Eleirya

Forum rp fantaisiste.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Bain de sang et philosophie ? ( réserver pour R. le magnifique )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Esmeralda SilverCross
Hurleure Éxotique
avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 09/07/2012
Age : 23
Localisation : Dans ma grotte

Feuille de personnage
Faction: Silvercross
Niveau: 1
Point de Vie:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Bain de sang et philosophie ? ( réserver pour R. le magnifique )   Lun 27 Aoû - 0:35

Je me réveillai doucement, sentant le froid du sol parcourir ma joue encore une nuit enchainer au sous-sol attendant que le soleil ce pointe le nez. Je me lavai complètement en faisant craquer ma mâchoire d’un coup sec et précis il faillait dire que ce sol n’était pas comme la douceur de l’herbe de la forêt, cette pensée me fit chigner je voulais tant aller la rejoindre, je me mis en route vers les marches des escaliers sachant qu’une autre journée allait commencer. Une fois à l’étage je m’approchai de la fenêtre pour regarder le clocher qui me donnait l’heure pile, je soupirais tout en baissant la tête, je tournais les talons en même temps pour aller mettre ma pancarte sur le côté ouvert, je voyais déjà des gens attendre devant ma porte, je me mis aussitôt à sourire timidement, je devais maintenant jouer ma double personnalité…Marguerite.

Depuis un certain temps je n’arrivais plus à être elle…Même être moi-même m’était devenue difficile à faire, le simple fait de ne jamais être ce qu’on veut vraiment me détruisait de l’intérieur. Après avoir terminé ma journée en donnant la commande de madame Dupont, je réalisais qu’aujourd’hui était jour de fête, la fête des moissons un truc débile inventer par les humain pour ne pas travailler une journée de plus, pourtant moi, oui bon j’avais terminée cinq heures plus tôt, mais pour une excellente raison, je devais aller parcourir les alentours pour trouver des herbes pour des pains et toute sorte de choses qui ce mangeaient. Je regardais Madame Dupont qui me parlait encore une fois des sous disant exploits de son fils…En fait...Bref à quel point il était merveilleux et bla bla bla, des choses d’humains quoi, ensuite mes yeux ce portèrent sur la tour du village, l’heure avançait si vite et elle gaspillait tellement de salive, puis elle en venue au fait si j’allait participer aux festivités, mes yeux ce mit à briller de malice, je lui répondu simplement que j’avais du travail à faire et que je n’avais pas du tout le temps de faire de tels choses. Madame Dupont un peu froissée sortie de ma boutique en ne disant rien, enfin le silence revenue.

Je me jetai sur la poignée de porte comme un fauve sur sa proie, en un tour de passe-passe je verrouillai tout les serrures, pour poursuivre ma course jusqu’à la porte d’en arrière, je regardai une dernière fois en arrière de moi pour m’assurer que personne ne regardait dans la vitre de la boutique, beaucoup d’humain de ce village aimait bien regarder dans les vitrines même quand le magasin était fermer, surement pour surveiller les moindres gestes des gens. Je secouais ma tête doucement pour finir par ouvrir la porte, je pouvais sentir l’air s’engouffrer dans le cadre de la porte comme s’il avait attendus tout ce temps devant celle-ci. Je la refermais derrière moi, j’entendais déjà beaucoup de villageois chanter sur la place principale, tant mieux personne ne saurai que je suis sortis pour cueillir des herbes.

Après environs trois kilomètres de la boutique je me mis à ramasser doucement des herbes tendres, s’en me douter qu’instinctivement je me dirigeait vers la forêt, mon corps autant que mon âme avait besoin de ce retrouver en contact avec celle-ci malgré les interdictions de mon père, je relevai ma tête doucement, les herbes glissaient de ma main, mon corps tremblait de la tête aux pieds, cette sensation de ne faire qu’un avec quelque chose ne m’avait jamais autant manquée, tout en fixant partout à la fois j’enlevais mes chaussures pour être en contact direct avec ma deuxième mère, je sentais mes orteils ce crisper en attrapant de la mousse, la vent qui ébouriffais mes cheveux, mes joues devenue vite humide par cette beauté éternel. Je me mis à courir à toute vitesse en souriant, mon cœur battait à une rythme quasi mélodique, comme si la forêt chantait pour moi, puis je me mit à me rouler sur le sol, comme un louveteau ferait à son premier contact avec la mousse des bois, pour moi c’était une deuxième premières fois, depuis des mois que je ne m’avais jamais permit ce genre de gâterie, puis la mélodie s’ interrompis brusquement par ce bémol tout à fait déplacer, un rire…CE RIRE ! Je me redressai brusquement sens remarquer toute cette mousse dans mes cheveux et la terre dans mon visage, scrutant les alentours à la recherche de ce…Truc, chose, bref…Qui venait de gâcher ma sortie. Pourtant autour de moi il n’y avait que des arbres et ce tout petit lac, alors je gonflai le torse avant de me lancer à gorge déployée.


- Si vous êtes un vrai homme je vous mets au défi de sortir de votre cachette ! Vous verrez que je ne me gênerais pas à sortir les griffes pour vous !

_________________


Dernière édition par Esmeralda SilverCross le Jeu 24 Jan - 1:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R.
Le Fatlosophe
avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 11/07/2012

Feuille de personnage
Faction: Les Lettres
Niveau: 1.
Point de Vie:
135/135  (135/135)

MessageSujet: Re: Bain de sang et philosophie ? ( réserver pour R. le magnifique )   Lun 27 Aoû - 18:42

La journée avait été magnifique. Un soleil plombait fortement sur la forêt, rendant le climat chaud, avec une humidité tout sauf désagréable. Une journée parfaite pour observer le monde, selon le Lycanthrope condamné. Il ne pouvait plus redevenir humain, et il gardait donc tout ses muscles de lycan même le jour. Ce qui au départ lui avait parut comme une malédiction se révélait maintenant être bien moins pire qu'au départ. Il pouvait voir différents points de vue, dont celui des lycans. Et maintenant, R. profitait pleinement de sa forme loup-garou, sans aucun regrets de son ancienne vie.

Le hic, c'était qu'il ne pouvait plus faire l'une de ses activités favorite ; se battre dans une taverne après une bonne quantité d'alcool. Il avait donc troqué cette activité pour une autre ; la promenade et la philosophie. Ainsi donc, dès le matin, aujourd'hui, R. avait décidé de partir de son manoir, laissant la porte ouverte, pour quiconque aurait besoin d'un endroit où se reposer. Pour sa part, l'énorme boule de poil qu'était devenu R. était partie observé la nature dans son ensemble. En regardant les oiseaux voler dans le ciel, le lycanthrope réalisa qu'il aurait bien aimé usé de magie pour leur parler. Enfin! Ce n'était pas nécessaire non plus. Observer, c'était déjà très bien. R. se demandait ce qui pouvait bien les pousser à tourner ainsi. Ce n'était pas la saison des amours, ni des batailles. Peut-être y avait-il une proie quelque part? Peu lui importait. Le lycan passa son chemin, en continuant sa route dans la forêt.

Malgré toute ces années à la traverser, et à la connaître de fond en comble, R. trouvait toujours de nouveaux endroits, ou des endroits dont il ne se rappelait plus. De plus, à chaque promenade, il s'émerveillait. Oui, la créature centenaire s'émerveillait encore des simples choses comme un arbre avec une drôle de forme, une jolie fleur, ou un nuage avec une forme particulière. Voir un animal, peu importe ce qu'il était, malgré son âge, R. ne pouvait s'empêcher d'admirer le spectacle. C'est étrange pour un homme d'admirer ainsi un lieu qui peut paraitre menaçant. Seulement, R. avait délaissé les pensées "ça existe, c'est bon. On passe à autre chose", pour les observer d'une autre manière. Ce qu'il voyait, c'est que chaque chose avait sa propre forme, sa propre taille, sa propre façon d'agir. Tout se ressemblait, certes, mais tout était différent en même temps. Et ces étranges pensées, de voir les animaux, ou toute créature qu'il voyait, tout ça lui redonnait une chose qui importait énormément à R. En regardant tout cela, Le lycanthrope avait maintenant l'espoir. L'espoir que la bonté n'était pas disparu de ce monde. L'espoir de pouvoir le changer pour le mieux.

Au milieu de l'après midi, la chaleur eu raison du lycan. Il était fatigué, et il marchait depuis très tôt le matin. Et puis, cette branche semblait si confortable... R. s'abandonna à cette envie. Il grimpa simplement à l'arbre, et se posa sur la branche en question qui, fort heureusement, était assez solide pour supporter son poids. Le lycanthrope était grimpé haut, pour atteindre cette branche, et il était complètement au dessus de la forêt. R. prit le temps de regarder autour de lui, en admirant la vue de offerte par l'après-midi, puis s'assoupit doucement, pour une sieste qui allait durer plusieurs heures.

En fait, R. se serait probablement réveillé au beau milieu de la nuit, s'il n'aurait pas été "dérangé" par des sons, en dessous de son arbre. Le lycan se réveilla en baillant doucement, et fixa l'horizon. Le temps avait filé! le soleil éclairait déjà le ciel d'un magnifique rouge orangé. R. prit un temps pour admirer cet effet de couleur, puis reporta son attention vers le sol. Et ce qu'il vit l'émerveilla complètement.

C'était une jeune femme. Enfin, une louve, plutôt. Et peut-être pas si jeune que ça, mais peu importe. Sa façon d'agir, sa façon de se rouler dans l'herbe comme l'un de ces jeunes que R. avait l'habitude de surveiller, C'était grandiose. Avait-elle donc quitté la forêt depuis si longtemps? Elle ne sentait plus du tout comme les autres lycanthrope... elle sentait la ville, et l'homme. Pauvre créature, éloigné de son monde... Mais maintenant, elle était là, à retrouver ses racines, son monde, et avec quelle joie. R. ne pu retenir un éclat de rire. C'était magnifique! la joie! le bonheur à l'état pur! mais la jeune femme semblait l'avoir entendu. Elle se releva d'un coup sec, et hurla qu'un vrai homme relèverais son défi. Curieux, comme affirmation. R. prit une pose songeuse, avant de se poser la question. Qu'est-ce qu'un vrai homme? R. sourit et parla en l'air, de façon à ce qu'elle l'entende.

"C'est une drôle de formulation que tu fais, ma chère! Voilà matière à réfléchir. Qu'est-ce qu'un vrai homme, au fond? Est-ce un homme qui ne crains ni la mort, ni la souffrance? Est-ce un homme qui prend soin de sa famille, et qui la protège jusqu'à son dernier souffle? Les érudits te diront qu'un homme est le masculin de la race humaine... Mais qu'en est-il du VRAI homme?"

R. sauta en bas de sa branche. Il atterrit derrière la jeune lycan, dans un lourd fracas que son énorme corps causa. Le sol avait presque été secoué sous cette onde de choc. R. se releva doucement, presque théâtralement. Il souriait, simplement. Appuyant la main sur son coeur, il s'inclina doucement, avant de se relever.

"Un vrai homme... Eh bien. Quelle étrange expressions que voilà. Y en a-t-il l'équivalent pour la femme? Qu'est-ce qu'une vraie femme, après tout? Peut-être que rien n'est vrai, au fond! Mais ça, c'est un peu trop compliqué de penser à ça, pour l'instant," dit-il en balayant l'air de la main, avant de se désigner lui même de la main, et de lancer "Je me nomme R. Et vous, quel est votre nom?"

Il la regarda, l'observa pour analyser ce qu'il avait devant les yeux. Puis, R. réalisa qu'il l'avait peut-être dérangé?

"Ai-je interrompu vos éclats de joie de retrouver votre région natale? Si c'est le cas, vous m'en voyez sincèrement désolé! Je n'avais pas l'intention de couper votre bonheur!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esmeralda SilverCross
Hurleure Éxotique
avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 09/07/2012
Age : 23
Localisation : Dans ma grotte

Feuille de personnage
Faction: Silvercross
Niveau: 1
Point de Vie:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: Bain de sang et philosophie ? ( réserver pour R. le magnifique )   Lun 27 Aoû - 19:36

Je tournai sur moi-même, à la recherche de la voix, mais rien ne venus du moins pas avant quelques minutes ou enfin il me répondit posant question sur question, ce demandant lui-même qu’es-ce un vrai homme, pourtant c’était clair un vrai homme était un homme non ? Toute ces mots m’avait maintenant tout embrouillée l’esprit me laissant dans ma tête à essayer de déchiffrer ce qu’il venait de dire, jamais je m’arrêtais sur de tels sornettes, mais cet homme avait réussi à me faire réfléchir, mon esprit occupée ne me fit même pas remarquer mon interlocuteur qui arrivait à toute vitesse vers le sol, l’impact me fit perdre pied et je tombai durement contre le sol, comment ais-je pu ne pas le voir venir ? C’était surement la ville qui avait endormi mon côté animal…C’était triste oui, mais il le fallait pour le bien de la mission, puis il reprit la parole encore des trucs beaucoup trop compliqué pour moi, mon simple esprit ne prenait jamais le temps à tout ça…AH MAIS JE NE COMPRENDS RIEN !! Puis tout en me retournant vers lui je sentis ma bouche s’entrouvrir j’avais rarement vue un colosse de cette taille, même les chefs des villages voisins n’avait pas cette taille, il me demanda mon nom, je voulus lui dire celui de ma double vie, mais non je dis mon vrai nom, surement a cause du fait qu’il avait autant de poil que moi.

- Je me nomme…Esméralda Silvercross…

Puis comme un flash je me secouas la tête, si mon père apprenait que j’avais eu un contact avec n’importe quels autres lycan…Ah la la j’imaginai déjà ma tête au dessus du foyer de mon père avec ces autres trophées de chasse, je reculais doucement l’écoutant toujours parler de sa voix clame et grave, disant qu’il m’avait interrompu dans mes éclats de joie ce qui était tout à fait vrai, mais pour l’heure je ne devais plus répondre à ce qu’il me demandait surtout pas sur le fait d’où je venais vraiment j’étais supposée être Marguerite une femme ayant peur de sa propre ombre qui ne sortait jamais de son petit chez soi je tourna les talons brusquement pour me cacher derrière un arbre en essayant de paraitre apeurer par son imposante carrure même si dans le fond je l’aurais frapper pour deux raisons, la première est fort simple de quel droit ce donne t’il de regarder les gens de haut et cacher dans un arbre et l’autre simplement parce que j’ai envie de frapper dans un truc. J’inspirai profondément avant de jouer le plus grande mascarade de toute ma vie.

- Oh grand loup ! S’il vous plait ne mangez pas une simple humaine comme moi ! Je n’ai peut-être pas de famille, ou encore moins d’enfant…MAIS ce n’est pas une raison de vouloir encore plus me manger ! Je suis une jeune pâtissière qui veut seulement préparer ces pains…Et tout le reste…OH GRAND LOUP !

Je me sentais tellement ridicule, comment m’étais-je déjà retrouver dans cette situation, peu importe si je restais bien cacher ici jamais Ère n’allait approcher…Quel drôle de nom. Puis je repris de nouveau mon discourt.

- Et mon très cher Ère on ne doit jamais parler au inconnue…Surtout pas à s’eux qui sente le chien mouiller, mesurant plus de deux mètres et surtout qui son un vilain lycan ! Ahhh !

Je me frappai la tête essayant d’en finir avec ma pitoyable vie, mais ma tête était bien trop endurcie dans tout les sens pour me tuer d’une manière si rustique, je fini par simplement baisser les bras et attendre une réaction de sa pars peut-être…Que notre rencontre allait avoir du bon…NON non non non…Il allait simplement tout gâcher le plan de mon père…Ah ce que je peux détester ma vie !


_________________


Dernière édition par Esmeralda SilverCross le Jeu 24 Jan - 1:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R.
Le Fatlosophe
avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 11/07/2012

Feuille de personnage
Faction: Les Lettres
Niveau: 1.
Point de Vie:
135/135  (135/135)

MessageSujet: Re: Bain de sang et philosophie ? ( réserver pour R. le magnifique )   Lun 27 Aoû - 20:33

Elle tomba. Tout simplement. Elle était tombé sous le choc. R. ne s'y attendait pas. Il l'aurait cru beaucoup plus... résistante, même dans cette surprise. Ce qui surpris encore d'avantage le lycanthrope, ce fut comment elle le regarda. Était-il vraiment si impressionnant? Jamais R. ne s'était vraiment trouvé si effrayant, au point de causer l'effroi chez un autre de sa race. D'ailleurs, lorsqu'elle lui donna son nom, le condamné eut un flash, mais il ne savait pas pourquoi. Il se rappelait avoir entendu Silvercross quelque part, mais... où, ça, c'était dans l'oubli. Eh oui, le temps file à grande vitesse, et les souvenirs s'envolent avec celui-ci. R. prit néanmoins une pose pensive, caressant le poil sous son menton qui lui faisait une barbe. Il leva les yeux au ciel, en réfléchissant à haute voix.

"Silvercross, dis-tu... J'ai déjà entendu ça... Hmmm... Où, donc... Hmmm... Je ne peux pas me rappeler..." Il balaya l'air de la main. "bah! Ça me reviendra quand ce sera important."

Puis, la réaction du siècle de la part de son interlocutrice ; elle partie se cacher. R. parut incrédule. Que faisait-elle? C'était complètement idiot. Il avait l'air si menaçant? Non, forcément pas. Et lorsqu'elle se mit à parler, ce fut encore pire. il écouta tout ce qu'elle disait, puis, il éclata de rire. Il en riait aux larmes. Il se tenait les côtes, tout en rigolant.

"Holà! Mais qu'est-ce que vous me faites là, jeune fille? C'est sensé être amusant? C'est une plaisanterie, non? Oh, je vois, Vous faites un jeu de rôle! Je suis le grand méchant loup, et vous, la victime effrayée? C'est bien ça?" puis, il s'arrêta sur le commentaire qu'elle avait fait à propos de son odeur. Il renifla l'air, tentant de humer quelque chose de désagréable, sans toutefois y parvenir. " Le chien mouillé? Hum. Je vois pas vraiment... Enfin, les odeurs, c'est relatif. Peut-être vous êtes vous habitués aux délicieuses effluves des pains, et des viandes de la ville? Oh, quel doux fumet que la viande qui cuit..."

R. se mit à penser rêveusement, puis, reprit ses esprits en repensant à ce qu'elle avait dit. Un vilain Lycan? Et puis quoi encore? En se caressant à nouveau la barbe, R. se mit à réfléchir. Qu'est-ce que cette jeune fille essayait de faire? Elle n'était clairement pas humaine. Son odeur la trahissait. Elle était bien Lycan, comme lui.

"... Mais dîtes moi, Dame Silvercross, pourquoi tentez vous de dissimuler votre vrai nature? J'ai clairement senti à votre odeur que vous étiez une..." Puis, soudaine réalisation. Silvercross. C'était le nom d'une famille de Lycan! Plus précisément d'un clan, mais c'est du pareil au même. Qui plus est, une famille relativement illustre, si ses souvenirs étaient correct. Peut-être tentait-elle de fuir sa famille? Les Lycanthropes n'avait pas habitude de quitter leurs clans... Enfin, une exception ça existe.

Puis, R. pouffa. Il fixait l'arbre derrière lequel la dite Esméralda se cachait, tout en souriant. Le lycanthrope Croisa les bras sur son torse, tout en fermant les yeux.

"Navré de vous le dire, mais... vous ne jouez pas très bien la comédie, ou du moins, pas en ce cas précis. Votre air à ma vue vous a trahis dès le début, et... et cette façon de vous rouler dans l'herbe!" Nouvel éclat de rire du géant, qui ne dura cependant pas très longtemps. "Pardonnez moi, mais il ne fait aucun doute que vous êtes une lycan, vous aussi. Allons, dévoilez vous au grand jour. Ou alors, nous attendrons la nuit! Oh, et à ce moment, le clair de lune nous révélera votre véritable identité! Il ne devrait pas rester plus qu'une heure, ou peut-être la moitié d'une! Je peux bien attendre tout ce temps!"

R. rigolait. Non pas de la jeune femme, mais simplement parce que la situation l'amusait. Il fixait l'arbre, en essayant de voir ce qu'elle faisait. Il se remit à nouveau à caresser sa barbe.

"Alors, qu'est-ce que vous en dîtes, Dame Silvercross? Nous discutons en face à face, ou avec un arbre entre nous deux?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esmeralda SilverCross
Hurleure Éxotique
avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 09/07/2012
Age : 23
Localisation : Dans ma grotte

Feuille de personnage
Faction: Silvercross
Niveau: 1
Point de Vie:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: Bain de sang et philosophie ? ( réserver pour R. le magnifique )   Lun 27 Aoû - 21:39

Je sentais mon poil ce dresser quand il prononça mon nom, je m’avais trahis moi-même je pouvais être stupide parfois mais celle-ci fut la pire vraiment la pire de tous il était maintenant sure que mon père allait arracher ma tête pour la placer en haut du foyer, je caressais mon cou a cette pensé, puis sortant de me pensée il ce mit à rire de mon discours que je venais tout juste de terminer, ce fut la goute qui fit déborder le vase, je sentais mes joues devenir chaude, en signe que du rose prenait place sur celle-ci, dans mon enveloppe humaine quand j’étais en colère j’avais la fâcheuse habitude de viré au rose quand la colère prenait le dessus, j’allais sortir, mais quand il parla de l’odeur de chien je ne peu me retenir de sourire j’avais surement toucher une corde sensible cette idée me calma un peu, du moins de très courte durer, il commença à parler de l’odeur de la viande…Je soupira doucement me disant qu’il était un homme après tout et surtout un lycan mâle, toute les femelles savaient que les mâles avait cette faiblesse au niveau de l’estomac.

Il ce mit à parler de ma vrai nature, mes yeux tomba sur mes pieds nue recouvert de boue et de mousse, j’aurais voulu lui dire que j’avais depuis longtemps j’avais abandonné l’idée de me revoir devenir une lycan, mais à quoi bon de me confier sur de tel sornette surtout à un lycan que je ne connais que depuis quelques instants, puis il sortis un bon point, qu’une fois la nuit tomber, ma vrai nature allait sortir, mais avais-je vraiment envie de sortir de mon arbre non…Mais par politesse, oui je suis tout de même polie malgré mon caractère de chien, je fini par sortir en me glissant contre celui-ci en soupirant.

- Vous m’avez démasqué et Sacher une chose que ma prestation était tout a fait magistral monsieur R. ! Mais pour cette fois-ci je ne vous ferrais aucun mal, car étant une bonne fille je ne fais pas mal au gens que je ne connais pas…

Je me mis à marcher vers le petit lac qui reflétait déjà quelques étoiles, tout en marchant je me mis à me confier du moins seulement un peu.

- Pour ce qui es de mon nom de famille SilverCross, c’est normal qui vous sois familier nous sommes reconnus pour notre petite taille anormalement plus petite que les autres lycans et de plus mon père est le grand Hézakiel…Et je suis sa petite fille…

Je me retournai vers lui en le regardant dans les yeux.

- Et ma présence ici n’es pas de mon choix, mais celui de mon père…C’est tout ce que je peux dire pour le moment…Mais dite moi donc R. le lycan pourquoi même en plein jour vous vous montrer vous n’avez pas peur de vous faire empailler ? Moi je vous vois bien en haut de ma cheminer ! Dis-je en riant un peu, c’était une espèce de vengeance sous la ceinture.

Je me retournai pour aller m’assoir près de l’eau en fixant mon reflet.

- Vous êtes chanceux vous savez, si vous seriez un humain je vous sauter dessus pour vous démembrer…Je déteste les humains tout comme les vampires il faut dire…

_________________


Dernière édition par Esmeralda SilverCross le Jeu 24 Jan - 1:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R.
Le Fatlosophe
avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 11/07/2012

Feuille de personnage
Faction: Les Lettres
Niveau: 1.
Point de Vie:
135/135  (135/135)

MessageSujet: Re: Bain de sang et philosophie ? ( réserver pour R. le magnifique )   Lun 27 Aoû - 23:17

Enfin! cette enfant sortait de derrière son arbre. R. lui sourit à nouveau, à sa vue. Il avait réussi à la convaincre. Pas que sa prestation présente était médiocre, mais qu'il était futile de se cacher. D'ailleurs, le lycanthrope ne voulait aucun mal à la jeune fille. Elle n'avait aucune raison de se cacher de lui. Elle lui dit qu'elle ne lui ferait pas de mal. Du mal? À lui? Alors qu'elle était coincé sous sa forme humaine? Bien du courage. R. balaya l'idée d'une quelconque réplique en rapport avec cette affirmation. Cela n'aurait fait qu'attiser un feu qu'il n'avait pas l'intention d'animer.

"C'est une très judicieuse idée! Il ne faut jamais juger quelqu'un au premier regard. Les apparences sont rarement ce qu'elles sont en réalité. Vous êtes intelligente, Dame Silvercross."


C'était plus subtil, et pas méchant pour deux sous. C'était un compliment. À quoi bon attaquer n'importe qui sans raison? C'était un acte violent, et R. n'aimais pas beaucoup la violence... Enfin, en dehors des combats amical et de saoulons. R. se mit à suivre les pas de la jeune dame, tout en écoutant ses dires. Et lorsqu'elle expliqua qui était les Silvercross, il tapa dans ses mains.

"Mais oui! Les Lycanthropes de ce clan sont réputés pour leur rapidité. En revanche, côté solidité, c'est pas le top, à ce que j'ai entendu dire. Du moins... inférieur à celle d'un lycanthrope dit normal. Enfin, ce ne sont que des rumeurs. Je crois d'office qu'un lycan est un lycan, et que sa nature le rend déjà extrêmement puissant... Enfin! Passons." Puis vint la révélation concernant le père de la jeune fille. Hézakiel, voilà un nom qui sonnait une cloche à R. C'était l'un des rare chef de clan à ne pas l'apprécier, que ce soit pour son manoir, ou ce qu'il était en réalité. Jamais R. n'avait eu le droit de rôder sur leur territoire, mais il semblait à tous que seul Hézakiel ne l'appréciait pas. tous les autres semblaient être... copain copain avec R. Mais Hézakiel savait se faire très... rude avec les gens de son clan, et de sa famille. Façon d'être qu'R. considérait complètement immorale. Comment pouvait-il menacer sa famille et ses alliés?

Plus les révélations fusaient, et plus R. comprenait qu'Hézakiel n'avait nullement amélioré sa condition. Au contraire, il s'était empiré! Il envoyait sa propre fille contre son gré dans la ville? Mais quelle cruauté! R. secoua doucement la tête en signe de désapprobation. Puis, ce fut le tour de la question qui tue. Pourquoi restait-il en lycan lors du jour. Eh bien, normalement, les lycans ne sont pas sous cette forme, le jour, non pas parce qu'ils ne le veulent pas, mais parce qu'ils ne le peuvent pas. Mais il se devait de répondre, après tout! ce qu'il fit, tout de suite après avoir baissé la tête pour regarder la jeune femme qu'il avait devant lui.

"Hmm. C'est une bonne question que tu poses. Eh bien, je redeviendrais humains, si je le pouvais. Mais j'en suis incapable, en réalité. J'ai essayé plusieurs fois de redevenir humain, sans succès. Et maintenant, me voilà sous cette forme, comme prisonnier. Je ne m'en plains pas, d'ailleurs. Au début, j'y voyais un inconvénient, mais... C'est très utile, finalement." Puis, il la regarda avec un sourire. "La cheminé, tu dis? Tu as de l'ambition, petite..."

son autre suite de parole lui fit comprendre qu'il avait affaire à une Hézakiel junior. Il caressa sa barbe, d'un air pensif. Pourquoi? Pourquoi cette haine? Pourquoi détester les hommes et les vampires? Certes, ils détestent les lycanthrope, mais disons que leurs attaques sur les deux races n'ont probablement pas aidé. Ce sont les lycans qui, au départ, ont commencer la guerre. Du moins, de ce que R. avait compris. Il prit place aux côtés de la jeune femme, en s'agenouillant, et s'appuyant sur son autre jambe. Il la regarda dans les yeux. R. n'y voyait que de la haine. Elle qui lui avait semblé si douce, si bonne... si gentille. R. voyait drôlement quelle colère habitait ce pauvre coeur meurtris. Il se remit à caresser sa barbe.

"Dites moi, Dame Silvercross... Que je sois un humain, un lycanthrope, ou un vampire... Qu'est-ce que cela change? Dites moi en toute honnêteté. Est-ce que je mériterais de mourir, si j'étais un humain? Et si j'étais un humain qui, contrairement à plusieurs, n'y voyait aucun avenir, en cette guerre? Et si j'étais un humain en quête d'espoir parmi toute les races?" R. se releva, de toute sa grandeur. "Dites moi en toute honnêteté, Esméralda Silvercross. Dites moi, selon votre opinion à vous, et non celle des Silvercross. Croyez vous sincèrement que tous les hommes et les vampires devraient être exterminé?... Ou n'est-ce pas plutôt le discours de votre père?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esmeralda SilverCross
Hurleure Éxotique
avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 09/07/2012
Age : 23
Localisation : Dans ma grotte

Feuille de personnage
Faction: Silvercross
Niveau: 1
Point de Vie:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: Bain de sang et philosophie ? ( réserver pour R. le magnifique )   Mar 28 Aoû - 20:15

Alors il était coincé dans son apparence de lycan ? Mais quel chance qu’il avait qui ne rêvait pas à ça, eux les autres comme moi avait la malédiction de devenir aussi faible que ces sens poils, moi qui avais toujours voulue être une lycan en tout temps pour ne pas me faire comparer avec ces humains qui ne servent à rien d’autre qu’à prendre de la place sur nos terre, je penchant ma tête sur le côté en signe d’interrogation, ce lycan je le comprenais de moins en moins. Je le regardai tout en étant émerveillé de sa chance pour ensuite poursuite avec mon admiration ;

- Comment pouvez-vous avoir le désire de redevenir un humain ? C’est une malédiction infliger par eux-mêmes les sens poils pour ne pas perdre le contrôle sur nous ! Les anciens de mon village me l’on déjà dit à plusieurs reprise, cette drôle histoire qui date d’y il a longtemps qu’à la création du monde un chaman humain envoya un sort sur le peuple des quatre pattes…Afin de devenir comme eux pour comprendre à quel point il es pénible de vivre à leur manière.

C’est à ce moment qu’il me posa une question, pourtant elle semblait simple, mais à la fois si compliqué alors pourquoi je n’arrivais pas à répondre sur le champ, je le hais ce lycan toujours là à me pousser à réfléchir sur des sataner questions qui on ni queue ni tête, es-ce que j’ai l’air d’une fille qui aimait ce poser ce genre de question que se soi à mon moi-même ou aux autres ? Non malheureusement pas vraiment, je me mis ensuite à le fixer le lac, ces dernières mots m’avait marquée « pensé par soi-même » comment pouvait-on ne pas pensé par soi-même, le soleil lui avait surement tapé sur la tête au bien…AH MAIS ENCORE QUE DE QUESTION !!! De plus comment pouvait-on être influencé quelqu’un à un point tel de ne plus pensé par soi-même ? Je me mis à la fixer avec haine et malice dans mes yeux doré.

- Les humains sont des êtres créer pour venir stopper toute procréation de toute soi-disante espèce faible et inutile à leurs yeux, avant même que je sois née ce peuple venait déjà nous chasser de nos terres ! Je me levai à mon tours et haussa la voix sens même m’en rendre compte.

- Comme les vampires qui eux ne voulaient pas seulement nous prendre comme animal de compagnie le soir et le jour abuser de nous de toute sorte de manière, par chance on ma montrée comment me défendre devant ces sangsues! Depuis trop d’année nous nous laissons faire et bientôt nous ferons comme il y a très longtemps, démontrer les vrais maîtres sur ces terres !

Je sentais mon cœur battre la chamade ainsi que mon souffle devenir de plus en plus fort dans ma poitrine, comme si mon message venait de me libéré en quelque sorte, que le village serais bientôt peuple de lycan et non plus de ces peau froide et ces sens poils, même si mon visage lui ne semblait pas d’accord, il ne démontrait rien d’autre que l’absence total d’émotion, même si je sentais pourtant mon corps lui vibré de passion, je n’eu pas d’autre choix que d’offrir un faux sourire à R. lui dévoilant ma dentition humanoïde. Espérant de répondre correctement comme il me l’avait demandé, tout en me faisant sécher les dents j’attendais une réponse de sa part.

_________________


Dernière édition par Esmeralda SilverCross le Jeu 24 Jan - 1:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R.
Le Fatlosophe
avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 11/07/2012

Feuille de personnage
Faction: Les Lettres
Niveau: 1.
Point de Vie:
135/135  (135/135)

MessageSujet: Re: Bain de sang et philosophie ? ( réserver pour R. le magnifique )   Mer 29 Aoû - 18:45

R. réalisait à quel point cette jeune femme s'était fait montée contre les humains et les vampires. L'oeuvre d'Hézakiel, sans doute. Le lycanthrope remarquait aussi qu'Esméralda ne pensait pas du tout par elle même, mais bien que toutes ses idées étaient des gens qui l'entouraient. R. avait du mal à supporter l'idée que Hézakiel place toute ces idées dans la tête de ses jeunes, des membres de son clan, et qu'il forme une espèce de dogme religieux haineux envers le monde entier. Il soupira doucement, après les dernières paroles de la jeune louve. Le monde n'était pas prêt de changer. Le condamné regardait Esméralda, le regard triste. C'était complètement navrant, pour lui, de voir une telle haine.

"Eh bien... tu es bien la fille d'Hézakiel, à n'en point douter. Alors, dis moi. Toujours aussi grincheux, le vieux?" il eut un rire las. Il caressa à nouveau sa barbe d'un air pensif. Comment lui faire comprendre? Et pourquoi s'en soucier? Simplement parce que R. ne voulait pas que la jeune femme reste dans cette ignorance. Il le voyait, elle n'était pas heureuse. Le lycanthrope n'aimait pas non plus voir les gens souffrir. Le fait que son père l'envoie contre son gré dans une ville... Quel genre de parent ferait une tel chose? Il faut un temps d'adaptation... et pour cette jeune femme, c'était complètement impossible, tout simplement. Hézakiel avait beau paraitre très brillant, il ne l'était pas toujours. "Alors dis moi, ma chère... pourquoi un homme comme lui, qui déteste tant les humains, ferait-il subir un supplice pareil à sa fille? Et d'ailleurs... en étant parmis eux... il n'y a vraiment personnes que tu considèrerais digne de vivre? Ils devraient tous mourir, sans exception? Les hommes bons, exécutant leurs tâches, les femmes prenant soin de leurs maisons, et les enfants jouant dans les rues... Ils devraient tous être exterminé..." Il claqua des doigts. "Comme ça? Car si c'est le cas... Si c'est vraiment ce que tu crois..." R. se mit à fixer le ciel, pensif. Puis, soudainement, son regard se planta à nouveau dans les yeux de la jeune Silvercross. "Ne donnerais tu pas raison aux humains, de nous traiter de monstres?"

R. caressa à nouveau sa barbe, et recula d'un pas. Il avait beau tenter de comprendre comment on pouvait en arriver à un tel raisonnement, le Lycanthrope n'y arrivait pas. Que de violence dans ses dires... R. aurait bien aimé la raisonner, lui faire comprendre que ce n'était pas une attitude valable. Mais comment y arriver? Autrefois, il pensait la même chose des lycans en général. Non pas parce qu'il avait des préjugés, mais que tout ce qu'il connaissait, c'était cet évènement où les lycans avaient enfin sorti de l'ombre... pour tuer tout le monde. Cela ne faisait pas très bonne impression, selon lui.

"Tu vois... Je ne crois pas que le peuple lycans soit plus valeureux que celui des humains, ou même des vampires. Je ne crois pas non plus qu'ils le soient d'Avantage, bien au contraire. Mais vois-tu... il est impossible que quelque chose soit complètement noir... Un dicton en vas ainsi "Il n'y a pas de noir, ni de blanc. Que des teintes de gris". Ces paroles sont d'une grande sagesse, si tu veux mon avis." R. la regardait toujours. La lune s'était levé, finalement. Il senti un nouveau souffle l'envahir. Quel énergie intense ressenti à chaque nuit... Il attendait maintenant de voir Esméralda se changer en lycan, aussi. "Mais trèves de vieilles paroles! Parles moi de toi, de ta façon de penser! Ou alors, vous pouvez continuer de renouer avec la nature... votre forme, votre terre..." R. se mit à rigoler. "Vous qui vouliez vous faire passer pour une humaine, je vous conseille de ne pas tenter votre chance en ce moment! ah ah ah!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A.
Anonyme.
avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 26/06/2012

Feuille de personnage
Faction: Lettres/Venari.
Niveau: 10
Point de Vie:
350/350  (350/350)

MessageSujet: Re: Bain de sang et philosophie ? ( réserver pour R. le magnifique )   Jeu 30 Aoû - 22:58

'' Je te jure Z. c'est la dernière fois que je laisse R. partir en promenade dans la forêt avant une mission. ''

L'homme regarde sa montre à gousset en soupirant.

'' Je n'ai rien contre le fait d'attendre, mais nous avons une opération à exécuter! R devrais le savoir pourtant. Une telle chance ne se représenteras pas de si tôt. Il a probablement encore croisé un infirme qui ne peut se sauver, alors qu'il parle de philosophie pendant des heures. Oui, c'est fort probablement la raison! Si tel est vraiment le cas, comme je le pense, alors nous pouvons être certains qu'il ne regardera pas sa montre. Nous devons donc aller le retrouver. Cependant, je dois encore finaliser certaines choses pour la mission. Je ne peux donc y aller moi-même. Mmmmh... Z, vas chercher R tout de suite. Z? ''

Il regarde autour de lui et remarque qu'il parle tout seul. Son interlocuteur à disparut. Un cri de frustration se fait entendre, alors que l'homme, sous l'effet de la colère, frappe d'un puissant coup de poing ganté, l'arbre le plus prêt. Le tronc se brise avec un craquement sec avant de s'écrouler devant l'être au masque blanc. Sou le masque, son visage se crispe en une grimace douloureuse. Une pensée traverse son esprit. Frapper les arbres, même avec des gants d'argent, n'est jamais une bonne idée.

'' Z! Je vais le tuer. Je vais les tuer tous les deux. BIEN Z! Puisque c'est comme ça, je vais m'en charger moi-même! ''

L'être cherche un objet dans sa bourse et l'attrape rapidement. Une dent. L'instant d'après, plus une trace de l'homme, mis à part l'arbre nouvellement mort.

------

L'homme, maintenant loup, ralentit le pas en entendant la voix d'un des êtres qu'il cherche. Son attention se tourne alors sur la deuxième voix. D'après son expérience, il détermine que la voix appartient à une femme, une louve probablement par sa manière de mâcher les mots. Il avait donc eu raison, R. avait trouvé quelqu'un à qui pourrir la vie avec ses questions philosophiques vide de fond et de sens.

Il sait que les deux êtres vivant tout prêt peuvent le détecter sans problème. Mieux que quiconque, il sait que les lycans sont pourvues de sens extrêmement aiguisé. Après tout, il en est un à temps partiel, comme maintenant d'ailleurs.

Armée de se savoir, l'homme décide de ne pas se cacher et de marché simplement sur le couple maintenant à vue. Une envie soudaine le prend.

'' RAWR! '' Fait-il en guise de réponse à cette envie.

L'homme s'arrête, son museau se rétracte en une expression légèrement surprise.

''Désolé, l'instinct animal est quelque chose de compliquer à contrôler... J'en prends note pour la prochaine fois.''

Sa voix est gutturale, celle d'un loup. Il regarde autour de lui et remarque que ses interlocuteurs le regardent d'une drôle de manière. Bien sûr quel lycan parle de la sorte à propos de son instinct? Aucun, bien évidemment. Il réalise aussi que la louve doit trouver la situation encore plus étrange considérant qu'il y a maintenant deux R. ,habillé différemment, devant elle.

'' Je vois... ''

La pression magique se relâche et le lycan se métamorphose en humain. en pleine nuit, sous la lumière de la lune. L'être réalise alors que ce changement doit être encore plus étrange aux yeux de la louve que la vision double offerte aux premiers abords. L'homme remonte ensuite son foulard noir sur sa bouche pour cacher la partie inférieur de son visage. Il sort son masque de sa bourse, mais le garde cependant en mains. Il se tourne alors vers la louve.

'' Pardonné mon intrusion, je suis A. Vous êtes Esmeralda, je le sais grâce à sa mémoire. Vous n'avez pas besoin d'en savoir plus et je ne désire d'ailleurs pas vous connaitre non plus. Restons en là pour les présentations, puisque tout a été dit.''

L'homme exécute une révérence et se tourne vers le loup.

'' Vous êtes en retard R. Je ne veux entendre aucune excuse. Vous savez pertinemment que nous sommes occupés. Vous avez mieux à faire que de discuter avec une simple louve qui ma foi se trouve bien loin de chez elle. D'ailleurs que fait-elle si prêt de Theiseth? Bien que cela ne me regarde probablement pas, elle ne semble pas en mesure de survivre si prêt de la capitale.''

Il se tourne de nouveau vers la louve.

'' Sans vouloir vous offenser bien sûr. ''

L'être pivote vers le loup.

'' Z. à disparut lui aussi, il faut le retrouver avant qu'il échappe une aiguille d'argent dans la poitrine de votre charmante amie par inadvertance. Tu sais aussi bien que moi comment il est... ''

De nouveau il regarde la louve.

'' Je n'insinue pas que vous ne semblez pas en mesure de survivre à une simple aiguille d'argent, mais j'avoue que c'est le cas. En partie du moins.''

Le loup à nouveau.

'' Et bien? ''

_________________
/l、
(゚、 。 7
 l、 ~ヽ
 じしf_,)ノ



La seule foi qui peut vaincre, est celle qui ne s'arrête point devant les sacrifices.


Dernière édition par A. le Mer 12 Sep - 5:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eleirya.goodforum.net
Esmeralda SilverCross
Hurleure Éxotique
avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 09/07/2012
Age : 23
Localisation : Dans ma grotte

Feuille de personnage
Faction: Silvercross
Niveau: 1
Point de Vie:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: Bain de sang et philosophie ? ( réserver pour R. le magnifique )   Mar 4 Sep - 17:32

Je fixai la lune quelques instants, un sourire ce dessinait doucement sur mes lèvres, je savais que ma vrai nature ressortirais mon regard fini par croiser celui de R pourquoi me regardait-il avec cet air ? Je soupirai doucement essayant de me vider la tête de toute trace de ce loup complètement étrange. Tout en le fixant, je sentais mes os ce craquer pour ensuite ce ressouder pour devenir plus gros et plus résistant, je tombai sur les genoux le plus dure était d’endurer la souffrance que la formation des côtes était vraiment la plus douloureuse. Mes cheveux changeaient de couleur pour virer au blanc, mes bras, mes jambes tout mon corps fini par être recouvert de poil et ma magnifique robe fini par devenir des lambeaux de tissu qui tombais en virevoltant jusqu’au sol. Je passai ma langue contre mes dents pointues, cette sensation m’avait tellement manqué que je pouvais sentir mon corps frémir de plaisir. Une fois ma transformation complètement terminer mon regard ce plongea dans celui de R.

- Je euhh…Je pense que…Hmm…

Ce fut la seule chose qui sortie de ma bouche, je me mit à grogner sachant qu’encore une fois il me troubla, mais comme je le détestais, je détournai le regard lui expliquant qu’il ne comprendrait surement rien à ma façon de pensé et c’était pour cela que je la gardais complètement secrète au fond de ma tête…Mais qu’es-ce que je racontais? Je ne savais même pas comment pensée par moi-même, cette idée me rendant complètement furax, mais avant même que je ne puisse dire un seul mot, une voix me coupa sèchement…NON MAIS PERSONNE NE SAIS USER DE RESPECT DANS CETTE FORÊT ?! Un homme à l’apparence de la moins douteuse fit son entré en laissant passer un rawr d’entre ces dents…D’accord me suis-je dis en regardant ensuite R. étrangement avait l’aire de le reconnaitre, mais en regardant l’autre je me posais pas la question il semblait ce ressembler. Puis il ce nomma enfin A….Mais pourquoi encore toute ces lettres ? Et de plus pourquoi connaissait-il mon nom ?

- Une simple louve ? Vous vous êtes vues ? Grrr…Vous essayez de vous la jouer, mais ça ne marche pas vraiment …

Je m’approchai de lui me mettant tout près de lui pour qu’il puisse comprendre qu’avec moi on ne rigole pas aussi facilement, comment pouvait-il dire qu’une simple aiguille pouvait facilement pour me tuer, il en fallait bien plus pour me tuer complètement. Il m’avait coupé la parole alors je devais en faire autant pour une simple vengeance.

- Sachez qu’il faut bien plus qu’une simple aiguille d’argent pour en venir à bout de moi cher…A ? Et dite moi qu’es que toutes ces histoires de lettre ? Vous êtes quoi une espèce de clan qui es rechercher ? Une bande de bandit ? AHH POURQUOI ÊTES-VOUS COMME R. ? POURQUOI ME FAITES-VOUS AUTANT RÉFLÉCHIR ?!?

Je reculai en chignant comprenant tellement rien à la situation.


_________________


Dernière édition par Esmeralda SilverCross le Jeu 24 Jan - 1:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R.
Le Fatlosophe
avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 11/07/2012

Feuille de personnage
Faction: Les Lettres
Niveau: 1.
Point de Vie:
135/135  (135/135)

MessageSujet: Re: Bain de sang et philosophie ? ( réserver pour R. le magnifique )   Mer 12 Sep - 21:43

Esméralda allait parler. Enfin! R. allait savoir! Il allait connaitre la raison de toute cette haine! Peut-être pourrait-il aider cette pauvre fille? Probablement pas. Elle semblait très... bornée. Elle lui rappelait un lycan qu'il avait rencontré par hasard. Un sans clan, si on veut. Il était aussi borné qu'elle, mais dans un autre sens. C'est curieux... ils se ressemblaient, maintenant que R. le réalisait. Enfin. Ce n'était pas très important. Ce qui était important, c'était ce truc qui les dérangeait en ce moment. Et lorsqu'il entendit le Rawr bien sonore, R. ne put retenir un léger rire. Il reconnaissait très bien la voix. Elle lui était si familière. Après tout, il l'utilisait tout les jours. D'un geste machinal, il sorti de la poche avant de son manteau une montre accrochée à sa veste par une chaine dorée.

"Grand dieu. Je vais me faire gronder comme un gamin! Oh, et puis, ce sera amusant." Murmura R. en remettant la montre dans sa poche.

Et que ne vit-il pas sortir de la forêt! Une parfaite réplique de lui même. Les paroles qu'il lança en l'Air firent sourire R. Quel farceur, ce A. Il remarqua finalement que son déguisement ne tenais pas la route, et il redevint sa "vrai" forme. Et à côté de lui, le lycanthrope pouvait voir Esméralda en train de perdre les pédales. Elle ne comprenait rien à la situation. Pauvre fille. Le condamné se dit qu'il aurait probablement du se rappeler de cet évènement important. Il lui arrivait d'être tête en l'air, parfois. Enfin! Les paroles de son supérieur faisait bien rire le Lycanthrope, en dépit de la situations. Et son argumentation face à la louve, c'était quelque chose. Et lorsqu'il parla de Z., le sourire de R. apparut subitement beaucoup plus visible.

"Encore? Il cherche probablement une femme à observer de loin!" lança R. en rigolant. "Ou alors, il est déjà partie vers la plage? Peut-être a-t-il déjà préparé notre bateau?" R. caressa sa barbe doucement, d'un air pensif. "Et... je ne vois pas comment je pourrais être en retard... Le temps n'existe pas vraiment, en fait. Ce n'est qu'un concept créé par l'homme pour calculer combien nous perdons d'années! Mais bref! Je vais passer sur le sujet! Tu sembles tendu, et pas en mesure de te servir de ta tête comme tu le devrais! Ah, mon cher A., un peu de détente te ferais tant de bien. Tu pourrais participer à un bal masqué, non? Avec ces beau masques à plumes?"

R. se mit à rire à nouveau. Il ne savait trop que dire. Il savait qu'il était en retard, et alors? Tant pis. Le temps, le temps, le temps, toujours cette chose aussi inutile. A. était si pressé. Ce n'est pas comme si un voyage allait durer si longtemps? Ce n'était pas comme s'il risquait vraiment quelque chose, sur la mer.... Il se demandait encore pourquoi il devait être de cette mission. Après tout, il n'était pas si doué pour l'art de se camoufler. Enfin. R. se retourna vers Esméralda, et s'inclina devant elle.

"Navré de vous avoir causé autant de perturbation au niveau psychologique, gente dame," dit-il, avec une voix toute dénudé d'émotion. "Voyez vous, j'apprécie avoir des conversation avec les gens, et voir comment ils pensent." Il eut un sourire. "Ça m'instruit! Mais... je trouve votre façon d'être quelque peu violente. Peut-être devriez vous vous détendre, vous aussi? Faire comme ce lycan "sans clan" que j'ai croisé il y a pas très longtemps... Dommage que je ne me rappelle plus de son nom... A... Hak...?" Il caressa sa barbe. "Non, plus de souvenir. Désolé!" Il se retourna alors vers A. "Et toi. Quand bien même je serais en retard, te voilà à ma recherche, et en train de discuter avec moi! Tu ne retardes pas, toi aussi, le succès de cette mission?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Z.
zZz...
avatar

Messages : 81
Date d'inscription : 06/07/2012

Feuille de personnage
Faction: Lettres/Venari.
Niveau: 10
Point de Vie:
280/350  (280/350)

MessageSujet: Re: Bain de sang et philosophie ? ( réserver pour R. le magnifique )   Jeu 13 Sep - 4:18

Zut! Et zut alors! Quel imbécile je fais, oublié ma propre rapière à notre dernière halte! Et je me dit professionnel, organisé et efficace! Je sent très bien que je vais en entendre parlé à mon retour. Je retarde tout le monde, avec mes âneries. Après tout, ce n'est qu'une lame en argent pur, forgé que pour moi par mes maîtres sur Cyres! Mais qu'est-ce qui a bien pu me passer par la tête? Me voilà, fâcheusement retardé par cet oubli stupide. C'est une chance que je me déplace vite dans les bois! Sinon, je serais en train de compromettre la mission, au lieu de simplement la retardé.

Ah! Et si seulement, A. m'avait laissé prendre le temps de faire mon infusion tonique de ginseng. J'aurais très certainement été de meilleure humeur et plus alerte! Il est vraiment très exaspérant de savoir en même temps que je devrais endurer les traditionnels quolibets de R. Cet espèce de gros loup mal léché! C'est tout de même une chance pour A., que j'ai un goût si raffiné pour les blagues, cela détendra l'atmosphère durant le voyage, avant que ne commence le vrai boulot. Je suis persuadé en fait, que je saurais faire valoir mon point au sujet de mon oubli. Ce n'est tout de même pas comme si nous étions déjà là-bas.

Il me faudra également, pensé à leur faire part, de la découverte amusante de mon jeu de mots du jour! Je sourit déjà à l'idée d'exaspérer R. D'ailleurs, si je ne presse pas le pas, ils partiront peut-être sans moi, réduisant du même coup les chances de réussite de notre mission. C'est une chance, que j'ai eu la présence d'esprit d'effectué du repérage hier, je peut mettre à profit aujourd'hui, le choix de mon itinéraire pour optimisé mon temps de déplacement. Sa me rappelle les parcours d'entraînement sur l'île, c'est un peu comme un jeu au fond tout comme jadis. Je n'ait qu'à battre mon record et je verrais bien si je n'ai pas perdu la main!

Enfin, je peux distinguer la cuvette, où nous avions fait halte hier! Il était temps! Si je n'était pas un Hunter, je me laisserai prendre aux artifices de la nature, sans remarqué les menus détails, qui en disent long aux initiés. Je ne remarquerai pas, que la pierre retourné au pied de ce chêne, n'est pas exactement de la même couleur que la terre au pied de l'arbre. Je ne distinguerais pas les basses branches brisés, à la base de ce conifère. Et surtout, je ne remarquerai pas les traces à peine visibles, des bottes de deux voyageurs masculins imprimé tout près de la pierre. Autant d'éléments, qui viennent contre-dire, mon apparence de simple mortel. Mais ça, ce ne sont que des observations.

J'entends d'ici A. me dire; «Tu aurais pu te faire une autre rapière toi-même crétin! Tu nous ralentis tous dans l’exécution de nos plans.»

C'est vrai, mais cela n'aurais jamais été pareil que celle que je vient de récupérer dans les hautes branches du chêne. Celle-ci comporte un mécanisme unique, sans-prix. Voilà pourquoi, je devais la récupérer. Mais outre cela, elle a une valeur sentimentale immense pour moi, elle symbolise un passé chargé de souvenirs coupants comme le fil de mon arme. Mais trêve de flâneries! Je dois revenir à toute vitesse sur mes pas afin de rejoindre A. et R. au point de rendez-vous convenu. Nous avons tous un bateau à prendre.


Une heure plus tard...


C'est une chance que j'ai repéré ce raccourci, par une vallée adjacente. Cela m'a évité d'avoir à m'approcher trop, d'un petit village des environs. Il m'aurait été facile de m'y fondre et de récolté des informations, mais le but de mon voyage en ces contrées, n'est pas la collecte des rumeurs incertaines, mais bien l'enlèvement hypothétique d'un personnage impérial rien de moins! A. est tout excité à cette perspective, j'imagine qu'il compte en tiré profit d'une façon ou de l'autre. Il n'explique pas toujours ses plans ou bien c'est que je ne porte pas assez attention.

Ainsi, je sait que je me rapproche enfin de mes alliées car je suis tombé sur les traces de A. Mon escapade n'aura pas durée plus d'une heure. Bien tôt les traces de pas de A. croisent celles de R. C'est bon signe je me rapproche de notre point de rendez-vous. Je pense percevoir au loin des éclats de voix. Une gutturale, peut-être mon loup mal léché et une autre plus raffiné, celle de notre ambitieux ami. S'ajoute au tableau, une voix féminine, un rien rauque rappelant celle des lycans! C'est inquiétant, seraient-ils tomber sur une patrouille dans ces terres?

Vaut mieux être prudent dans ce cas là. J'arme le pistolet de la garde droite de ma rapière avec une balle au nitrate d'argent, tout en la serrant de ma main droite et de l'autre main j'empoigne une dizaine d'aiguilles en argent. J'établis rapidement une tactique, je lancerai d'abord les aiguilles vers les yeux, toutes en même temps, pour aveugler ou distraire la cible et ensuite je ferais feu avec le pistolet un coup. J'enchaînerai ensuite, d'un coup de taille, de la clavicule aux reins, pour forcer l'ennemi à reculer ce qui me dégageras l'espace de mouvement, pour plonger au sol en roulade et venir frapper au torse, avec mon poing.

Ce ne sont que des coups de base, ils me permettront d'évalué la combativité de mon ennemi. Je sent les instincts de la chasse prendre le dessus. Je me fond littéralement dans les bois. Le seul temps d'arrêt que je prend, c'est celui pour sentir le vent et me placer sous celui-ci. En agissant de la sorte, je lui coupe son sens ayant la plus grande portée, son odorat. Je m'assure donc de ne pas pouvoir être repérer avant l'instant fatidique. Pourtant, me voilà incertain, et si je me trompait? Peut-être ne sont-ils pas en mauvaise posture? Me vaudrait-il pas mieux de prendre le temps d'observer à distance les événements? Ainsi, je serait alors la carte surprise, si jamais tout cela virait au vinaigre.

La sagesse, finit par en emporté sur ma soif de mort. En gardant d'instinct ma place sous le vent hors de porté de son odorat, je me rapproche lentement des trois silhouettes. Je les distinguent, vague, entre les arbres. J'entends alors R. dire qu'il est désolé des désagréments que lui et A. ont causé. Je ressent, une certaine frustration venant de la silhouette indubitablement féminine de la louve.

Ne sachant que pensé de la situation, je décide, d'observer encore la scène un moment, mais cette fois depuis la cime d'un arbre. J'entreprends alors de grimpé silencieusement, en formant des crochets d'argent avec mes brassards. De là-haut, sur mon perchoir, je surplombe la scène, silencieux et immobile. Je suis persuadé que A. sait que je suis là il me connaît bien. Et pour ce qui est de R. eh bien, il est plus futé qu'il en as l'air. Mais je sait que la femelle ne m'as pas vu, ni senti. J'ai donc l'effet de surprise! Mes armes en main, je décide de m'amuser un peu et de profité du fait que les frondaisons, me cache à sa vue...

Je l'interpelle d'une voix de stentor où je laisse volontairement percé mon mépris pour les lycans : «Mais qui est-tu donc louve, pour oser adresser la parole à des lettres?!!»

_________________
No victory without suffering, no freedom without sacrifice!

Mon thème

                                 

                                     /l、              
                                   (゚、 。 7
                                    l、 ~ヽ
                                    じしf_,)ノ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A.
Anonyme.
avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 26/06/2012

Feuille de personnage
Faction: Lettres/Venari.
Niveau: 10
Point de Vie:
350/350  (350/350)

MessageSujet: Re: Bain de sang et philosophie ? ( réserver pour R. le magnifique )   Sam 15 Déc - 9:13

Un visage glacé et immobile en place, l'homme observe la louve sans dire mot. Cette dernière ne semble pas saisir toute l'ampleur de la situation. Oh certes, il est vrai que les hurleurs ne savent pas se contrôler, surtout durant les nuits de lune. Tout de même, s'adresser ainsi à un homme de sa carrure est pour le moins inusité. N'avait-elle jamais entendu parler des Lettres? Un ordre pourtant bien connu des gens instruits. L'homme réalise soudain quelque chose. Les lycans lisent-ils non seulement des livres? Certes, certes, R est la seule Lettre appartenant à la caste des loups, bien que cela ne soit que fictif. Le loup n'était pas plus un vrai Lycan que Z. sait être sérieux ou même ponctuel.

La louve approche à grands pas. L'homme toujours immobile la regarde avec une curiosité renouvelée. Quel peuple fascinant. L'être dénote aussi avec satisfaction que le nom de l'interlocutrice contient deux fois la lettre a. Comment un esprit aussi aiguisé que celui du chasseur avait-il pu laisser ce détaille lui échapper de prime abord? Quel peuple fascinant. Peut-être l'homme devrait-il trouver intimidant qu'une louve de près de deux mètres lui hurle au visage à quelque centimètre. Peut-être, mais l'homme n'est pas un être ordinaire. Ce que la Lettre voit, est un sujet d'étude. Un grain de sable dans le désert d'Ushiu. Singulier et à la fois commun.

Premier détaille, l'interlocutrice lui semble posséder un esprit fermé. Non, cela est faux, la première impression est rarement la bonne. C'est évident, la louve possèdent une étincelle d'intelligence, de curiosité, au fond des yeux. Trait caractéristique d'une personne qui tend à la découverte. Il est en claire établit que c'est l'éducation qu'elle reçoit qui la ferme au monde. Trait commun chez les hurleurs. Attaché à des croyances dépassées et illogique. L'homme comprend alors la détresse de la louve. Comme il doit être difficile de vivre ainsi, entouré de mensonges. Encré dans un univers qui la contrôle sans aucun moyen de s'échapper de sa torpeur qui la paralyse. L'interlocutrice est effrayée, poussé dans ses retranchements. Ses connaissances limité ne lui permettent qu'une compréhension creuse de la situation. L'homme comprend.

'' Dois-je me répéter? Soit. ''

L'homme lève un doigt et l'enfonce, sans ménagement, dans la poitrine de la louve. Il est conscient que cela n'est cependant pas suffisant pour provoquer une réponse douloureuse importante. Cela n'est pas le but.

'' Vous n'êtes qu'une simple louve. Vous le savez. Vous l'avez toujours su. N'ai-je pas raison en vous disant que votre incapacité de réflection viens de votre manque de connaissance par rapport à l'univers dans lequel vous évoluez? Si vous n'étiez pas qu'une simple louve, vous sauriez ce qu'est une Lettre. ''

L'être réalise autre chose. Un point qui demande réfection. Une parole que la louve prononçait quelques secondes plus tôt.

'' Vous avez peur de réfléchir. Peur de sortir de votre stupeur. Vous, les loups, vous vous complaisez dans votre ignorance et vos croyances désuete. Manipulé par vos chamans, vous obéissez et ce, sans l'ombre d'une arrière pensée. ''

Un sourire à la fois paternelle et cruel étire les lèvres de la Lettre. Il détient un poil de la bête entre ses doigts. La magie opère, son corps se transforme légèrement. Seul un être expert peut voir les changements minime qui s'opèrent.

''Le chaman est votre père. Vous savez qu'il a tort. Vous lui en voulez. Vous ne pouvez rien contre lui. Il est l'Alpha. Dieu et maître de votre univers de bois et de feuille. Il est la vérité factrice qui fait ombre aux voies de l'univers. Renfermé dans vos forêts à l’affût du silence de mort qui vous entoure, coupé du monde et de ses inéluctables vérité. Étouffé par votre peur du réel, vos chefs se sont allié des ombres incertaines qui peuples vos terres recluse. La nuit noire qui empêche vos meutes grouillante de loups ignare, de comprendre ce que cache la lumière, est devenu votre réconfort face à un monde étranger à votre peur du changement. Étranglé par votre haine du vrai, vous faites fit de ce que vos yeux voi! Cependant, au fond de vous, vous le savez. Vous sentez la supercherie. Vous vous croyez libre, mais votre instinct ne saurait vous mentir. Alors, vous levez tous la tête vers la seule lumière que vous savez vrai, la lune. Et d'un hurlement empreint de douleur vous criez votre désespoir à l'astre maternelle! Espérant ainsi qu'Elle vous libèrent de vos chaines! Vous grognez, hurlez, vibrez de peine et de rage! Mais votre mère ne vous écoutes pas. Car les chaînes Esméralda, VOS chaînes, ne sont pas fait de fer. Elles sont faites de peur et d'ombre. Vos chaînes ne sont pas attachées à vos chevilles et à vos poignets. Elles sont attachées à votre coeur. Vous savez que je parle vrai. Vous avez vu cette enfant. Vous avez compris cette nuit là, n'est-ce pas? Votre vie vous appartiens à VOUS seule, pas à eux, n'y même à la lune. ''

L'homme relâche la pression magique et se ferme au flux d'information avant de prendre la forme complète de la louve.

'' Bien que vous avez la capacité de vous échapper de cette spiral mensongère qui vous ronge de l'intérieur tel un poison vous déchirant les entrailles, vous n'êtes qu'une simple louve. Une louve curieuse et qui cherche à comprendre. Vous comprendrez un jour. Cependant... ''

Un détaille subtile attire l'attention de l'homme. Les bruits produit par les habitants des arbres se sont pratiquement éteint. Un prédateur rôde. Pas un mouvement, pas une odeur. Un vide.

'' Cette nuit, vous n'êtes qu'une simple louve qu'une aiguille d'argent pourrait abattre.''

Le regard dur de l'être s'attarde une seconde dans les yeux de son interlocutrice. Elle a compris, ils le savent tout deux.

Un pas de coté, l'être se retourne vers la Lettre qui ne semble pas avoir compris. Réplique cinglante s'enchaîne comme les rouages d'une horloge géante. Le temps. Une étincelle de violence s'anime en l'homme. Une déclaration de guerre?

Sa voix se durcit légèrement. Un regard implacable se pose sur le loup.

'' Le temps, très cher R, n'est pas qu'un concept abstrait. Nous l'avons tué sur Cyres. Nous le referons. Peut-être pourrais-je vous en faire la démonstration? À vous et à votre charmante compagne? ''

Le tic tac caractéristique de la montre des Venaris, parfaitement audible, se fait mystérieusement plus insistant. La menace plane en l'air tel une épée de Damoclès, l'inexorable couteau du destin, fauchant l'existence elle-même.

'' Dois-je vous rappeler que le temps régit votre vie autant que la mienne? Cela est inéluctable, vous devriez le savoir avec votre âge. Nous sommes ses pantins. Vous, moi, nous sommes de chaire et donc mortel. Soumit à une force qui nous ramènera inexorablement un jour dans l'éther. Comprenez-moi bien, R, je sais très bien que vous désiriez provoquer une dose de colère en moi. Je vous saurais gré de vous démontrer mon point quand nous en auront le loisir et le temps. Ce qui ma foi, n'est pas le cas. ''

Puis, plus doucement, sa voix s'éleva une fois de plus, toute trace de menace disparut.

''Vous êtes en retard, je le suis aussi. Voilà tout. Cessons de tergiverser pour rien. Il est vrai que cette action que nous devons entreprendre me met plus sur les nerfs qu'à l'ordinaire.''

Plus pour lui-même que pour les autres, l'homme soupire.

'' Je me demande parfois ce qui a bien pu me pousser à vous choisir. Mhm. Non, cela est faux. Je le sais très bien. De toute manière... ''

Puis, avec une certaine touche d'amusement il ajoute quelque mot.

'' Pour ce qui est de Z, je n'écarte pas la possibilité qu'il soit parti observer une femme de loin. Il a un don pour ce genre de manquement. Il n'est pas donné à tout le monde d'avoir du succès avec la gente féminine. ''

Un sourire étire ses lèvres. Il sait que le prédateur l'entend.

''Cependant, peut nous importes de savoir où il était plus tôt, car...''

Forte et claire, la voix du prédateur s'élèvent dans la nuit, s'adressant à la louve.

'' Et qui es-tu pour oser arriver en retard à un rendez-vous? Z. ''

Reprend l'homme du tac au tac d'une voix tout aussi forte.

'' Cesse de faire l'enfant et descend donc de ton arbre. À moins que tu ne préfères observer de loin la femelle? ''

Se tournant vers la louve.

'' Voici l'aiguille en question. Soyez sage, ne parlez pas de notre entretien... J'ai espoir que vous vous éveillerez du sommeil éternel qui vous retient de voir la vérité. Peut-être nous reverrons nous que je puisse constater par moi-même? Puisse le temps nous permette pareille frivolité. J'apprécie votre société, mais je ne saurai répondre de ses actes, si vous veniez à parler. ''

L'homme pose, sur son visage, le masque de théâtre blanc affiche un large sourire.

'' Et si nous allions rejoindre ce bateau messieurs? ''

_________________
/l、
(゚、 。 7
 l、 ~ヽ
 じしf_,)ノ



La seule foi qui peut vaincre, est celle qui ne s'arrête point devant les sacrifices.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eleirya.goodforum.net
Esmeralda SilverCross
Hurleure Éxotique
avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 09/07/2012
Age : 23
Localisation : Dans ma grotte

Feuille de personnage
Faction: Silvercross
Niveau: 1
Point de Vie:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: Bain de sang et philosophie ? ( réserver pour R. le magnifique )   Jeu 10 Jan - 22:58

Elle sourit doucement pour rajouter quelque chose, mais A lui venu déposer son sale doigts sur moi…Sur ma poitrine plus précisément, je détestais tout simplement me faire toucher surtout par des gens donc j’ignorais l’usage de leurs mains au quotidien puis il ce mit à parler, me traitant de simple louve qu’es-ce qu’il voulait dire que je n’étais qu’un être simplet ? Mon souffle devenait de plus en plus bruyant et saccader je sentais que la colère me gagnait doucement, pourquoi toutes ces lettres étaient que des malades mentaux ? C’était surement une secte de malades cherchant des semblables pour faire une armée de personne déficiente, je ne voyais rien d’autre et surtout rien de plus clair ne me venait à l’esprit. Puis je remis ma concentration sur lui j’avais l’impression qu’un roman allait sortir de sa bouche et qu’il allait durer très des heures…

Après son éternelle roman je sentais mon corps en entier trembler comme une feuille, non pas parce qu’il venait de m’insulter ça je pouvais l’encaisser, mais le fais qu’il venait de cracher sur le fait que nous les hurleurs nous avions aucune liberté pourtant nous étions des enfants de la forêt libre de corps et d’esprit…Et non des esclaves d’un mensonge inventé de toute pièce, une fraction je croyais me voir…Mais non c’était ce sale A qui ce trouvais toujours devant moi je cligna des yeux rapidement avant de revoir la sale tronche de A étais-ce qu’un tour de passe-passe ? Et comment savait-il sur la petite fille ?…Mon esprit était tellement troubler j’avais à la fois envie de prendre mon cerveau le lancer sur une pierre pour le remettre en place que de lui mettre mon poings sur son sale visage d’illettré…Tsss…Mais je ne pouvais pas c’était seulement impossible, puis A termina avec un regard plonger dans le miens je ne savais pas trop comment je devait le prendre, mais je compris ce qu’il voulait me dire j’acquise d’un simple mouvement de tête avant de continue à regarder la scène entre lui et R…J’avais complètement oublié sa présence durant un moment, ce A prenait toute l’attention, peut-être était-il le chef après tout cela ne serait pas étonnant avec sa tête et comment il se comporte avec R.

Je me mis simplement en retrait voyant que A en avait fini avec moi, enfin je pouvais détendre mes muscles j’avais l’impression de me retrouver devant un mâle qui essayait de ce la jouer, je soupirai doucement, puis sortant de nulle part une voix retentit dans le silence que nous offrais la forêt, encore une lettre ? Je me tapai la tête avec ma grosse patte avant de laisser s’échapper un grognement, rien de méchant seulement il démontrait à quel point ça me désespérait ce comportement.

- Mais quel con… dis-je entre mes crocs.

Puis A ce retourna vers moi, il voulait s’assurer que je ne parle pas de cette rencontre…Comme si j’allais parler de cette nuit farfelue à qui que ce sois.

- Je crois que personne pourrais me croire si je leur parlais de ma folle nuit que j’ai eu avec des lettres ils vont surement pensée que j’étais tellement saoul que les seules lettres avec qui je parlais serait celle inscrite sur ma bouteille.

Je tournai les talons avant de poser mon regard vers l’arbre donc je croyais servait de perchoirs à ce Z, puis je souris doucement avant de rire.

- Votre ami à vraiment beaucoup à apprendre sur la drague…Sinon il vas finir ça vie dans un arbre.

Je me mis à courir laissant c’est fou sorti de l’asile derrière moi…Peut-être allais-je encore avoir affaire à eux…Espérant que sa ne sois pas de si tôt, car j’avais vraiment besoin d'un verre pour faire passer mon mal de tête.


_________________


Dernière édition par Esmeralda SilverCross le Jeu 24 Jan - 1:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R.
Le Fatlosophe
avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 11/07/2012

Feuille de personnage
Faction: Les Lettres
Niveau: 1.
Point de Vie:
135/135  (135/135)

MessageSujet: Re: Bain de sang et philosophie ? ( réserver pour R. le magnifique )   Mer 23 Jan - 0:57

À contre-coeur, R. écouta entièrement ce qu'avait à dire A. au sujet de la hurleuse. Cet homme faisait parfois preuve d'une dureté exceptionnelle, à l'égard des gens en général. Personne n'était à l'abri de ses remarques, quelles qu'elles soient, et surtout pas lui-même ni Z. Oh non, surtout pas eux, qui le côtoyaient en permanence. À la longue, R. s'y était fait, balayant du revers de la main les dires de cet homme, qui souvent, semblaient impertinent. Enfin, à part les ordres, R. se souciait peu des remarques de son employeur. par contre, il semblait avoir réussi à avoir un effet très fort sur Esméralda. Il écouta, en silence. Le faux-hurleur fixait tour à tour A. et la jeune femme, avant de doucement secouer la tête, lorsqu'il en eu finalement terminé. Et sans aucune surprise, il vit l'homme se retourner vers lui. R. lui fit un énorme sourire. C'était évident. L'une des cordes sensibles de A. venait d'être pincé. Le hurleur croisa ses bras sur son torse, prêt à entendre ce qu'il qualifierait de bagatelles de la part de son employeur.

Et il parla. Il parla pendant ce qui parut à R. plus de quelques minutes, beaucoup moins que ce à quoi il se serait attendu. R. eut envie de répondre à ces arguments, mais l'intérêt n'y était pas, sans compter l'exaspération soudaine qu'il ressentait face à la situation. Néanmoins, il fut heureux de constater l'étendu de l'argumentation de son employeur, et son point de vue face au temps. Et finalement, cet espèce de sentiment de lourdeur qui s'étendait sur eux, causé bien sûr, par A. s'éteignit. quelle autre personne pouvait créer un tel effet pour aucune raison valable, sinon A.? C'est une question à laquelle R. se mit à penser, caressant sa barbe alors que l'homme devant lui continuait ses explications. Il était perdu dans ses pensées à nouveau.

"Intéressant... Hmmm..." Il se murmura quelques mots inaudibles, avant de sortir de cette espèce de torpeur.

A. lui parlait de Z. Ce cher Z., qui, au dire de A., pourrait très bien être partie observer des femmes. Eh bien! C'était quelque chose qui amusait grandement le faux-hurleur. Lui qui avait l'air d'un monstre aux yeux de l'humanité, n'aurait eu aucun mal à discuter à une femme, alors que Z., quant à lui, qui paraissait des plus normal, du moins, lorsqu'on ne le connaissait pas, était souvent incapable de leurs adresser la parole. Triste ironie, qui les poussait tout deux à rester célibataire.

R. finit par entendre une voix familière. C'était bien sûr celle de Z., qui tentait d'insulter la jeune femme, ou d'attirer son attention. Peut-être essayait-il d'avoir l'air intelligent? Quoi qu'il en soit, les dires de A. et d'Esméralda à l'égard de Z. firent bien rire le faux-hurleur. Il n'était donc pas le seul à trouver les méthodes de son collègues quelques peu étrange, par moment?

R. frappa fortement ses mains ensemble, en souriant. Le faux-hurleur avait bien hâte de commencer cette mission, soudainement, lui qui n'avait au départ, aucun intérêt en ce qui concernait ce voyage à Cerandor, voilà maintenant qu'il commençait à se demander quel genre de point de vue il rencontrerait là-bas. Puis, il réalisa finalement qu'ils partaient pour le territoire des vampires. Quelle déception! Lui qui devrait rester cacher, d'une façon ou d'une autre! Quel dommage, de ne pas avoir une personne capable de jouer avec l'esprit des gens, pour leur faire croire qu'il n'est qu'un simple vampire! En quelques pas, il rejoint donc A., toujours avec un enthousiasme visible.

"Eh bien soit! Partons en direction de ce bateau! Nous pourrons alors nous interroger plus avant sur le concept du temps! Peut-être réussirons-nous à nous convaincre mutuellement? D'ailleurs, j'ai envie d'entendre Z. à ce sujet! Oh, et puis, ce n'est pas le seul sujet sur lequel nous pourrons nous interroger! Le voyage durera un bout de temps, n'est-ce pas? Ce sera parfait pour bien comprendre chaque point de vue en entier! Nous ferons le tour de chaque question existentielle, Comme ce sera merveilleux!"

Avec cet entregent évident, R. croisa ses bras, et fixait A., se demandant comment il allait réagir. Probablement très mal, mais ce n'était pas exactement un problème. Qui pourrait l'empêcher de discuter avec ses collègues lors du voyage? Il ne restait plus qu'à voir descendre Z. de son arbre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Z.
zZz...
avatar

Messages : 81
Date d'inscription : 06/07/2012

Feuille de personnage
Faction: Lettres/Venari.
Niveau: 10
Point de Vie:
280/350  (280/350)

MessageSujet: Re: Bain de sang et philosophie ? ( réserver pour R. le magnifique )   Mer 30 Jan - 1:10

J'étais perché sur le sommet de mon arbre, et je voyais se peindre sur le visage de ma proie poilue de l'étonnement. Je me disais que je devais avoir enfin suscité la curiosité de mes pairs. J'étais fier de mon entrée, je me devais avec ma position de faire une impression forte et prendre les autres de haut m'avait toujours amusé. J'aime provoqué et faire jaser, bon je sais que ce n'est guère compatible avec l'assassin que je suis censé être dans ma vie au quotidien.

Mais au fond qui peut juger le quotidien d'un être supérieur? Ne suis-je pas l'ultime assassin, le monstre sous le lit de tous? J'ai bien le droit à mes petits plaisirs, à mes jouissances de temps à autre non? De plus, il est vrai que cette créature est loin d'être à sa place parmi nous. Il est étonnant d'ailleurs que celle-ci ne se sente pas déplacée en notre société. À sa place je serais gêné de me tenir nu devant tous! De toute façon, est-ce bien un animal ou bien une femme animaux? La nuance serait intéressante à approfondir avec R. un de ces jours. Dans le fond je l'aime bien ce loup mal léché.

Il serait grandement temps, bien sûr que je descends comme vient de le suggérer A., car, je suis bel et bien en retard et c'est simplement parce que je suis un pauvre crétin congénital. Mais enfin bon passons, mais quant à la suite de la phrase emplie de venin de A., je ne suis pas bien sûr d'avoir bien compris? Mais de quoi parle-t-il? Qu'est-ce que c'est qu'une femelle, ce mot ressemble étrangement à femme, mais je ne suis sûr de rien. Et voilà que cette chose velue m'adresse la parole et me parle de drague, quel étrange terme, je ne suis pas bien sûr de comprendre... Enfin, ce n'est pas comme si ces choses étaient toutes douées d'intelligence, de parole certes, mais de là à parler d'intellect, je crois que c'est discutable. La seule exception que je connaisse c'est sans conteste R., mais ce n'est pas pareil. Lui il est une lettre et une Lettre non lettrée et sans intellect serait gravement ridicule non?

Je le vois mal d'ailleurs, se mettre à écrire ses rapports de cinquante parchemins, s'il ne savait pas comment écrire! La situation alors serait tout autre. Je me sens bien obliger de descendre, il n'y a guère d'autre choix pour moi dans les circonstances. Je me sens presque mal d'avoir oublié mon sabre derrière moi ce qui a bien sûr causé mon retard.

L'homme descendait de son arbre à toute vitesse il n'avait plus une seconde à perdre, il se voyait déjà sur les flots pendants des semaines à ne rien faire, pour lui s'était insupportable. Comment allait-il passer le temps sur les eaux avec un Loup trop bavard et un ami trop taciturne? Puis finalement, stoppa en pleine course en se disant qu'il pourrait passer par les airs ça serait un bon entraînement.

Ça ne seras pas aussi amusant que je le pensais au départ, plusieurs sur un bateau perdu en mer au milieu de nulle part. Terrible perspective! N'empêche que je ne comprends pas du tout la réaction de la femme louve à ma question, elle aurait du pourtant, au minimum trembler, je ne sais pas. J'ai quand même une réputation, ah non c'est vrai, mes victimes meurent quand elles me voient alors c'est normal qu'elle n'ait pas tremblé dans ce cas.

Z. songea donc: je peux donc pardonner cet écart de conduite indigne d'une dame envers un supérieur. Je laisse donc filer pour cette fois elle ne sait pas à quel point elle a de la chance cette petite. C'est tout de même une drôle de rencontre dans cette forêt et même assez impromptue pour qu'il prenne bien soit de noter dans sa mémoire phénoménale les détails de la louve 45 pieds plus bas. Juste au cas où.

Le voilà donc qui s'élance, sans un son, d'un arbre à un autre, sautant et s'accrochant partout au tronc et aux branches avec un gant de son invention. Il fessait le pitre bien sûr, mais cela avait le double avantage d'être à la fois un entraînement et un amusement pour lui.

Il cria soudain à l'intention de ses deux autres compagnons, rester derrière lui en contrebas:


-Mais qu'est-ce que vous attendez? N'étiez-vous pas presser par le temps me disiez-vous? Je sais que je suis en retard, mais ce n'est pas une raison pour me fixer ainsi et me faire attendre. Je ne descendrais pas si c'est ce que vous attendez, je m'entraîne ça ne handicaperas pas du tout mes déplacements soyez rassuré.

Sur ce, il s'élança de nouveau et sautant dans le vide depuis le haut d'un embranchement en y du tronc de l'arbre sur lequel il était perché il sauta dans le vide, s'accrochant in extremis au tronc suivant 30 pieds plus bas. Puis poursuivi en courant son chemin sautant à l'arbre suivant, avec ses gantelets dentelés prévus pour cet usage. L'intensité de l'effort, lui fit oublier les insultes de A. et l'étrange mot de la femme loup, qui au fond l'avait plus atteint qu'il ne le pensait.

Une idée folle et des questions germaient doucement en lui, mais ce ne serait pas un moment qu'il oserait les poser.



_________________
No victory without suffering, no freedom without sacrifice!

Mon thème

                                 

                                     /l、              
                                   (゚、 。 7
                                    l、 ~ヽ
                                    じしf_,)ノ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bain de sang et philosophie ? ( réserver pour R. le magnifique )   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bain de sang et philosophie ? ( réserver pour R. le magnifique )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» un bain de sang etait necessaire...
» [Sugg d'extension] Skardheim
» Je n'espionne pas, je me renseigne! [Drake]
» Halloween party! [PV gens inscrit ]
» 76HG — J1 — bain de sang (commun)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eleirya :: Ensemble Heinidd :: Ansil'Lith :: Theiseth-
Sauter vers: