Eleirya

Forum rp fantaisiste.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une histoire d'argent et de dossier...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Galatéa Venitia
Violence quand tu nous tiens
avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 14/01/2013

Feuille de personnage
Faction: Clan Venitia
Niveau: 1
Point de Vie:
50/125  (50/125)

MessageSujet: Une histoire d'argent et de dossier...   Mar 29 Jan - 6:24

Prénom: Galatéa, ne me demander pas d'où me vient ce nom, tout ce que je sait, c'est que ca vient de mes parents. Sa doit venir d'un machin en rapport avec les étoiles ou truc du genre. Je me souviens avoir entendu ma mère me le dire une fois, mais j'étais jeune. Il n'y a rien à dire de plus.

Nom: Venetia, le nom de mon clan. Oui, on vit selon des traditions tribales par chez-moi. Je ne voit vraiment pas en quoi, ces questions sont utiles avec l'affaire qui m'amène à venir ici. Je n'aime pas les interrogatoires. Si vous voulez une interrogation, pourquoi ne pas s'interroger sur la valeur de notre transaction? Ah, ça ne fonctionne pas comme cela? On verra bien qui va être glorieux de notre... marchandage du jour.

Âge: 20 ans, rien à dire à ce sujet. Vieille pour une femme? Possible, mais à ce que j'ai compris, ici une femme est considérer comme bonne à mariée dès l'âge de 11 ans alors en terme de vieillesse, on pourrait discuter vraiment longtemps à mon avis et je gagnerais j'en suis sûre. Oui, je suis plus agée. Terminé maintenant? Parfait poursuivons.

Sexe: Une femme, à moins que vous ne soyez frapper de cécité, je suis bel et bien une femme. Ah je vois, vous doutez en raison de mon manque de poitrine et aussi à cause de mes habits? Alors, sa vous dit de parier? Si je gagne vous la libérez sans aucune amende, si je perd, je vous paie le double sa vous va? Non? Vous refusez? L'entente était honnête pourtant. Oh, vous doutez de votre affirmation? Alors je vous donne une petite chance, si vous perdez, je vous donne la moitiée de la somme exiger. Vous acceptez! Bien, bien. Regardez donc sous mon corsage.

La femme soulève son corsage et montre à l'homme une poitrine, discrète mais ferme. Puis elle rebaisse son corsage tout en tapant la main de l'homme tendu vers ses deux pommes. Et lui adresse un sourire carnassier.

Ne croyez pas pouvoir vous faire un extra, sa ne fessait pas partie de notre entente. Ah et au fait maintenant, je vous dois 400 pièces d'argent au lieu de 800. Je vous avait dit que j'étais une femme et pas un eunnuque ou un jeune garçon! Vous en mordrez les doigts un jour de ce manque de jugement.

Enfin, nous nous en sortons assez bien vous et moi non?


Race: Humaine cela va de soit! Est-ce que je vous semble si pâle de teint? Ai-je été affliger d'horrifiantes brûlures dans la fournaise extérieure? Alors je ne suis visiblement pas une Nosphéras. Pour ce qui est d'être un Hurleur, disons simplement, que c'est impossible de prouver ou non la véracité de ma réponse. Dommage pour vous n'est-ce pas? Mais si vous voulez parier là-dessus, pourquoi ne pas vérifier, il suffit de me mettre des pièces d'argent dans la main tout en ayant préalablement couper celle-ci de façon superficielle. Vous verrez si je guérie rapidement ou non ou encore si je me tord de douleur au toucher de l'argent. Sa ne vous dit rien? Ah d'accord en ce cas.

Auriez-vous peur Grand magistrat de perdre encore plus d'argent? Je suis si désolé de voir à quel point vous êtes si peu joueur. La réputation de cette ville pour les paris et le commerce étant légendaire, je pensais tomber sur un magistrat avec plus d'initiative. Enfin, passons. J'ai bien hâte de terminer les formalités.

Vous me faites vraiment un piètre effet. Je trouve cela vraiment dommage, vous ne mavez posez aucun réel problème. Dommage que les paris soit fermé pour le moment.

Elle sourit une fois de plus avec une hargne intense

Orientation sexuelle:
Hétérosexuelle, du moins je crois. De toute façon, cette considération est triviale et sans intérêt. Je n'ai jamais éprouvé le désir de remplir ma vie avec un ou une partenaire. J'ai répondu machinalement, parce que c'est ce que vous vous attendiez à entendre. Mais je refuserais tout net de parié sur cette chose. Il en tient à moi seule de trouver la vérité dans ce domaine tout comme j'ai pu la trouver dans d'autres.

Le magistrat, lui dit alors: - Si vous refusez de parier avec moi sur ce sujet, je vous ferai payez le prix originel pour la libération de la femme. Nullement impressionné, Galatéa, le regarde et souri avec mesquinerie. Puis enchaîne ainsi:

-NON! Je ne céderais pas à votre maladroit chantage. J'ai votre parole et j'ai également des témoins, ce qui vaut plus dans toute cette affaire que votre malheureuse menace de me refuser la diminution de la charge financière de ma soeur.

Qui plus est, je peux les payer encore plus grassement que vous, pour obtenir leur appui. Je suis sûre de moi et vous?

Le magistrat, ne répond absoluement rien et enchaîne sur la question suivante, le visage empourpré de violet, une veine palpitante tout contre sa tempe droite.

Pays d'origine et pays de résidence actuel: Je suis venu au monde en Occei , je suis une nomade. Je vis en groupe et nous voyageons. Nous vivons de nos talents respectif. Tout comme vous vivez tous des vôtres dans cette ville pourrie. Ce n'est pas surprenant, du moins pas pour moi. Vous êtes vraiment un enquiquineur de première avec ces questions sans fin. Mais je suis persuadé que si vous les avez toutes posées à ma soeur, vous avez dû vous en mordre les doigts. Cette consolation me semble suffisante pour les minutes que j'endure ici.

-De quel droit osez-vous insinuer que je suis à ce point désagrable? Connaissez votre place femme et répondez avec politesse à ce que l'homme supérieur vous demande!

-Et vous? Est-ce que vous connaissez votre place dans cette ville Grand magistrat? Parce qu'à voir votre façon de marchandez, je puis affirmez que chaque fois que vous perdez votre sans-froid, vous devez également vous faire dominer dans un transaction. Quel dommage, peut-être devriez-vous changer d'emploi?


Classe sociale: Je devrait dire aucune, mais je suis une nomade. Pour vous sa ne veut rien dire. Pour moi c'est une autre paire de manche. Mais trève de bavardage inutile, passons à la question suivante.

-Avez-vous des origines nobles? Parce que si c'est le cas, la peine de libération vient de doubler...

-Quoi? Si j'ai des origines noble au sein de mon peuple? Je ne saurais dire, je suis la soeur de notre chaman et rien d'autre. Mais visiblement, comme la réponse à cette question ne peu ni être oui, ni être non, je pencherait pour le non. Ainsi la prime de libération se chiffre toujours à 400 pièces d'argent.

La mine de l'homme devient déconfite et il s'empresse de passer à la question suivante.

Profession: Je suis une marchande chevronnée. Sa se voit, je vous domine complètement dans cet échange. Vous prenez de plus en plus de risque à chaque question, vos paris manquent de fondements et vos mains tremblent de colère sourde, tout comme vos yeux. Vous devriez apprendre à cacher cela.

Autrement sa fait de vous un livre ouvert.


Faction:

-Le clan Venitia, oui on revient encore à mon clan. Dommage que je ne puisse diversifiez ces questions et croyez-moi elle serait tout autre. Passons rapidement à question suivante, vous me faites perdre mon temps et quand je perd mon temps dans un échange, j'ai tendance à devenir de mauvaise humeur et la mauvaise humeur font que je perd patience ainsi, vous finissez par perdre des dents.

Je suis un peu... brutal. C'est dans ma nature, c'est une chance que je soit ici et ailleurs à la fois.

Plus grande peur & faiblesse personnelle:

Cette question, ne vous concerne en rien, je ne me sent pas obligé de vous répondre. C'est bien trop personnel pour que je réponde à la légère. Hum, vous insitez? Alors soit, je vous le dit, mais c'est bien parce que vous m'y contraignez monsieur! J'ai peur d'être de nouveau coincer entre les mondes, parmi les étoiles d'un firmament sans fin où les couleurs sont inverser, où la gravité est nuliffié. Un endroit, où l'homme n'a pas sa place et où les âmes se déploient. Un endroit de cauchemar ou de rêve cela ne dépend que si c'est vous où moi qui s'y trouve.

Vous n'aimeriez pas cet endroit, il n'y pas vraiment de gens, juste des empreintes et des traces et certaines présence, y sont si lumineuse ou incroyablement sombres, que vous et moi ne sommes même pas capables de les regardez ni même d'ern approcher. Je ne suis jamais vraiment revenu et je ne souhaite pas avoir à jamais y retourner pour une aussi long période. La peur d'utiliser, un don unique, le mien, le seul, le vrai.

Si cette réponse ne vous satisfait pas, je me verrais dans l'obligation d'aller chercher ma soeur par un autre moyen que le canal légal et vous n'aimerez pas comment cela se déroulera...

Galatéa, le regarde avec colère, le feu brillant dans ses yeux comme la lumière du soleil. Le magistrat complètement subjuguer par le regard croit même durant un instant voir les yeux gris-violet de la jeune femme se mettre à briller d'une lueur bleu clair!

Chose la plus précieuse à vos yeux:

Des tas de chose sont précieuse à mes yeux et parmi celle-ci, mon intégrité physique et spirituelle, ce qui me vient à faire le lien direct avec ma soeur. Nous sommes liés elle et moi je lui doit quelque chose et elle me doit bien des choses futiles. Mais c'est conteste mon âme et mon corps qui me sont les le précieux. Je ne vois rien d'autre de plus important. Tout comme vous tenez probablement à vos dents. N'est-ce pas?

L'explication de cet état de fait serait bien longue aussi je vais vous gratifier d'une simple et unique phrase: Est bien fou celui ou celle qui s'attache à un objet alors que sa propre vie ne tient bien souvent qu'à un fil.

J'espère que vous aurez compris le tout, non pas comme une menace mais bien comme un conseil avisé de la part d'une femme d'ailleurs et d'ici.

Armes :

-Mes armes? Une femme use de bien des artifices, pour combattre ses ennemis, la beauté, la parole, les promesses. Je ne suis ni une beauté mortelle ni une tisseuse de promesse, mais ce que je sais être, c'est bien une femme dangereuse retorse et habile des mots...

- Vous n'usez donc d'aucune arme madame? Jamais? C'est étonnant, aux dernières nouvelles, les mots n'étaient pas les armes les plus tranchantes!

Le garde qui disait ces mots se mis à rire aux larmes. Se pensant bien intelligent, fort et supérieur dans sa répartie.

-Les mots, sont comme des pieux dans votre coeur, des serpents qui s'insinue dans les fissures de doutes de vos murs de résilience. Ils vous font miroiter promesses et faux semblants, luxures et richesses. Mais peuvent tout aussi bien arracher vos veillités d'un coup sec comme la jambe gangréné est couper d'un coup de hachette! Ils sème la peur et l'ambivalence ou provoque l'action sans réflexion, qui souvent en certaines situations dans la vie comme à la guerre mène à la mort subite et à la disgrâce! Les mots, peuvent blessé au creux de l'être et rendre fou et oui! Oui, les mots peuvent trancher dans le vif si employé correctement...

L'homme pris de stupeur, la regardait méfiant, le doute s'insinuant doucement, sournoisement dans on esprit et il comprit soudainement! Ô combien il avait eu tort d'oser mettre en doute la force des mots. Il sentait à ce moment même, ces derniers, lui tailladé la poitrine et installer une anxiété en lui...

Et le regard de cette femme qui ne le quittait pas et qui brillait de façon sournoise alors qu'elle lui souriait doucement, probablement consciente du combat dans l'homme face à elle qui s'était tu.

-Nul besoin que vous ajoutiez quoique ce soit, je... je crois que nousa vons compris l'essentiel de ... votre opinion, euh... réponse; Balbutia le magistrat assis en face d'elle.

-Ah et j'oubliais il y a bien sûr, ce tatouage qui a certaines propriétés magiques, il me permet d'exister dans deux endroits à la fois, un endroit immatériel et la nôtre et de manifester une part de ma volonté, une part de mon âme dans ce monde. L'explication n'est certes pas très claire mais comment pourrais-je l'expliquer avec plus de clarté alors que moi-même je n'en suis qu'au balbutiement de la connaissance de mon pouvoir. Une autre des choses que je craint et qui me fascine à la fois.

Description des armes:

Il me semble en avoir fait une descriptions plus que convaincante, mais soit si vous voulez que je me répète encore... Mais à voir vos allures, je doute que votre greffier, vous magistrat ou encore votre garde ne puissiez en appréciez le moindre sens. J'ai une épée, que je manie bien et je porte l'armure comme un homme. Mes poings sont de formidables armes que j'ai fourbi avec patience dans l'autre monde. Mais ma volonté faite âme n'est rien en comparaison des armes terrestres. Je suis une mage et à ce titre, j'utilsie des compétences qui dépasse votre entendement d'hommes ordinaires.

Je suis moi et mon arme est la manifestion de cette âme, cette entité spirituelle supposé nous apporter la vie spirituelle. J'ai découvert bien des choses là-bas, mais ce que j'ai appris, ne fut pas simplement de al théologie faite réel mais bien aussi un art de combat, celui de l'esprit, la sorcellerie.

Nous pourrions en discuter pendant des heures et comme votre interrogatoire, me pousse à répondre longuement à des questions futiles et san intérêt dans cette affaire, me voilà déjà ici depuis une bonne heure. Passons à la suite, vous m'ennuyer avec vos questions intrusives.


Famille magique et spécialisation choisi:

-La sorcellerie et je ne l'ai pas choisi, je l'ai gagner. Et durement. Au prix de souffrances inimaginables. Je ne vous dirait rien de plus.



Descriptions de votre rune unique:

-Un tatouage qui recouvre mon corps en entier, sauf ma tête et le dos ainsi que la paume de mes mains. Il repésente, un ensemble de zébrures et lignes et scarifications chaotique, tracer par un feu terrible sur ma peau. La nuit, elles brillent de milles lumières et je peux rien y faire à moins de me concentrer longuement. Je devient une véritable lanterne de lumière mauve foncée et malsaine. Une aura d'âme bouillante de haine et de violence, de vengeance même.

C'est pourquoi, je porte toujours vêtements amples et armure. Ils dissimulent ces lueurs épouvantables. C'est une chance que personne autre que ma soeur ne les aient vues vivants. Elles sont mon fardeau et ma fierté, ma peur et mon triomphe. Mais elle sont surtout signe que je n'appartiens plus tout à fait à ce monde...

Description Psychologique:

-Je suis très responsable, calme et posé. J'ai tendance à l'aggressivité avec ma soeur. Mais metenait que vous la connaissez, je suis persuadez, que vous comprenez en quoi, je puis être aussi aggressif à son égard. Je n'aime pas que l'on em refuse l'obtention de ce que je veut surtout si j'estime que le prix que j'offre est raisonnable. Je suis femme à ne pas me soucier des hommes, ils ne font pas d'effets et je ne tolère aucun regard en biais de leur part. Ils me doivent le respect tout comme je le leur doit selon les circonstances. Je suis frigide avec les étranger et méfiante avec les hommes qui rôdent près de ma soeur.

J'ai un sens du devoir extrêmement aigu et l'autorité est mon deuxième prénom, je suis la protectrice du chaman de mon peuple et la chef de nos gardes de caravanes. Je suis notre gardienne sacrée. Ainsi en fut-il décidé dans les temps anciens bien avant ma naissance.


Description Physique:

-Je vous trouve bien aveugle vous tous! Je là, devant vous et vous me demandez de me décrire? Dans ce cas, je ferais vite et court. Je mesure environ un mètre cinquante-quatre, je pèse dans les 140 livres de muscles. Je m'entraîne tous les jours pour me maintenir en forme. Mes mains sont fines mais ferme et assurer. J'adore les vêtement amples et les houppelandes de laines huilés avec des capuchons. Je porte des corsages de cuir cloûtés, surmonté de spallières en acier de Daoloth, faites sur mesure pour moi. Sur le devant de ma poitrine, je porte un plastron d'acier de même provenance, qui couvre mon dos également. Les couleur de mes vêtements vrient entre le noir et le rouge sang, je porte parfois du violet ou du bleu foncés ce qui fait ressortir mes yeux étrange selon ma soeur.

Les longues manches de mes tuniques sont généralement recouvertes de gantelets en acier articuler, vont du bout de mes doigts à mes coudes, se terminant sur une pointe. Mes cheveux sont d'un noir de jais. Ils sont relativement facile d'entretien et sont coupés mi-longs pour éviter de me nuire en combat. J'ai pour habitude de très souvent les attacher en chignon. Pour ce qui est du reste, je vous laisse vous amuser, vous me voyez!!




Histoire:

Les affaires vont bien aujourd'hui, Ushiushen n'est peut-être pas la capitale la plus accueilante du monde, mais il faut dire que pour le commerce cela fonctionne bien. Nous aurons vite de quoi nous poser en Daoloth pour l'hiver. Ma soeur, est partie une fois de plus dieu sait où pour acheter des craies m'a-t-elle dit. Je dois bien essayer de temps à autre de la croire. Elle n'a plus six ans bon sang! Mais je ne peut m'empêcher d'être inquiète, je connaît son goût prononcé pour les excès et le danger. La dernière fois, elle a dilapidé la moitiée de mon héritage familiale pour un tapis onéreux inutile et même pas authentique! Heureusement, cette fois-là ce n'était qu'un tapis. Je ne peut même plus me souvenir le nombre de fois où elle a pu mettre sa vie en jeu et la mienne de façon indirecte! Elle aime le danger et la surprise, l'imprévu. Je la comprends mieux que quiconque, surtout dans son état. Mais aujourd'hui, le commerce est ma priorité! Nous avons besoin de fonds, pour obtenir le droit d'accès à la grande biliothèque en Daoloth. Pour les recherche de ma soeur et les miennes. Me reste qu'à espérer, qu'elles porteront fruits!

Cet endroit, croûle sous la populace en cette très, très chaude journée. Je ne sais pas comment ils font, ce climat aride, m'échauffe un peu. J'ai bien fait de ne pas permettre que l'on ouvre nos réserve de whisky avec les gars ce matin, ils auraient été tous saoûls comme des bottes ce midi. Mais justement, comme nous avons commencer nos échanges ce matin et que l'heure du zénith approche, elle devrait être de retour??!! D'ailleurs impossible de faire des achats avant deux heures en après-midi, les gens de cette font la sieste durant cette priode en temps normal! Mais où est-elle donc passé encore!

Je savais que j'aurais dû envoyer une personne avec elle. Elle l'aurais semer, mais j'aurais eu une idée où chercher au moins. M'est-avis que dans cette ville le meilleur moyen pour obtenir de l'information c'est l'argent et peut-être le guet... Je suis persuader, qu'elle n'en seras pas loin et je nai même pas besoin d'un don d'ubiquité pour le savoir. Ma soeur tu est tellement prévisible dans ton imprévisibilité.

Se fermant les yeux un instant, elle soupira de découragement, elle allait devoir encore la chercher partout dans une capitale bourrer de voleurs, violeurs, assassins, menteurs et autres personnages tout à fait réjouissant! Pas nouveau en fait selon les standards qu'elle avait avec sa soeur.

Impossible en plus pour cette dernière d'user de son pouvoir, pas par cette chaleur. Elle paya donc l'information au prix de huit pièces d'argent, pour se rendre au bureau du guet. Le prix paraissait exorbitant mais dans cette ville, c'est une modalité. L'information vaut de l'or sonnant et trébuchant même le plus pauvre vagabond le sait. C'est pourquoi, ils ont souvent l'oreille fine. Elle sourit intérieurement à cette pensée.

Une fois arriver au bout de son long périple vers le guet, elle se retrouve devant de larges portes barder de fer dans une des sections qui lui est encore inconnues de la cité. Elle frappe fort contre les battants avec les anneaux de fer pendu à hauteur de poitrine. Un garde vient lui ouvrir la porte, l'air taciturne et lui demande:


-Oui ma P'tite dame que pouv'nous faire pou vot'bon plasir?

-J'aimerais m'entretenir avec les responsables du guet, je vous prie.

-Ma va vouir ske nous pouv'ions faire pour vous, pouv' entrer m'a p'tite dame.

Elle entre alors sans plus de cérémonie dans le guet, suivant dans les talons, le garde à la prononciation difficile. L'homme en plus d'avoir une façon hasardeuse de parler, semble affubler d'un clodiquement avec sa jambe gauche. Un étrange portier, mais il semble normal, qu'il ne fasse pas de patrouille dans cet état. L'homme se retourne vers elle lorsqu'il arrive à une porte d'acier encastrer dans le mur au fond du couloir sombre, fait en pierre de taille.

Il enchaîne en lui disant l'air goguenard:

-Vous y êtes. N'orions vou pas un p'tit kekchose pour me remerchié?

Sans un mot, elle fouille dans sa bourse et lui dépose dans sa main tendue trois belle pièces d'argent. Il lui sourit et repart clodiquant dans le sens inverse, sans un mot de plus, pas même un remerciement.

Galatéa cogne alors contre la porte de son poing gantée de fer. Les coups résonne dans le vide du couloir de pierre comme résonne la cloche de l'église pour l'office funèbre. Rien pour rassurer les gens du commun, mais elle est familière de ces guets fait pour impressionner le visiteur, voir l'intimidé. La porte s'ouvre alors de l'intérieur et une voix de stentor, lui demande d'entré sans attendre.


-Je viens chercher une jeune femme, aux allures frivoles, qui aurait pu être arrêter par le guet ce jour même. Probablement pour un délit mineur. Je ne suis pas sûr vraiment qu'elle soit ici mais disons que c'est toujours par là que je commence mes recherches en temps normal. N'auriez-vous pas arrêter une jeune femme correspondant à une description comme celle que je vient de fournir?

-Possible, mais ici... Galatéa le coupa tout de suite en lui donnant 200 pièces d'argent dans une bourse de cuir noire. L'homme vêtu d'une toge noire et blanche et d'un turban, souri et lui dit qu'en effet il avait arrêter une telle femme dans les dernières heures.

-Mais vous savez, ne libère pas qui le veut ici, il faut avoir rempli les formulaires d'identification de la ville pour nos archives et dossiers. Et bien sûr avoir aquictté les droits de libération de l'innocente victime de l'erreur judiciaire. Comprenez moi, les 200 pièces d'argent ici, sont une belle somme mais elle couvre à peine les frais administratifs et je doute que vous soyez vraiment prête à dépensez autant que 800 pièces d'argent moins les 200 ci-contre pour la libération d'une seule personne. D'autant, qu'elle aurait volé une pomme sur un étal, pour ensuite tenter de s'enfuir à l'approche du guet ce sont des délits grave ici.

Malheureusement, si vous ne pouvez offrir plus, elle devra affronter la cour de justice dans trois mois, tel que le prévoit la loi ici.


Galatéa prend alors la parole et dit:

-Je suis toute disposer à remplir vos formes et en ce qui à trait au prix de libération lier à vos dérangement juridique, nous négocierons, vous verrez...

Une heure plus tard, la voilà sorti de cet endroit glauque, la bourse plus légère de 411 pièces d'argent exactement! Une libération qui a coûté cher somme toute mais pas autant que son fameux tapis d'il y a quelques années. Presque un soulagement! Elle est supposer la rejoindre rejoindre selon la note sur la place du marché dès que possible. Galatéa songe alors:

-J'espère qu'elle feras vite, parce que nous ne pourrons guère l'attendre plus d'une heure. Enfin dans tous les cas, elle trouveras bien un chariot retardataire pour elle...



De qui ou d'où avez vous connu le forum?: De ma soeur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A.
Anonyme.
avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 26/06/2012

Feuille de personnage
Faction: Lettres/Venari.
Niveau: 10
Point de Vie:
350/350  (350/350)

MessageSujet: Re: Une histoire d'argent et de dossier...   Mar 29 Jan - 10:56

Et voilà le duo infernal réunit à nouveau.

Bon bon bon. Cette fiche est en ordre, mis à part plusieurs petites erreurs d'orthographe. J'aimerais que le tout soit corrigé, mais je te valide tout de même puisque je sais que cela sera fait.

Sur ce, bienvenue parmi nous et surtout, bon jeu!

_________________
/l、
(゚、 。 7
 l、 ~ヽ
 じしf_,)ノ



La seule foi qui peut vaincre, est celle qui ne s'arrête point devant les sacrifices.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eleirya.goodforum.net
 
Une histoire d'argent et de dossier...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dossier Corruption 2:L'ONU et l'argent vole par JC Duvalier
» Les Grandes Citations
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Petite histoire aux grandes aventures :D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eleirya :: Forum :: Registre des âmes :: Présentations Acceptées-
Sauter vers: