire peur aux gens s'ils n'étaient pas obéissant. Les gens ne me croyait pas réel. Ils ne le croyaient uniquement lorsque, lors de le dernier souffle de vie, ils voyaient se déposer à leur côté, une plume rouge, alors qu'ils se vidaient de leur sang. Mais bien sûr je ne pouvais révéler au monde qui j'étais. Père ne l'aurait pas permis. Il avait besoin d'une ombre obéissante, qui exterminerait ses petits problèmes internes.
 
     Doucement, je secouai la tête. Un mouvement presque imperceptible. Je venais de chasser de ma tête la fureur qui m'envahissait chaque fois que je pensait à l'empereur, celui qui se disait être notre père, à moi et Malice. Je préférais profiter du moment présent. Je n'allais pas gâcher cette nuit de la sorte. Un nouveau sourire se dessina sur mon visage. J'étais revenu à cette réalité du moment, ce moment heureux, que je passais avec ma soeur.

     Je regardai dans la direction que me pointais malice. Avait-elle réellement prévu m'emporter des robes à ma taille? J'étais quelque peu bouche bée. Que dire devant son attention? Qu'aurais-je pu répondre? Moi qui, normalement, n'aurait même pas dû participer à aucun évènement, pourquoi aurais-je à emporter des robes avec moi? Malice semblait avoir eu cette idée du bal depuis déjà un moment, si elle avait pensé à tout, comme ça. à sa dernière remarque, je tournai la tête vers elle, arquant les sourcils, avec un sourire en coin.

     "Je suppose que les assassins et les soldats n'emporte pas de robe de soirée. Ce bateau a beau n'être qu'une jolie petite visite politique, la passagère mystère est ici pour une toute autre raison."

     Même si je me justifiais pour ne rien avoir emporté, j'étais très reconnaissante envers cette attention de sa part. Je me doutais qu'elle avait elle-même envie d'un bal, elle semblait avoir une véritable passion pour ce genre de chose. Mais l'attention du bal masqué, pour ne pas que je sois reconnue, et les robes... Toutes ces attentions de sa part me laissaient croire qu'elle prévoyait beaucoup plus que je ne le pensait au départ. J'avais toujours vu ma chère petite soeur comme une véritable petite fille, ne cherchant qu'à s'amuser au détriment des autres. Une enfant aimant les mauvais tours et les pièges. Je ne la prenais pas au sérieux, autrefois. J'ai toujours cru qu'elle n'était qu'une gamine. Et voilà alors que ses actions de ce soir me démontraient que j'avais tort. Elle était beaucoup plus prévoyante qu'auparavant, et surtout, derrière ses airs de petite fille, il se cachait bel et bien une princesse. Au moins, ainsi, Père aurait sa véritable héritière.

    Il fallait voir la vérité en face. Je n'étais pas faite pour la vie de palais. Malice, quant à elle, était parfaite dans ce rôle. Est-ce qu'en ce moment, je ressentais de la fierté pour ma soeur? Étais-je heureuse de voir qu'elle devenait une adulte? Certes, le plaisir faisait encore partie de ses priorités, mais qui n'a pas le plaisir à coeur? Qui ne cherche pas à s'amuser? Malice s'y prenait simplement différemment. Elle avait simplement des passes-temps différents des miens. Elle jouait des tours aux autres nosphéras et goules, alors que moi... j'avais d'autre façon pour tuer le temps.

     Le sérieux était revenu dans notre conversation, et je remarquai bien vite que cela ne plaisait pas à ma soeur. Néanmoins, elle resta sérieuse encore un moment, suffisamment longtemps pour qu'on puisse tenter de trouver qui était ce fameux lord Arak. Il me faudrait bien une description physique, ou au moins, une idée de qui était ce cher Nosphéra que je devais assassiner de sang-froid. Et les propos de ma soeur me firent me redresser. Je la fixais dans les yeux. Comment Aurais-je pu oublier ce nom? C'était sous cette porte que mon passage référé passait, pour sortir de la ville sans me faire remarquer. Comme j'avais été bête! Cela dit, rien n'expliquait qu'il ait trahi l'empire. C'était une idée saugrenue, complètement dénué de sens! Il aurait trahis l'empereur, et ensuite, il trahirait ceux pour qui il travaillait? Quel motifs le poussaient à agir ainsi?

     "Peut-être est-ce une question de richesse... L'alliance a peut-être acheté son allégea-..."


     La porte. Le thé. Il était encore là, à attendre qu'on lui ouvre. Je l'avais complètement oublié, avec tout ce qui c'était produit depuis sa dernière venue. Que faire? Devais-je me cacher? La princesse avait bien demandé à être seule... Oh, et puis tant pis! Un sourire me passa sur le visage. Je regardai Malice, avant de m'approcher de la porte.

     "Et dis-moi, Malice... Comment réagirais Ce cher maladroit de garde qui semble avoir une dent contre mon thé... Si c'est moi qui lui ouvrait la porte?"

     Je retirai le tissu qui retenait mes cheveux attaché, avant de secouer la tête rapidement. Mes cheveux, ayant repris leur position habituelle, j'avais de nouveau l'allure normal qui m'allait. Je ne portais pas les cheveux longs, comme ma soeur. De toute façon, cela n'aurait pas été joli, sur moi. Sur ma propre personne, je préférais de loin avoir les cheveux aux épaules.

     Une seconde avant de mettre la main sur la poignée de porte, j'avais doucement tirer sur l'encolure de mon peignoir, me laissant un bon décolleté. Le but de cette manœuvre? Je voulais voir comment Esarin allait réagir. J'ouvris donc la porte, à temps pour voir le visage du garde changer, alors qu'il allait, à nouveau, échapper le plateau. Rapidement, je me penchai, l'attrapant avant qu'il ne touche le sol. Le léger cliquetis des tasses et du contenant de thé sur le plateau fut rassurant, pour moi. Au moins, il n'allait pas à nouveau rejoindre le sol... Toujours aussi rapidement, je me relevai, et lui sourit. Je m'inclinai légèrement en signe de remerciement, avant de reculer, et de fermer la porte en vitesse. Je ne voulais pas mettre d'avantage ce pauvre homme plus dans l'embarras. J’emportai  le plateau sur le lit, en souriant.

     "Alors, si on prenait ce thé? C’est la troisième fois qu’on reçoit le plateau, autant profiter de son arrivée, pour une fois! » Dis-je en souriant.
 
     Une tasse de thé me ferait le plus grand bien, en ce moment. Je pris donc la théière, et en versai une quantité suffisante dans les deux tasses. La vapeur blanche qui s’en échappait normalement était beaucoup plus légère que lorsque je le faisais moi-même. L’eau qui se trouvait dans ce contenant n’était donc pas aussi bouillante qu’à mon habitude… Un simple petit détail qui, je l’espérais, n’allait pas altérer le moment, ni le goût…
 
     À ma première gorgée, je savais déjà qu’il ferait l’affaire. Ce n’était pas le meilleur, loin de là. Mais c’était suffisant. Et ce fut tout ce qu’il me fallait pour revenir à ma première préoccupation du moment ; Arak.
 
     « Je ne sais pas ce qui aurait pu le motiver à trahir père. Peut-être ne l’a-t-il même pas trahi. Pas encore. » Je déposai ma tasse de thé sur le plateau, et me relevai, avant de faire quelques pas dans la chambre. « L’empereur a… souvent ce qu’on pourrait appeler des intuitions. Peut-être s’est-il senti délaissé par la capitale? Peut-être croyait-il mieux de s’opposer à l’empire. » Je me retournai brusquement vers ma sœur. « Je n’en sais rien. Je n’en sais rien, et je ne veux pas en savoir d’avantage. Je n’ai pas à me questionner sur mes cibles. »
 
     Je revins vers le lit, pour m’y asseoir doucement. Je préférais toujours ne rien savoir des gens que je tuais. Il y en avait eu plusieurs que je connaissais de nom, et que je savais être contre l’empire. Alors que d’autre n’était que des gens sans noblesse. Alors, lorsque je devais tuer des gens sans nom connu, je me demandais pourquoi je devais me débarrasser d’eux. Après mes premières actions, ces questions me tourmentaient. Mais maintenant, je ne posais plus de questions. À quoi bon? Je n’étais pas sensé tout connaître de ma cible. Je devais m’en débarrasser rapidement et efficacement. C’est tout ce qui intéressait Alliester, mon père, mon empereur. Celui à qui j’avais juré fidélité en m’engageant à servir l’empire. Il m’était parfois amer de me rappeler que j’ai dû jurer fidélité à celui qui se disait mon père…
 
     « Et toi, » Murmurais-je, en me tournant vers Malice. « Tu ne viens uniquement que pour le voyage? Ou participeras-tu activement dans la politique qui se passera sur Cerandor? »

_________________

The shadow of the scarlet wings flies upon you...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malice Crow
Maliceuse, moi? Jamais!
avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 11/08/2012

Feuille de personnage
Faction: Empire.
Niveau: 1
Point de Vie:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: Pour des raisons politiques... (PV Malice)   Mer 31 Juil - 14:30

Esarin: ''Honnêtement, je ne connais absolument rien au thé.''

Nettoyeur de pont: ''Moi non plus monsieur, je ne suis qu'une goule.''

Esarin: ''Mais la princesse disait qu'un serviteur goule saurait s'acquitter de cette tâche... ''

Nettoyeur de pont: ''Un serviteur de cuisine monsieur, pas un nettoyeur de pont.''

Esarin: ''... Bon point. ''

----

Esarin: ''Honnêtement, je ne connais absolument rien au thé. ''

Balayeur de cuisine: ''Je ne sais pas ce qu'est du thé monsieur, je suis désolé.''

Esarin: ''Mais... Le nettoyeur de pont m’a dit qu'un serviteur de cuisine pourrait m'aider...''

Balayeur de cuisine: ''Un cuisinier monsieur, je ne suis qu'un balayeur de cuisine. ''

Esarin: ''Je vois... ''

-----

Esarin: ''J'ai vraiment besoin d'aide, je ne connais absolument rien au thé!''

Chef cuisinier: ''J'ai cent-cinquante repas à préparer je ne peux rien faire pour vous.''

Esarin: ''Mais la goule ma dit que...''

Chef cuisinier: ''Kaleb! Apporte les épices, la chambre trois attend!''

Esarin: ''C'est que...''

Chef cuisinier: ''Kaleb! Plus vite que sa!''

Esarin: ''Monsieur, je...''

Chef cuisinier: ''Quoi? Vous êtes encore la vous? Je n'es pas le temps je vous dis! Demandez à une goule. ''

Esarin: ''...''

-----

Esarin: ''Du thé! Il me faut tu thé!''

Jeune Nosphéra: ''Le thé c'est pour les vieilles personnes!''

Esarin: ''Non le th...''

Jeune Nosphéra: ''Vieillard, vieillard! Hahaha!''
--

Esarin: ''Ma vie... Ma vie est terminée. Si seulement je savais ou trouver du thé ou comment le préparer convenablement...''

Réparateur de voile: ''Avez vous essayez la réserve de la cuisine?''

Esarin: ''Je... Mais comment sais-tu cela? Tu n'es qu'un réparateur de voile!''

Réparateur de voile: ''Toutes les goules savent cela monsieur, je suis désolé.''

Esarin: ''Mais... Mais... Je... Le nettoyeur de pont et le... Ah et puis merde. La réserve? Bien. BIEN!''

-----

Esarin: ''Mais pourquoi? Pourquoi moi!? Quelle est cette folie!?''


Chef de réserve: ''C'est exact monsieur. Nous avons plus de trois cents sorte et varité de thé. Impressionnant n'est-il pas?''

Esarin: ''Trois... Cent... Variété... Comment choisir?... Aidez-moi. La princes...''


Assistant de chef de réserve : ''Chef! Nous avons trouvé le voleur de sang de la réserve deux!''

Chef de réserve: ''Le voleur? Enfin! Désoler monsieur Ezarin? Esa... Bref! Désolé, le devoir m’appelle, bonne chance!''

Esarin: ''...''


-----

Esarin: ''Finalement, j'ai récolté tous les ingrédients nécessaires. Cette fois je n’échouerai pas, non certainement pas! La princesse compte sur moi et j'ai déjà ruiné deux fois son thé. T’ou vas bien ce passer. Oui, absolument tout. Aucun problème! Aucun, non, non évidemment. Serviette... Ugh! NON! Tout va bien se passer! Elle est habillée maintenant, j'ai pris tellement de temps à tout trouver... C'est certain! Tout sera parfait! Je vais garder ma dignité et...''

Nettoyeur de hublot: ''Monsieur, votre eau chaude refroidit. ''

Esarin: ''Je sais, je... Oooh non. Le thé doit rester chaud! Je suis mort, tellement mort!''


-----

Esarin: ''Bon... Le moment est venu de cogner. Tu vas y arriver Esarin. Le troisième coup est toujours le bon. Toujours! Cette fois il n'y aura n'y surprise, n'y serviette pour me faire perdre mes moyens. Tout. Est. Parfait. Bon. ''

-----

''Et moi je suis plutôt persuadé que certains assassins raffinés apportent de beaux vêtements pour s'infiltrer dans les soirées mondaines, pour ensuite poignarder le jeune prince séduit par l’assassin déguisé en femme fatale pour l'occasion! Un travail tout à fait excitant! Ou peut-être ais je trop lu de roman? Après tout, je ne sais pas grand-chose de tes tâches ou même de celle d'un assassin normal. ''

''Bref, il n'empêche que je savais pertinemment que tu n'apporterais rien! Ma très chère soeur, vous êtes prévisible! '' Avait-elle ensuite ajouté avec un petit sourire en coin.

Malice tourna la tête vers la droite pour mieux observer sa soeur. Soudainement une vérité éclata dans l'esprit de la jeune fille. Sa soeur avait changé. Ce n'était pas tant son apparence que son attitude en général, mais la princesse avait l'oeil perçant. Il y avait quelque chose de différent chez Raven, comme si son aura n'était plus la même. C'est vrai, son ainée avait changé. Si elle ne sen était pas vraiment aperçue avant, c'était bien que sa grande sœur avait plutôt joué la carte de la froideur et un mur avait été ériger entre elles. Mais maintenant, plus que jamais, les détaille-lui sautaient aux yeux. C'était visible à ses traits légèrement tendus, à la raideur à peine plus prononcée qu'avant. Elle était malheureuse, oui, Raven semblait malheureuse. Que diable lui était-il arrivé ces dernières années? Ou était passé son sourire, son vrai sourire?

Raven parlait toujours de son travail, au début Malice avait crut que sa soeur aimait beaucoup trop exécuté ses tâches, maintenant elle n'en était plus si certaine. Devait-elle demander à Raven ce qui lui était arrivé? Maintenant que les dernières barrières tombaient de plus en plus facilement, son ainée lui raconterait-elle l'évènement qui l'avait ainsi transformé? Peut-être. Était-ce trop tôt? Peut-être. Il valait très certainement ne pas ce concentré sur ce détaille pour l'instant, un meilleur moment viendrait.


'' Une question de richesse? Arak doit bien avoir une fortune gigantesque. Il était le gouverneur des archipels. Tous les vaisseaux marchant lui devaient une taxe sur la marchandise. Si tu veux mon avis, cette histoire est plutôt louche. J'ai l'impression que père s'aliène de plus en plus d'allié ces derniers temps. ''

Un léger bruit semblait avoir attiré l'attention de Raven sur autre chose que la conversation. L'étrange sourire qui vint alors prendre place sur le visage de son ainée, fit rire Malice avec éclat. Si Malice était la quintessence de la malice, alors un sourire comme celui de sa soeur ne la trompait pas. Ainsi donc, Raven aussi aimait jouer de petit tour?

''Je ne sais pas, très chère soeur. Pourquoi ne pas tenter de le découvrir? Notre ami ici présent s’est assez rincé l’œil sur moi aujourd'hui. Après tout, vous faites l'état d'un test ma chère, qui suis-je pour refuser pareille demande, alors qu'exécuter un tel test nous en apprendrait tellement plus le fonctionnement de l'esprit des hommes? Il n'y a rien de trop beau pour la science. '' Ponctua-t-elle d'un nouveau rire cristallin.

--

Le nosphéra venait de lever une main pour cogner, ouvrit la bouche pour prendre une dernière grande inspiration et...

Esarin: ''Que!?...''

À cet instant bien précis, quelque chose en lui mourra. S'il avait non seulement eu encore le moindre contrôle sur son corps, le nosphéra aurait surement hurlé noooooooooon, alors que, yeux fixés sur un gigantesque décolleté plongeant, il laissait tomber le plateau à nouveau.

Puis, aussi subitement que la porte c'était ouvert, la femme avait rattrapé le cabaret avant de disparaitre de l'autre côté de la porte.


Esarin: ''Que!? Que!? Que!?''

Il se retourna mécaniquement avant de partir dans la direction opposée, le visage vide.

Esarin: ''Oh dieu... ''

-----

'' Alors, alors? De quoi avait-il l'air? Je parie qu'il avait encore ce visage hébété et bête qu'il n'arrête pas d'aborder quand il me voit! Ahahah! ''

Raven avait apporté le plateau sur le lit, puis elle avait choisi une tasse. Un manque flagrant à l'étiquette! Il fallait toujours laisser l'invité choisir en premier! Mais pourquoi s'en formaliser n'est-ce pas? Raven était une rustre, voila tout. Un léger éclat malicieux illumina ses yeux à cette mention.

''Oh! Je suis positivement certain qu'Arak à déjà causé les méfaits d'on il est accusé, sinon les choses n'irais pas aussi mal dans les Archipels.''

Malice observa le plateau un instant avant de finalement prendre une tasse et de gouter au liquide chaud du bout des lèvres. Il n'était pas assez sucré, la princesse aimait le sucre. Un thé sans sucre, n'était pas un thé, ce n'était que de l'eau et des herbes, rien de plus.

La jeune fille c'était relevée, après avoir déposé la tasse de thé dans le cabaret, puis elle s’était dirigée vers une autre armoire.


''Pour ce qui est des prémonitions de père, je pense qu'il a surtout de très bons espions. Les magies divinatoires n'existent pas Raven, c'est une règle de base de la magie, personne ne peut prévoir parfaitement l'avenir. ''

La princesse n'y croyait pas vraiment, tellement de choses étaient impossibles à expliquer au sujet de leur père. Un don de vision? Probablement pas, des espions? Certes, mais il y avait autre chose aussi, autre chose qui dépassait leur compréhension à toutes deux. Pour le moment du moins...

'' Ce que je suis venu faire ici? Mmmh... Ah voilà! ''

D'un geste rapide, elle avait saisi un petit pot contenant une substance dorée. Puis, d'un air triomphant et légèrement enfantin, Malice avait secoué doucement sa trouvaille sous le nez de sa soeur.

''Du miel aromatisé aux noix crémeuses d'Ushiushen. Aucun thé n'est parfait sans un zeste de cette merveille de la nature!''

Une fois le zeste ajouté, la jeune princesse avait remis le miel à sa place, avait regagné sa place sur le lit, avant de prendre cette fois, une bonne gorgé de thé. L'air satisfait et amusé, elle poursuivit.

'' Raven, Raven, Raven... Ta capacité d'écoute et, ou, ta mémoire m’impressionne. Oh, mais voila la raison... Oui, pourquoi n'y ai-je pas penser plus tôt? C'était pourtant clair! Oh oui, Raven, j'ai trouvé l'explication parfaite. ''

Une nouvelle gorgée de thé, cette fois ponctuer d'un gigantesque sourire malicieux.

''Tu savais que les poissons rouges ont une mémoire de trois secondes. Ne nous aurais-tu pas jetés à l'eau pour rejoindre tes semblables? ''
Ses yeux brillaient maintenant d'amusement.

'' Raven, Raven, Raven, si tu ne te sentais pas dans ton élément, les pieds sur le bois ferme, tu aurais du me le dire et je t’aurais fait préparer un aquarium! Heureusement, dans ma grandeur d'âme, j'accepte de répéter, à nouveau, mes paroles. ''

L'instant suivant, Malice avait fait un clin d'oeil à sa soeur avant de reprendre son air de secret, un doigt devant les lèvres.

''Je suis officiellement la gouverneure des Archipels d'Ansil'Lith par intérim. En tant que porte-parole officiel de père, je suis sa main, ses yeux et son autorité. Impressionnant n'est-ce pas? Et vous ma chère soeur, vous allez travailler sous mes ordres!''


Son rire se fit entendre de nouveau, un rire d'une candeur toute pure et innocente.

''Allons, allons, n'oublie pas cette fois, sinon cet aquarium sera vraiment préparé à tes besoins!''

Elle déposa sa tasse sur le plateau.

''Franchement Raven, nous allons devoir te dégriser un peu, une fois sur Cerendor. Je ne sais pas ce qui t'es arrivé ces dernières années, mais tu n'es plus toi-même et ne me dis pas le contraire! J'ai l'oeil pour ce genre de chose. Tu as besoin de changer d'air et de t'amuser un peu. Une princesse doit se reposer après un voyage en mer si terrible! Personne ne me refusera une journée ou deux de repos avant de commencer à mettre de l'ordre dans les affaires de l'Empire. Et vous ma chère, vous allez m'accompagner autour de l'île. Garde l'assassinat pour plus tard dans la semaine, c'est un ordre.'' Fit-elle avec un sourire beaucoup plus doux que les précédents.

''Je ne sais pas ce que tu as, tu n'as pas à me le dire, mais ce soir, je sens que tout va s'arranger. De petites vacances n'ont jamais fait de mal à personne! Et même si Arak tentait de fuir, en deux jours il n'irait pas bien loin. Oui, c'est décidé, pour les deux premières nuit de notre séjour a Cérendor, ta présence sera requise à mes côtés et tu auras l'ordre de t'amuser. Eh non! Aucune discussion! ''

La jeune princesse avait ensuite émis une petite grimace taquine à sa soeur.


-----

Garde: ''Hey! Esarin, mon vieux! Lakat à apporter une variété rare de thé de son dernier voyage! Il paraît que c'est une variété surtout réservée à la royauté d'habitude! T'a envie de venir gouter?''


Esarin: '' AAAARRRGGGG!''


Dernière édition par Malice Crow le Jeu 31 Oct - 13:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raven Crow
Scarlet Wings
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 10/08/2012

Feuille de personnage
Faction: Empire
Niveau: 1
Point de Vie:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Pour des raisons politiques... (PV Malice)   Ven 16 Aoû - 2:45

La façon dont ma sœur parlait était celle d’une personne qui doutait. Elle doutait de ce qu’elle avançait. Pourtant, elle avait raison. La magie divinatoire n’existait pas. Je ne parlais d’ailleurs pas de magie divinatoire, même si cela semblait être le cas. Mais père était si puissant… Je n’arrivais même pas à définir de quelle famille magique il était. La mienne découlait de la biomancie, et celle de ma sœur, de la sorcellerie. Je ne pouvais pas parler d’un type de magie. Et si père possédait une sorte d’omniscience dans son empire…?

Je balayai cette idée idiote de ma tête aussi rapidement qu’elle m’était venue. C’était encore pire que de sous-entendre que mon père utilisait la prémonition. À quoi avais-je la tête? En ce moment, j’avais l’impression que tout m’échappais. Définitivement tout. Mes pensées vagabondaient. Et lorsque Malice se mit à parler de son pot de miel, je compris que j’avais commis une autre erreur. Mais comment? Comment avais-je pu oublier si rapidement ce que ma sœur cadette était venu faire ici? Je soupirai simplement en écoutant ce qu’elle me disait. Bien sûr que je savais ce qu’elle était venu faire ici. Elle me l’avait dit il n’y a de cela que quelques minutes. Alors pourquoi? Pourquoi avais-je oublié? Je la regardais, et j’écoutais ce qu’elle me disait. Que faire d’autre? L’interrompre pour lui dire que j’étais distraite? Non, autant la laisser dire. Peut-être que j’avais oublié quelque chose…

Par exemple, le fait que j’étais désormais sous ses ordres. Je souris. Je me voyais mal obéir à ma sœur. Après tout, j’étais l’ainée, non? Comment pouvais-je laisser ma jeune sœur prendre les rênes?  Cette pensée me fit rire doucement. Je passai ma main dans mes cheveux, réflexe de mon malaise du moment. Que dire face à ce qu’elle me répondait si facilement…

« Pardonne-moi, Malice. Je… Je ne sais pas où j’ai la tête en ce moment. C’est la première fois qu’une mission me semble aussi… étrange. Peut-être est-ce parce que c’est la première fois que j’accompagne une quantité phénoménale de gens? Encore pire, tous une bande de démocrate, et quelques gardes… et ma sœur cadette en plus! » Je me mis à rire. « N’y vois pas une insulte. Je ne m’attendais tout simplement à ce que ma sœur devienne… mon supérieur immédiat? »

Je me relevai. Je croisai les bras, ne sachant trop que dire après cela. Cette mission ne me disait rien du tout. Trois jours de voyage. Plusieurs semaines de bureaucratie. Et trois jours de retour. Tout cela, et pour quoi au final? La mort d’un traitre. C’est tout. Une chose commune. Que n’importe quel assassin grassement payé aurait accepté de faire. Alors pourquoi les ailes écarlates prenaient la peine de partir comme ça? J’avais une totale confiance en mes capacités… Jusqu’à présent, rien n’était parvenu à m’échapper. Pourquoi envoyer l’une des assassins les plus expérimenté de l’empire pour abattre un simple fonctionnaire?

« Je me demande… À quoi je devrai m’attendre. L’empereur ne fait pas appel à moi pour de simples fonctionnaires, ou des dirigeants de petit dirigeant de rébellion, la plupart du temps. Ceux que j’ai abattus jusqu’ici représentaient un véritable danger. » Je me tournai vers ma sœur. « Pourquoi n’a-t-il pas envoyé un assassin normal? Pourquoi sa fille? Pourquoi les ailes écarlates…? »

Je commençai à faire les cent pas. Ces questions restaient. Je cherchais une réponse, mais je n’en trouvais pas. C’était pénible. Devais-je m’inquiéter de ma réussite? Non. Je ne pouvais m’inquiéter de ce genre de chose. Évidemment que j’allais réussir. Rien ne me résistait. Tous étaient tombés devant Sanguine. Et c’était encore plus facile, maintenant que je possédais cet étrange bras.

Lorsque Malice me dis que je n’étais plus moi-même et qu’elle ne savait pas ce qui m’étais arrivé, je me tournai vers elle. C’était si évident? Avais-je donc tant changé? J’avais envie de lui montrer mon bras, mon tentacule, et tout ce qui s’était produit dans mon corps, en lui disant « voilà! Voilà ce qui a changé! N’est-ce pas assez pour toi? » Mais je ne voulais pas. Je préférais taire cette vérité. Je devais n’être qui biomancienne de niveau meister comme les autres. Même si, en réalité, je n’utilisais que très peu la magie qui me venait de ma famille. J’aurais pu très facilement développer mes capacités. Mais seulement voilà. Je préférais utiliser ma rapière plutôt que des sorts. Et de toute façon, ce tentacule que je « contrôlais » me procurais ce qui pouvait très bien ressembler à de la biomancie. La modification de mon corps, voilà ce que donnait l’impression de mon tentacule. En réalité, je n’utilisais qu’une magie de base pour le contrôler. Ce qui m’avait parasité faisait tout le reste, en l’occurrence…

Ma sœur voulait que je m’amuse? Alors que mon travail m’attendait? À quoi s’attendait-elle? Je voulais protester. J’allais protester. Et puis vint son dernier commentaire. « C’est un ordre ». Je soupirai. Au moins, elle croyait que le changement dans ma personnalité était  dû à une passion du travail bien fait. Voulait-elle que je redevienne la Raven d’autrefois?  Je fis quelque pas vers le lit, et prit à nouveau place sur celui-ci. Mon regard fixait le sol devant moi.

« Tu as raison, Malice, » dis-je alors, en me retournant vers elle. « Peut-être ai-je besoin de… comment dis-tu? De m’amuser? » Je souris. « Comme si je ne savais pas comment me faire plaisir. » Je me relevai à nouveau, bras croisé, fixant Malice d’un air faussement offusqué. « Sous-entends-tu, ma chère, que je ne suis pas en mesure de m’amuser? Que le travail est la seule chose qui m’intéresse? » Mes mains se placèrent sur mes hanches. « Eh bien saches, petite sœur, que Raven Crow n’est pas toujours aussi sérieuse! »

Je n’espérais pas du tout l’impressionner lors de cette sorties entre sœur. Elle n’avait pas la même façon de s’Amuser que moi, ça, j’en étais sûre. D’ailleurs, étais-je en mesure de m’amuser? Qu’est-ce que cela voulait dire, en fait? Pour moi, le plaisir venait de mes entrainements au combat, la plupart du temps. De mon temps passé à jouer du violon. De cette tasse de thé que je me préparais à l’occasion. Où voulait-elle donc m’amener? Un éclair passa dans ma tête. Mes yeux se levèrent vers ma sœur.

« Tu n’as quand même pas envie de me faire participer à des évènements de noble, j’espère? » Ce serait la pire des tortures. Banquet de nobles, Bal de nobles, Vie de nobles… Tout cela me paraissait si horriblement ennuyeux… « Comment arrives-tu à supporter ça? À chaque fois que je suis en présence des nobles, ils sont si hautains, les uns envers les autres, tous à regarder lequel ils pourraient poignarder le plus facilement. Et comment supportes-tu les regards que certains portent sur toi? » Je mis une main sur mon front, roulant les yeux. « Ah! Quelle horreur que la politique et la noblesse! »

Je me laissai tomber au sol, m’asseyant les jambes croisés, bras sous le menton. Je fixais à nouveau le sol devant moi. Désormais, j’avais peur de ce que Malice avait en tête pour « s’amuser ».  Mon regard se porta vers ma sœur. Je souris.

« Dans quoi comptes-tu m’embarquer, ma chère? Dans quel genre d’endroit irons-nous? Que ferons-nous? J’espère au moins que ce sera quelque chose qui me plaira! Aurais-tu donc envie de jouer d’autre tour sur l’île? Lâcher un nouveau monstre dans l’esprit des gens? » Je me mis à rire. Elle piquait ma curiosité. J’avais déjà hâte d’être sur l’île…

_________________

The shadow of the scarlet wings flies upon you...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malice Crow
Maliceuse, moi? Jamais!
avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 11/08/2012

Feuille de personnage
Faction: Empire.
Niveau: 1
Point de Vie:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: Pour des raisons politiques... (PV Malice)   Jeu 14 Nov - 21:46

Bien que la petite sorcière se moquait de l'erreur de sa soeur, cette dernière n'en était pas moins inquiète. Raven n'avait jamais été une personne très attentive, mais en ce moment, la situation semblait lui échapper totalement. Était-elle stressée à ce point par cette mission? En apparence, cette mission était semblable à pratiquement n'importe quel autre. Une délégation de politicien pour mettre de l'ordre, un gouverneur par intérim, une petite force armée et un assassin pour mettre de la pression. N'était-ce pas toujours ainsi que l'Empire procédait avec ses colonies? Oui, c'était la procédure standard.

Malice le savait très bien, son père, Aliester, adorait ce genre de petit jeu. De plus, la réaction des nobles était prévisible. Une telle délégation n'avait rien d'extraordinaire, bien au contraire! Si les nobles passaient leur temps à se poignarder dans le dos, aussitôt que leurs intérêts communs étaient en danger, ils montaient tous aux barricades en même temps et d'une même voix! Évidemment, les nobles ne seraient très certainement pas parties sans escorte et envoyer une délégation sans armée aurait été une grave insulte et une erreur au protocole. D'un point de vue encore plus pointu, il était même évident qu'elle, Malice Crow, soit choisi pour être la main de l'empereur. Elle était douée, pleine d'ambition, désirait faire ses preuves... Sans oublier qu'Aliester ne refusait jamais rien à sa favorite, c'était bien connu.

Choisir Raven comme assassin ne semblait pas non plus exceptionnel. N'était-elle pas la meilleure machine de mort de tout l'Empire? Le nom d'Arak était connu d'un bout à l'autre d'Ansil'Lith. Il avait été l'un des plus proches collaborateurs de l'empereur et un fidèle partisan... Sa trahison devait être punie de manière exemplaire et donc les ailes écarlates étaient un choix judicieux. Bien qu'effectivement, la culpabilité d'Arak n'était pas tout à fait prouvée... Les informations contre lui était cependant assez accablantes pour déplacer non pas une, mais bien les deux filles d'Aliester. C'était peut-être bien le point le plus troublant. Crow le savait très bien, l'un de ses rôles dans les îles seraient d'examiner chacune des pistes, des dossiers, lettres et tout ce qui s'y rattachait pour prouver hors de tout doute raisonnable la culpabilité de l'homme en question.

D'un coup d'oeil rapide, la situation n'avait rien d'extraordinaire... Et pourtant quelque chose clochait. Pourquoi envoyer précisément Raven abattre un homme d'on la culpabilité n'était pas tout à fait prouvée. Aliester avait-il en sa possession des informations que les deux soeurs ignoraient? Dans ce cas, le rôle de la petite sorcière était purement une façade. Envoyer Raven sur une cible était un acte clair. Un acte qui signifiait la culpabilité certaine de la cible. Ainsi donc, chercher des preuves de la possible trahison d'Arak, n'était au final qu'un jeu pour contenter les nobles? D'ailleurs, qui donc était au courant qu'Arak était le principal suspect? Il y avait tellement de secrets autour de cette histoire qu'il était probable qu'aucun des nobles à bord n'est la moindre idée sur l'identité du suspect. En vérité, Malice doutait que son père ait envie d'annoncer à l'Empire entier qu'un de ses hommes de confiance, dirigeant de Cerendor, n'était en fait qu'un traitre.

Raven avait aussi soulevé un point intéressant, les motivations d'Arak. Pourquoi diable un homme qui possédait tout se serait retourné contre l'Empire? Malice baignait assez dans la noblesse et les intrigues, pour savoir que les motivations de tous les nobles étaient toujours les mêmes. L'argent et le pouvoir. Deux choses qu'Arak possédait en abondance. Alors pourquoi? Il était clair qu'elle ne trouverait certainement pas de réponse à ses questions en restant assise sur son lit, à boire du thé. Une chose était claire, elle aurait tout son temps sur Cerendor, ainsi que tous les documents pouvant l'éclairer. Cette prise de tête avait assez duré pour le moment.

La jeune fille repoussa son léger malaise et ses questions dans un coin de son esprit, juste à temps pour rire du commentaire de Raven. Cette dernière agissait vraiment comme si elle ne savait pas du tout comment s'amuser! C'était peut-être bel et bien le cas en fin de compte! D'aussi loin que Malice se souvenait, sa soeur avait toujours été quelque peu rigide.

Puis les commentaires sur la noblesse firent à nouveau sourire la petite sorcière. Un éclat malicieux illuminait son regard qui pétillait déjà d'une étrange lueur. Délicatement, elle avait prit sa tasse de thé, regardant distraitement le liquide orangé.


'' Les nobles ma très chère soeur, sont des plus intéressants! Et par cela je veux dire, qu'ils sont tous les mêmes, qu'ils ont toutes les mêmes motivations, qu'ils sont tous idiots et hypocrite et aussi... Très facile à manipuler. Ils se battent pour les faveurs d'un tel une journée et le lendemain pour les faveurs d'un autre. Les alliances se forment aussi vite qu'elles se brisent. Les promesses et les pactes ne durent jamais plus qu'une semaine. Les assassins au palais font plus d'argent que les nobles eux-mêmes! N'est-ce pas fascinant? ''

La petite sorcière fit tourner le liquide dans la tasse avant de plonger son regard pétillant dans les yeux de sa soeur.

'' Le regard qu'ils portent sur moi? Tu parles de ce regard d'envie, de crainte et de respect? ''

D'un léger mouvement, la princesse avait trempé ses lèvres dans la tasse, goutant doucement le liquide sucré et chaud, sans réellement prendre de gorgée. Elle déposa ensuite la tasse sur le plateau avant d'enchainer, le regard posé sur sa robe.

'' Pas besoin de vivre dans le palais pour s'en apercevoir. Non, ce qu'il faut vraiment savoir, c'est que  les nobles, ces petits gens bouffis d'orgueil et hautains, possèdent énormément de pouvoir.  Oui, un pouvoir immense et des ressources presque illimitées. Ce que les nobles se livrent, ce n'est pas une petite guerre sans importance, bien au contraire. C'est une guerre de pouvoir, une guerre de contrôle. L'empereur, notre père, possède main mise sur la cour, c'est un fait. Les décisions finales lui appartiennent, sa aussi c'est un fait, mais... ''

La princesse releva la tête, un sourire dangereux aux lèvres.

''Mais même lui doit contenter les nobles. Pense simplement à cette mission. Dis-moi, qui possède l'argent nécessaire à remplir les coffres de l'empire? Qui sont ceux qui font tourner l'économie, qui vendent les armes et les armures essentielles à l'entretien de l'armée? Qui fournit la nourriture pour faire fonctionner cette dite armée? À qui sont les chantiers navals? Dans les mains des nobles se trouve un pouvoir immense. Un pouvoir qui, tel un fruit, ne demande qu'à être cueillit, avec délicatesse et douceur, par quelqu'un avec beaucoup de talent... Quelqu'un comme moi. ''

Un regard de pure malice vint s'ajouter à son sourire, ne laissant plus aucune place au doute.

'' Un pouvoir que pas même lui, notre père, ne possède. ''

Laissant planer ses paroles quelques secondes, la jeune fille avait prit sa tasse une nouvelle fois, pour y tremper à nouveau les livres. Quand cette dernière fut baissée, le sourire de Malice avait disparu, mais son regard n'avait pas changé.

''Les nobles ne comprennent pas tout à fait ce qui se passe, après tout ils sont tous aveuglés par la cupidité, mais mon pouvoir à moi prend de l'expansion. Tu veux savoir pourquoi j'aime cet environnement? Pourquoi j'aime les intrigues et les jeux de pouvoir et bien, voilà la raison. Pour qui sait écouter et manipuler, le palais d'Ansil'Lith est comme un merveilleux banquet. D'un simple mot, d'un simple geste, je peux obtenir tout ce que je veux. Dans un monde où les phrases sont plus dangereuses que les armes, rien ne me résiste. À quoi bon gâcher tout ce potentiel, tout ce pouvoir? '' Avait-elle ponctué d'un grand geste théâtral.

Sur son visage c'était alors peint, l'expression la plus innocente et la plus sage qu'elle connaissait.


'' Je suis peut-être encore jeune, mais... Je suis bien loin d'être aussi sage et innocente qu'on peut bien le croire. Mon prénom n'est-il pas parfait pour moi? ''

Puis son regard c'était légèrement ternis.

'' Tu sais... Depuis quelque temps, je me pose beaucoup de questions sur notre père et tout autant sur ma personne. Je ne sais pas pourquoi Raven, mais je ne pense pas qu'un jour il me laissera sa place. J'ai l'impression que je resterais une princesse impériale toute ma vie. Notre père est... Non... Je devrais plutôt dire qu'il me semble être immuable. Le précédent empereur était-il ainsi? ''

Soudain pensive, elle avait prit un certain temps avant de continuer.

'' Mieux que quiconque tu me connais Raven. Tu connais mes ambitions, ce n'est pas un secret de toute manière. Si je ne peux pas avoir le trône, alors j'aurais tout le reste. Il m'a montré comment faire Raven. C'est lui qui m'a initié aux intrigues, tout comme il t'a initié au meurtre. Parfois je me demande... Je me demande si tout ceci est un jeu pour lui. Oh oui, je m'amuse moi aussi! Tu peux bien me croire, je me fais un malin plaisir à jouer avec les nobles! Mais je dois aussi avouer que je n'aime pas trop avoir le sentiment que quelqu'un d'autre tire MES ficelles. Alors, je joue dans son jardin. Je joue dans son jardin et je développe mes propres alliances. J'acquière mon propre pouvoir et ainsi... Ainsi, je forge mon indépendance. Je ne veux pas compter sur lui toute ma vie. Et puis, un jour qui sait, peut-être est-ce moi qu'il devra contenter plutôt que les petits nobles? Surtout s'ils m'appartiennent tous! Le plus fascinant dans tout ceci, c'est que je suis certaine qu'il le sait. Il le sait et me laisse faire. Pour lui, ce n'est qu'un autre jeu de pouvoir.''

Malice balaya sa dernière phrase d'un petit geste désinvolte de la main.

'' Et puisque je sais que cette question te trotte dans la tête depuis le début, le chantier naval m'appartient, soit dit en passant.'' Fit-elle avec un sourire amusé.

'' Mais tout ceci, ce n'est que de la politique. Sujet que tu trouves bien ennuyeux et je compte bien passé un moment de qualité avec toi cette nuit. Du moins, pour ce qu'il en reste. Le jour devrait se lever dans une heure ou deux. Sans oublier que je dois répondre encore à certaines de tes interrogations! ''

Un amusement bien loin d'être feint, venait d'apparaitre sur son visage.

''Lâcher un monstre dans les esprits des gens! Tout de même Raven, pourquoi ferais-je une chose aussi puérile? Vous avez beaucoup trop d'imagination, ma très chère soeur!'' Avait-elle lâché avec un petit clin d'oeil.

''Vous êtes bien trop curieuse pour votre propre bien princesse Crow! Votre précepteur ne vous a-t'il pas enseigné la retenue? ''

Cette fois c?était son rire cristallin qui s'était fait entendre, effaçant définitivement la note de sérieux qu'avait prit la conversation quelques minutes plus tôt.

''Non, non.. J'ai de bien meilleurs projets pour toi et moi! Mais une surprise doit rester une surprise non? Sinon où se trouve l'intérêt? Raven, tu ne t'amusera jamais si tu prends toujours le temps de te préparer! Peut-être est-ce ton problème? Tu mélanges contentement pour un travail bien fait et plaisir poignant! Détends-toi et laisse-moi le contrôle pour une fois, tu ne regretteras pas. Oh non...'' Finit-elle par dire, un nouveau sourire malicieux aux lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raven Crow
Scarlet Wings
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 10/08/2012

Feuille de personnage
Faction: Empire
Niveau: 1
Point de Vie:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Pour des raisons politiques... (PV Malice)   Mer 27 Nov - 16:00

Parfois, Lorsque Malice me parlait de politique, je n’écoutais pas un traitre mot. Mais cette fois ci, alors qu’elle en parlait, je pris le temps d’écouter ce qu’elle me disait. D’une part, parce que la question m’intéressait bel et bien. D’une autre, parce qu’il me fallait l’écouter plus attentivement. Non pas seulement elle, mais tout ce qui se passait autour de moi. Et pas de la façon dont j’avais l’habitude de le faire. J’avais une oreille d’assassin, de mercenaire. Je percevais les bruissements étranges, les pas qui allaient et venaient, filtrant les sons parasites comme les conversations ennuyantes et sans valeur des nobles. Mais au final, il s’avérait que ces échanges de paroles contenaient des informations précieuses, intéressantes, et vital, lors de moment comme celui qui avait précédé ce voyage. Si Malice n’aurait pas été là, je n’aurais rien su de ma mission dans les îles. J’avais dû être paresseuse, et me fier à elle, sur ce coup. Cela ne devrait plus se reproduire, à l’avenir.

Je m’efforçais d’être attentive. Elle me parlait d’argents, de motivations… Et les assassins du palais qui augmentaient leur fortune. Quel dommage que mon nom ne soit connu que de l’empereur, et que je lui doive ces services gratuitement, alors. D’un autre côté, cela me permettait, encore une fois, de garder ma liberté d’action. Personne ne me soupçonnait. Je n’étais qu’une ombre, dans le palais. Probablement une jolie ombre, que les autres nobles regardaient, lors de mes rares présences aux bals et aux banquets, en se demandant qui j’étais, d’où je venais. Quel était mon rôle, Pourquoi n’avaient-ils donc jamais entendu parler de moi autrefois. Étais-je une roturière, ou encore l’une de ces catins que certains nobles célibataires se payaient, certains soir, pour décorer leur bras d’une jolie dame. J’ai parfois surpris certains propos plutôt vulgaires, à mon égard. Flatteur, mais vulgaires. Si seulement ils auraient su que j’étais la fille de l’empereur, en plus d’être sa main armée…

En dépit de ce que j’avais pu dire durant la soirée, Ma petite sœur avait bel et bien vieilli. Et elle comprenais de mieux en mieux la politique, bien mieux que moi, en fait. Elle était bien la fille de notre père. Et Aliester avait bien choisi sa préférée. Elle s’intéressait à ce qu’il faisait, alors que moi non. Et ce qu’elle me disait à l’instant me prouvait bien qu’elle savait s’y prendre dans ces joutes verbales.  Mais le reste de cette longue explication me fit comprendre que Malice ne faisait pas uniquement comprendre ce qui se tramait. Elle aimait en être. Cela aurait pu être effrayant, pour quelqu’un d’autre, de la voir parler ainsi. J’arquai un sourcil, lorsqu’elle me dit que notre père semblait être immuable. Sa question me fit réfléchir. Je ne l’avais que très peu connu. Alliester ne me laissait pas beaucoup approché ceux qu’il appelait les faibles. Il entendait par là les alliés des humains. Et qui plus est, même dans mon jeune temps, ce qui m’intéressait était l’épée. Pas de discuter avec les autres. Je n’avais qu’à peine passé de temps avec la princesse de l’époque, cette Katerina. Elle qui était à la tête de l’empire, et que je m’étais prise à détester, lorsque nous avions repris l’empire. Tout cela parce que mon père m’avait appris à détester les partisans du Grand Pacte. Désormais, tout n’était pas aussi clair qu’avant.

La façon que Malice avait de parler à  l’instant me tenait attentive. Elle parlait d’une façon qui n’était pas son habitude. Normalement, l’espièglerie était toujours perceptible dans chacun de ses mots. À l’instant même, la seule chose que percevais, c’était un sérieux désarmant, une passion brûlante pour soit la politique, ou pour le contrôle. Ma sœur me faisait peur, en ce moment. Enfin, je n’avais pas peur d’elle, mais du changement dont elle faisait preuve à l’instant. Il était vrai que je ne lui adressais presque plus la parole. Cependant, je ne l’aurais pas cru capable d’être aussi… sérieusement manipulatrice. Je savais ce dont elle était capable avec les autres, pour arriver à ses fins. Cependant, j’avais toujours cru que ses motifs étaient sans intérêts. Cette nuit, je pouvais voir que ma jeune et malicieuse sœur était très mature, ou du moins, beaucoup plus que ce que je croyais.

Je me relevai du sol. Je fis quelques pas vers le large rideau qui nous empêchait de voir à l’extérieur. Je fixais le vide, cette masse de tissus épais et sombre devant moi, l’oreille toujours bien attentive aux paroles de ma sœur. J’aurais pu agrémenter sa tirade avec mes commentaires, mais je préférais me taire, et écouter. Lorsqu’elle me parla du chantier naval, ma tête pivota vers elle. Un sourire glissa sur mes lèvres. Si le chantier était à elle, autant dire que l’île au complet était maintenant sa possession. Elle contrôlait le seul point d’accès. Son autre commentaire me fit doucement rire.

« Non, effectivement. Je n’apprécie pas la politique. Je n’ai de cesse de le répéter encore et encore, à quiconque veut bien m’écouter. » Je me tournai vers le rideau à nouveau. « Manier l’épée m’apparait bien plus simple que de manier les mots. Et je préfèrerai toujours la simple ville au gigantesque palais de notre père. »

Je tournai mon corps en entier vers ma sœur, lorsqu’elle me parla de sa surprise. Je devais lui faire confiance, et la laisser m’emporter je ne sais où? C’était une chose qui ne m’était pas coutume. J’étais habitué à être seule, généralement. Et en ce moment, je serai accompagné de ma sœur… À quoi devais-je m’attendre. Je croisai les bras, en la regardant. Un léger soupir s’échappa d’entre mes lèvres.

« Alors je dois me détendre, me laisser faire, et te donner le contrôle… c’est bien cela, Malice? » Je ne pus retenir un éclat de rire. « On croirait entendre l’un des membres de l’équipage. Heureusement, tu n’es pas l’un d’eux, autrement, ma réponse aurait probablement été plus violente. »

J’essayais de chasser de mon esprit les questions concernant ce qu’elle planifiait pour notre amusement. Lui faire confiance… Les gens qui lui faisaient confiance avaient généralement de bien graves problèmes par la suite. Et l’air sur son visage, lorsqu’elle me disait cela… Rien qui me donne envie de la suivre. Je mis mes mains sur mes hanches, en la regardant. Elle voulait faire une surprise? Ces choses que je détestais au plus haut point? Il faut dire que la dernière que j’avais reçue m’avait couté un bras. J’étais habituée à tout contrôler autour de moi. Enfin, pas de la même façon que Malice le faisait, mais tout de même. Lors de mes missions, j’étais généralement maître de la situation. Évidemment, puisque j’étais une prédateur, et que l’autre interlocuteur était une proie. J’échangeais rarement des paroles avec eux, cependant. Parfois je proférais quelques menaces de mort quelconques, alors qu’il demandait grâce. Et c’était bien ainsi.

« Soit, » dis-je enfin, après quelques secondes. « Je te fais confiance. Je vais « m’amuser ». Je te laisse le bon plaisir de me faire la surprise, puisque tu y tiens. Mais tu sais tout aussi bien que moi ce qui occupera mon esprit. Je ne pourrai détacher mes pensées de la mission qui m’a été confié. »

J’avais peur de ce qu’elle voulait proposer. Son sourire, ce petit sourire qui voulait tout dire. Peut-être allait-elle faire une simple plaisanterie, ou bien alors une énorme catastrophe. Ou bien alors une simple plaisanterie qui se transforme en catastrophe. Je n’avais qu’a pensé à ce qui s’était produit sur le navire pour savoir de quoi elle était capable, ma si jeune sœur.

« Mais bref, Il semblerait que j’ai reçu l’ordre de m’amuser, gracieuseté de celle qui doit être mon supérieur direct pour cette mission, n’est-ce pas? » Mes lèvres glissèrent en un sourire. « Ou plutôt devrais-je dire ma sœur cadette, qui tiens de sa main de fer le chantier naval de Cerandor? »

Mon sourire restait sur mes lèvres, alors que j’avançai d’un pas, en regardant mes pieds nus. Mais à quoi avais-je pensé? Je sais bien que je n’étais qu’avec ma sœur, mais n’importe qui avait bien pu me voir voler, et faire le tour du bateau. Je pensais à la réaction que les gardes auraient pu avoir, en me voyant, tout en réalisant ce que j’avais fait, pour me rendre dans la cabine de ma sœur.

« J’ai tout de même fais le tour du bateau presque nue en volant d’une fenêtre à l’autre. Je me demande si quelqu’un m’a vu, dehors. Et la tête qu’ils ont du faire, s’ils m’ont vu. Ce ne doit pas être un spectacle courant, en mer. »
Je mis une main sur ma tête, réalisant une autre chose. « Et je vais devoir traverser le couloir jusqu’à ma cabine avec un peignoir!  »

J’étais plus ou moins en état de panique. Disons que cela ne me plairait pas, de passer devant l’équipage à moitié nue, mais ce ne serait pas la fin du monde. Sans compter que tous ces hommes ne me reverraient probablement plus jamais. Il n’empêche! J’aurais préféré ne pas me faire voir dans cet accoutrement. Mes yeux parcoururent la pièce en vitesse, puis, je me rappelai ce que Malice m’avait dit, sur le fait que je n’étais pas du tout préparé, et qu’elle, au contraire, pensait à tout. Ce qui m’amena à penser Aux robes, qu’elle disait avoir prise pour moi. Ma tête pivota vers le coffre qu’elle avait désigné plus tôt.

« Hm, peut-être seront-elles nécessaire plus tôt que prévues… » Puis, une pensée me traversa l’esprit. Quel genre de robe avait-elle emporté avec elle? Ma tête tourna dans l’autre sens, vers Malice. « Et il y a quoi, exactement, là-dedans…? »

J’avais envie de prier pour que ce ne soit pas une robe excessivement décorée, ou pire, avec laquelle je ne pourrais me mouvoir. Comme elle m’en avait parlé pour l’histoire du bal, j’osais espérer qu’il s’agissait de robes qui facilitait les mouvements ne serait-ce qu’un peu… Je m’approchai du coffre, n’osant pas l’ouvrir. Je passai une main dans mes cheveux, en soupirant. M’avançant encore, je m’accroupi, pour glisser mes doigts sous le couvercle, en tournant la tête vers ma sœur.

« Tu ne m’as pas joué un tour, j’espère? Il s’agit là de vêtements que j’apprécierai, que j’aimerai porter, et pas d’étranges accoutrements nobles que je ne supporterai plus après quelques minutes… N’est-ce pas, Malice? »

_________________

The shadow of the scarlet wings flies upon you...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malice Crow
Maliceuse, moi? Jamais!
avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 11/08/2012

Feuille de personnage
Faction: Empire.
Niveau: 1
Point de Vie:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: Pour des raisons politiques... (PV Malice)   Lun 13 Jan - 17:56

La jeune fille déposa sa tasse une ultime fois sur le plateau après s'y être trempé les lèvres. Bien que délicieux, en bonne partie grâce à miel à la noix crémeuse d'Ushiushen, le thé restait une boisson pour laquelle Malice n'avait que peu d'intérêt. Certes, elle en connaissait de nombreuse variété, possédant entre autres l'une des plantations les plus fertiles et productives au pays. Malgré cela, la jeune fille avait toujours préféré le vin chaud et épicé et le sang bien évidemment! De plus dans le domaine des boissons chaudes, rien ne pouvait battre un bon chocolat au lait de lézard géant d'Occei. Chose qu'elle n'avouerait certainement pas à quiconque! C'était bien connu, ce breuvage était généralement fortement plus apprécié par les jeunes enfants que par les adultes! Le thé ayant bien trop souvent un gout plutôt amer n'était vraiment pas sa tasse! Elle avait une dent sucrée, voilà tout.

Riant au manque évident d'entrain de sa grande soeur, la princesse devait bien avouer que ses paroles avaient été loin d'être rassurante, surtout dirigée contre une personne aussi rigide et sérieuse que Raven. D'ailleurs si elle avait parlé ainsi, c'était bel et bien pour créer un suspense inquiétant! La soeur ainée était beaucoup trop intelligente et si elle capturait le moindre indice à propos des idées de sa petite sorcière de soeur, il était certains qu'elle allait trouver une excuse pour se désister!

Aussi, Malice adorait taquiner Raven au plus haut point! Lui faire une petite peur était d'un plaisir des plus agréables! Et puis si elle pensait réellement, pouvoir garder son esprit concentré sur sa mission, c'était qu'elle sous-estimait vraiment les idées de sa soeur cadette!

Sans vouloir être présomptueuse, il fallait reconnaitre le talent de la jeune fille pour concocter des plans, disons... Spectaculaire? Oui, tout à fait! La petite commotion qu'elle avait provoquée un peu plus tôt, n'était rien comparativement à ce qu'elle pouvait réellement faire si elle le voulait. Une simple petite dose d'hystérie collective bien placée était bien souvent suffisante. Une situation banale et tout à fait facile à reproduire avec un tel talent. Et puis en faire plus n'était pas spécialement plus compliqué non plus! Sans oublier aussi le fait que la petite sorcière ne manquait sincèrement jamais d'idée pour pousser ce genre de plaisanterie plus loin. Même que son pouvoir n'était pas toujours requis, c'était une question de talent, voilà tout!

Et dire que malgré le fait qu'elle prenait autant de plaisir à provoquer des catastrophes, la princesse restait la favorite au trône et la deuxième personne ayant le plus de pouvoir politique dans l'Empire. N'était-ce pas la une preuve notable qu'elle savait très bien utiliser ses temps libres?

Son ainée était aussi très amusante quand elle le voulait vraiment et ses paroles l'avaient fait rire à de multiple reprise durant cette courte tirade. C'était bel et bien vrai, dire que le chantier naval était siens, revenait au même que de dire que toutes les Îles étaient en sa possession. Un simple détail qui pourtant en disait long sur ses ambitions. Après le chantier naval viendraient le port, les quais, la marina et les docs... Et puis quoi après? Les bateaux eux-mêmes? Pourquoi pas!

Les sourires devinrent des rires, alors qu'elle réalisait quelque chose. Effectivement, sa soeur était entrée dans sa chambre par la fenêtre, avec un simple peignoir comme seul vêtement sur le dos. Et une fois de plus, si Raven croyait vraiment pouvoir se sortir de cette situation aussi facilement, c'était qu'elle sous-estimait encore sa petite sorcière de soeur. Croyait-elle réellement que ce coffre contenait de simples robes?


''Raven, Raven, Raven... Décidément, tu agis toujours avant de penser! Je sais que tu voulais bien faire, après tout je suis une jeune femme occupée et obtenir un rendez-vous en utilisant ma porte n'est pas aisé, mais... T'habiller avant de venir me rejoindre aurait été la moindre des choses! De la décence Raven, de la décence! Parfois j'ai l'impression d'être l'adulte ici! ''

Sans se presser le moins du monde, la petite princesse s'était relevée du lit. Les mains sur les hanches, elle avait ensuite poursuivi.


''Tu devrais t'estimer heureuse d'avoir une soeur aussi avenante que moi! La main sur le coeur et toujours prête à aider autrui!''

Prenant le plateau doré, elle l'avait déposé une seconde plus tard sur une petite table non loin de la porte d'entrée.

''Tu me connais pourtant très bien Raven. Jamais Ô grand jamais, je n'oserais jouer de mauvais tours à ma grande soeur adorée!''

Son sourire malicieux absent depuis un petit moment, avait refait surface. Ses yeux pétillaient d'un plaisir qui n'était absolument pas caché ou feint.

''Seulement comme tu le sais déjà, je suis très prévoyante... Ce coffre ne contient que des accessoires tels que des souliers de danse, des diadèmes ainsi que d'autres objets de ce genre. Certes tu pourras aussi y trouver deux ou trois corsets et plusieurs pièces de lingeries très importantes pour toutes femmes portant une robe de bal!''

Elle s'était ensuite approchée du coffre et en avait soulevé le couvercle pour prouver son point.

-N'est-ce pas là de merveilleux accessoires que je t'ai choisi là? Quel dommage que j'ai été prévoyante au point de faire parvenir le premier des deux coffres, celui contenant les robes, à ta chambre! Ne sachant pas que tu nous ferais une petite sortie à moitié nue pour venir me rejoindre, je comptais utiliser le coffre pour t'attirer jusqu'ici. Je t'aurais donc fait la surprise à ce moment, mais... voilà, tu à complètement déjoué mon petit tour! Je t'ai sous-estimé Raven! Tu as réellement beaucoup de talent pour gâcher mes plans! ''


Tout en riant, elle était retournée s'assoir sur le lit.

''Il semblerait que la grande Raven Crow, maitresse des ailes écarlates, aussi subtile que mortelle, doit traverser un couloir empli d'homme, et ce en petite tenue! Si tu réussie à passer inaperçue comme ça, alors chapeau! Je pense que pour la première fois de ta vie, tu vas connaitre la joie d'être le centre de toute l'attention. ''


D'un geste désinvolte, Malice avait désigné ses couvertures.

''Dans mon infinie bonté, je peux toujours t'en prêter une pour que tu puisses t'habiller! Tu sais, au cas où tu te sentirais trop pudique pour traverser le couloir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pour des raisons politiques... (PV Malice)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pour des raisons politiques... (PV Malice)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Virée sur la capitale pour plusieurs raisons! [PV: Clem]
» GAILLOT DORSAINVIL SANBLE KRAZE RAK AN DOMINIKANI SELON SENATÈ LATOTI
» VOICI UNE TRES BONNE OPPORTUNITE POUR MARC , MALICE ET JOEL COMME INVESTISSEURS
» HAITI POURQUI ET POURQUOI LES LUTTES POUR LE POUVOIR ?LES E
» G20, des mesures adoptées pour faire face à la crise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eleirya :: Ensemble Heinidd :: Ansil'Lith :: Mer de Cereses-
Sauter vers: