Eleirya

Forum rp fantaisiste.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Retrouvailles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
S.

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 27/09/2013
Age : 24

Feuille de personnage
Faction: Lettre
Niveau: 5
Point de Vie:
225/225  (225/225)

MessageSujet: Retrouvailles   Lun 30 Sep - 20:13

J'étais près du fleuve afin de pouvoir prendre du bon temps puisque la température en cette journée était idéale afin de trouver une source d'inspiration. Je voulais réaliser une nouvelle sculpture. Je venais tout juste d'arriver en ces lieux et mon entraînement était finalement accompli. J'attendais que le moment soit venu afin de pouvoir enfin me mettre à mon art dans une concentration plus intense que celle que j'avais en ce moment. Je regardais partout à la recherche d'un élément pouvant satisfaire mon envie de créer. Rien qui n'aille pas déjà été reproduit. Il me pris alors l'idée d'animer mon corbeau afin qu'il me tienne compagnie et que je me sente moins seule. Un papillon vint se poser sur une fleur qui se trouvait non loin de moi. J'abandonnais alors l'idée de sculpter et entrepris de peindre une jolie toile qui pourrait par la suite être offerte ou même seulement empilée par dessus les autres qui sont avec moi. Mon chariot commençait à être plein, mais quand j'atteindrais une ville je pourrais en vendre quelques-unes et ainsi me garder plus d'espace afin de transporter des choses plus essentielles.

Je fis mes mélanges de couleur de façon sereine et le calme qui pris possession de moi était bon signe de mon état de concentration. Je posais mon pinceau sur la toile une fois que toutes combinaisons furent terminées, je mêlais ici et là des couleurs qui mixées ensemble donnaient un beau résultat. À mon habitude une fois que mon oeuvre fut finalisée, j'avais dans le visage et sur les bras quelques taches de peinture qui ne serait difficile à enlever. Je pris la direction de la rivière et j'enlevais les vêtements qui me recouvraient afin de ne pas les mouiller quand j'allais entrer dans l'eau. Je n'avais aucune gêne à faire cela puisqu'il n'y avait personne dans les environs. Une fois toutes les taches parties, je mis fin à ma baignade et me rhabilla. Mon corbeau me regardait faire et il secouait la tête comme pour enlever l'eau qui aurait pu se mêler à son plumage, bien qu'il soit fait d'argile, il était encore heureux qu'il soit encore avec moi après tout ce temps passé à mes côtés et à me protéger. La valeur sentimentale que j'avais pour lui était plus élevée que tout ce qui aurait pu m'appartenir, sauf bien évidemment cette dague que je cachais dans ma botte droite.

J'étais décidée à ranger le matériel que j'avais utilisé, mais je ne touchais pas la toile immédiatement car je voulais lui laisser le temps de sécher. Je m'installais donc dans l'herbe afin de faire une petite sieste qui serait réparatrice. J'avais déjà fait les exercices que je m'imposais et j'étais épuisée, je mis fin au lien magique m'unissant au corbeau et il redevint immobile. Je restais alerte malgré tout et j'étais prête à me relever si jamais j'entendais un son qui n'étais pas naturel, comme des bruits de pas ou même quelque chose qui pouvait sortir de l'eau. Il pouvait se passer une ou deux heures avant que je décide d'enfin me réveiller. Tout autour était calme et semblait désert, mais j'entendis un bruit de pas s'approchant de l'endroit où je me trouvais. Je pris donc place sur le sol tout en regardant la direction d'où j'entendais marcher. Un bruit familier que celui qui résonnait dans mes oreilles.


« - Bonjour à toi, voyageur. »

J'affichais alors un grand sourire accueillant qui ne pouvais laisser de place à l'envie de faire du mal. J'étais tout de fois quand même prête à réagir, les muscles de mon corps étant tendu au cas où il y aurait une attaque contre moi. Il y avait longtemps que je n'avais pas eu de contact avec la personne qui arrivait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R.
Le Fatlosophe
avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 11/07/2012

Feuille de personnage
Faction: Les Lettres
Niveau: 1.
Point de Vie:
135/135  (135/135)

MessageSujet: Re: Retrouvailles   Mar 1 Oct - 13:58

Un voyageur solitaire dévalait les routes à toute vitesse. Depuis longtemps, il courrait en permanence, Cherchant un but. Par temps chaud ou pluvieux, de nuit ou de jours. De nuit plus souvent que de jours, d’ailleurs, puisque ses capacités étaient grandement augmentées la nuit, et que son apparence ne lui permettait pas d’être vu au grand jour. Il avait traversé le désert d’Ushiu, évité son œil à toutes les occasions, se basant sur ses études pour savoir où il allait frapper ensuite, et aussi sur les facteurs météorologiques. Comme il aurait aimé être capable de prédire l’avenir, pour éviter cette énorme tempête dévastatrice! Mais il était maintenant incapable d’utiliser la magie… De lui-même, à tout le moins.

Il portait sur lui un grand sac, contenant bien sûr quelques provisions, mais aussi d’innombrables rouleaux de parchemins. Il se rendait dans un endroit où il pourrait s’occuper de cela, après tout. En fait, il ne devait pas s’y rendre, à la base. Mais autant faire d’une pierre deux coups. Ses études devaient bien aboutir quelque part un jour ou l’autre. Et c’était ce moment que le chercheur avait décidé pour aller porter ses recherches magiques. Étant un théoricien, il voulait l’avis de quelqu’un pouvant utiliser la magie un minimum. Lui ne pouvait pratiquer la magie comme les humains, de par sa nature animale.

Certes il aurait pu utiliser un moyen bien plus facile pour se rendre en Occei. Mais sa course à travers Heinidd n’était pas uniquement pour se rendre dans ce pays volcanique. Lui qui ne quittait que sur ordre de missions son manoir, Il avait décidé d’emprunter le chemin le plus long pour atteindre son but, et ainsi, observer. Faire son travail. Il s’était toujours interrogé sur le pays d’Ushiu. Il savait que les gens qui y vivaient n’étaient pas les plus recommandables. Mais il voulait voir de ses yeux. Cela faisait si longtemps qu’il n’y était pas allé. De nombreux jours étaient passés, depuis qu’il courrait sur la route. Peut-être même quelques mois. Le Philosophe ne se fatiguait que très peu, dû à sa façon de procéder.

Et ainsi donc, le Philosophe se rendit dans la terre du sud, Occei. Il avait chaud, et il commençait à se fatiguer. Peut-être ferait-il bien de rejoindre le fleuve Csares, qui n’était plus très loin? Oui, un bon moyen de laver sa fourrure, et qui sait, son manteau et ses pantalons. Il avait encore suffisamment d’eau potable pour tenir pendant un moment. Dans le pire des cas, voler une certaine quantité d’eau dans un puits, la nuit, ne serait pas chose difficile.

Le Philosophe avait ralenti le pas. Il faisait un beau soleil, dans le ciel, qui commençait peu à peu à descendre. C’était encore loin de la pénombre, mais la route était si déserte, de quoi devrait-il se méfier? Et de toute façon, sa taille de montagne effraierait même les plus ardus des voleurs. Et qu’avait-il dans son sac, sinon quelques provisions, et des dizaines, voire des centaines de rouleaux de parchemins parsemés de runes magiques que personne d’autre que le destinataire et l’auteur ne pourraient comprendre? Normalement, il n’aurait pas pris de provision. Mais seulement voilà, les hurleurs ne vont pas là où bon leur semble.

D’un pas doux, tout de même rapide, par les enjambées que faisait R., il avait le nez sur l’un de ses parchemins, et il ajoutait quelques notes. Une plume de secours et un encrier qu’il gardait toujours sur lui, servait à merveille, en ce moment. Il approchait du fleuve d’Occei, sans se soucier de ce qui se trouvait autour de lui. Mais la voix féminine qu’il venait d’entendre le figea. Elle était devant lui. Quel négligence de ne pas avoir remarqué qu’il y avait quelqu’un d’autre! S’il abaissait son parchemin, elle verrait son visage, et serait sans doute effrayée. Curieusement, la voix en question lui était familière. Ce ne pouvait pas être quelqu’un de son passé, puisque cela faisait près de cent ans. Il crut reconnaitre la voix de l’Artiste, qu’il n’avait vu que quelques fois, par le passé. Lui qui s’enfermait dans un manoir pour faire l’éducation de louveteaux hurleurs, le voilà qui était aux prises avec un problème. Prenait-il une chance?

Oui, pourquoi pas. Dans le pire des cas, la femme s’enfuirait. Et s’il s’agissait bien de l’Artiste… elle le reconnaitrait. Ses mains commencèrent à descendre, laissant ses yeux gris regarder ce qui se trouvait devant lui. Un énorme sourire se déposa sur son visage, dévoilant ses canines. Il avait vu juste. C’était S., l’artiste. Cela faisait bien longtemps qu’il ne l’avait pas vu. R. aurait pu lui raconter bien des choses. Et elle! Que dire d’elle! Qu’aurait-elle à lui apprendre, qu’avait-elle vu lors de son périple? Que de questions dans la tête du Philosophe!

« Mais par les dieux, Que vois-je donc! S.! Cela fait si longtemps que nos regards ne se sont pas croisé! Vous voyager avec un lourd chargement, si vous permettez cette remarque. Votre charrette semble se remplir de vos œuvres, si je ne m’abuse. Avez-vous prévu emporter quelque chose pour subsister, ou avez-vous plutôt été distraite dans un élan de création soudain? J’oublie parfois de me nourrir, lorsque je me lance sur une étude particulièrement intéressante. La douleur que je ressens au ventre est alors insupportable! »

R. se mit à rire de sa propre remarque, se remémorant certains épisodes de sa vie. Il redevint sérieux très rapidement, et continua sa tirade.

« Magnifique endroit, n’est-ce pas? Il s’agit là d’un des seuls lieux verdoyant d’Occei, si je me rappelle bien. Je me remémore les volcans, et la terre sombre qui se trouvait sous mes pieds. Il y a longtemps de cela. Mais parlez-moi un peu de vos œuvres, ma chère S.! Qu’avez-vous de nouveau? Je suis sûr qu’elles sont merveilleuses. Puis-je vous interrogez sur la signification de cette pièce que vous venez de faire? Quelles étaient vos desseins, en créant ce si beau tableau? Est-il terminé? Il aurait sûrement été intéressant de voir dans quel état d’âme vous étiez pour peindre ainsi! »

R. s’approcha du tableau en question, pour l’observer. Il caressa sa barbe doucement, regardant l’œuvre avec une insistance presque professionnel. Après quelques instants, il se retourna vers S., toujours souriant.

« Mais je m’égare! J’étais venu ici dans un but précis, voyez-vous. Mais avant toutes choses… » R. tendit la main à S. « … Comment allez-vous? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
S.

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 27/09/2013
Age : 24

Feuille de personnage
Faction: Lettre
Niveau: 5
Point de Vie:
225/225  (225/225)

MessageSujet: Re: Retrouvailles   Mar 15 Oct - 22:45

Je n'étais pas certaine que la personne qui arrivait près du fleuve était le philosophe. Il y avait longtemps que nos chemins ne s'étaient pas croisés. J'attendais donc patiemment son arrivée près du fleuve afin de pouvoir distinguer de qui il s'agissait. Le bruit de pas très léger que de rares personnes ont la chance d'entendre était aussi feutré que celui de R, ce froissement de parchemin qui résonnait à mes oreilles, me rappellait l'odeur de ces derniers. Une odeur fraîche et surtout parsemées de souvenirs qui n'avait cesse de me remémorer le temps où j'étais encore en formation pour devenir une Lettre. Les discours qu'il faisait était toujours philosophique et j'avais toujours trouvé que cela lui faisait son charme, bien que je ne porte aucun intérêt envers celui-ci.

Quand il eut apparut dans mon champ de vision, je fis un sourire chaleureux sachant que cela faisait des lustres que je ne l'avais pas vu et lorsqu'il était question de retrouvailles, j'étais toujours la première à réagir à cela. J'avais remarqué qu'il avait figé en entendant ma voix, mais cela était probablement dû au fait qu'il ne savait pas encore que c'était moi qui l'attendait derrière le chariot. Il avait continué à avancer jusqu'à arriver sur le côté du chariot où le parchemin qu'il avait sous les yeux se mit à descendre, il m'avait enfin vu, tout sourire qui l'attendait toujours confortablement assise sur l'herbe.


« - Mon cher R, c'est vrai qu'il y a longtemps que nous n'avons pas égayer nos journées par de belles conversations. En effet, mon chariot se remplit d'oeuvre bien que l'espace commence à me manquer, je crois bien que je vais aller en vendre quelques-unes, à moins que tu en veuille une en cadeau? Et jamais je n'oublierais de m'emmener de la nourriture, puisque je ne sait jamais combien de temps cela prendra avant que je puisse rejoindre une autre cité. »

J'avais cette façon de parler aux gens qui les mettait immédiatement à l'aise bien que je sois tête en l'air et que j'oubliais de vouvoyer mes supérieurs, qui étaient là bien avant moi bien sûr. Je décida enfin de me relever pour aller lui montrer les oeuvres que je voudrais bien lui céder, il y avait dans ces choix, une figurine miniature d'un papillon, une toile représentant la ville d'Oshyr dans toute sa splendeur, une autre peinture cette fois-ci représentant le lieu où elle avait grandi lors de son enfance lointaine et une sculpture d'une rose qui semblait prendre vie simplement lorsqu'on la regardait bien que ce soit seulement un effet d'optique. Tout en continuant d'écoute R, je pivotais sur moi-même afin de lui faire face, bien qu'il soit beaucoup plus grand que moi et que je doive lever la tête afin de pouvoir le regarder dans les yeux. Le rire qui émana du philosophe me pris par surprise, ce qui eu pour résultat de me faire sursauter, causant ainsi le réveil de mon corbeau par accident, je n'avais jamais pu contrôler l'élément de surprise et c'était un automatisme d'activer mon pouvoir dans ces moments-là, quoi que bien souvent cela n'était qu'une fausse alerte.

« - Eh bien, en fait je cherchais une source d'inspiration quand j'ai vu le papillon que j'ai peint venir se poser sur cette délicate fleur, alors d'un coup de tête je me suis mise à couvrir la toile de ses jolies couleurs que tu vois. Il est terminé, car sinon je serais toujours en train de la travailler, et tu m'aurais vue de dos en arrivant, bien qu'il ne soit pas difficile de me reconnaître puisque je dégage l'extravagance d'une Artiste. J'étais d'humeur joyeuse en créant cette oeuvre, si tu la veux, elle est à toi. »

Le voir ainsi se donner un air professionnel me fit éclater de rire, lui qui avait toujours semblé intéressé par mon art, alors que souvent j'étais dans les parchemins à étudier ma mission, ce devoir que je devais remplir. J'avais toujours été distraite par sa présence puisqu'il ne cessait de philosopher autour de mes oeuvres quand il n'avait rien d'autre à faire. Je lui serrais la main avec plaisir et avec autant de force que je le pouvais, en signe de respect pour lui.

« - Eh bien, eh bien, tout va, tout vient, je pars et j'explore, rien de bien nouveau et qu'en est-il de toi, mon cher érudit? Quel est ce but que tu recherche? Des nouvelles recrues? De nouvelles informations à consigner? Raconte moi tout. Cela fait trop longtemps que nous n'avions pas dialogué autant en profiter maintenant, avant que la prochaine occasion ne nous sépare. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R.
Le Fatlosophe
avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 11/07/2012

Feuille de personnage
Faction: Les Lettres
Niveau: 1.
Point de Vie:
135/135  (135/135)

MessageSujet: Re: Retrouvailles   Ven 1 Nov - 21:49

Il était si rare pour le hurleur de trouver des gens compatissants. Combien de fois avait-il tenté de s’adresser à A., alors que celui-ci s’enfuyait pour une obscure raison? Et d’ailleurs, presque tous les autres l’évitaient comme la peste, lorsqu’il avait l’une de ses envies de discuter. C’était pour R. l’un des grands mystères de la vie.

Et pourtant! Ici présent se trouvait une personne qui l’écoutait avec attention! Ou du moins, elle semblait attentive. S. était connu pour être quelques peu tête en l’air, et perdue dans ses pensées. Tout du moins, en ce moment, elle l’écoutait. Le cœur de R. s’emplissait de bonheur, alors qu’il écoutait ce que l’Artiste avait à lui dire. Tout en l’écoutant, il l’observait. Elle avait très peu changé, il lui semblait. Et lui non-plus, n’avait sûrement pas beaucoup changé depuis les années. Il lui semblait qu’il était exactement pareil à la première fois où il s’était vu dans un miroir sous cette forme.

S. lui parlait de « rejoindre une cité ». Le hurleur n’eut d’autre réaction qu’un sourire nostalgique. Lui qui ressemblait maintenant à ce que les gens appelaient un « monstre », il ne pouvait plus se permettre de parcourir les villes comme autrefois.

« Ah, comme je m’ennuie de me promener en ville, respirant les odeurs du marché! Je me rappelle de cet endroit, qui faisait de merveilleux pains. Je faisais toujours un détour par cette boutique, même si cela représentait une dizaines de minutes supplémentaires! Mais tout cela, c’est loin, maintenant… C’était dans mes jeunes années. Si je me risquais dans une ville en ce moment, je crois que je n’y serais pas le bienvenu! »


R. apprécia bien sûr la force que S. mit dans sa poigne. Mais rares étaient ceux qui était aussi fort que lui, en terme de simple force physique. Après tout, n’était-il pas un Hurleur? Non seulement en était-il un, mais il restait sous une forme de hurleur le jour, gardant ainsi son corps surpuissant, même s’il ne profitait pas de l’énorme puissance que la lune lui procurait. Lui qui appréciait autrefois de se battre, il n’en avait plus la chance, désormais. Se battre était maintenant devenu quelque chose d’utopique, pour R. Il lui sourit, lorsqu’elle lui proposa de lui faire cadeau de son œuvre. Le philosophe se retourna pour la regarder à nouveau.

« Oh, vous me feriez un plaisir immense en m’offrant cette pièce! Néanmoins, j’aurais peur de l’abimer, si je devais la trimballer partout, comme mes rouleaux. Mais je devrais avoir quelque chose dans mon sac pour régler ce problème! »

S. semblait plus qu’encline à discuter. Le hurleur se mit à ressentir une telle euphorie. Les gens le fuyait, normalement. Elle l’écoutait! C’était quelque chose de si rare qu’R. Comptait bien en profiter au maximum.

« Eh bien, il y a deux raisons majeure qui me forcent à venir ici. Certes, j’aurais pu utiliser la clé pour me rendre directement à l’Erratum, mais… Pour des expériences étranges avec le passage, j’ai préféré traverser le pays d’Ushiu. Et puis, cela faisait longtemps que je n’étais pas passé sur cette terre. » R. se pencha au sol, et dessina un symbole à l’aide de sa griffe. « D’une part, je dois aller porter certains objets de valeur à ce cher K… Oh, je sens qu’il va me détester! »

Le sol se souleva d’un coup devant R., à l’endroit où il avait dessiné cette rune, formant une sorte de table en terre. Il y déposa son sac et son rouleau, qu’il déroula, dévoilant près d’une centaine de symboles runique, tous représentant une magie, bien sûr.

« Je n’en ai fait qu’une centaine, aujourd’hui. Il faut dire que je n’ai pas été très productif, je devais penser à avancer! Néanmoins, je suis particulièrement fier de certaines d’entre elles! » Il caressa sa barbe, en fixant son manuscrit, avant de tourner les yeux vers S. « Ainsi donc, je devais me rendre à l’Erratum pour porter ces manuscrits à K. Il aura l’ingrate tâche de tout décortiquer, parce que je ne trie que rarement mes propres choses. »

R. reprit remit son rouleau dans son sac avec une délicatesse impressionnante, avant de remettre son sac sur son dos. Il frappa faiblement la « table » de terre, qui se renfonça dans le sol, la rune ayant disparu. Un sourire fier apparu sur le visage du hurleur.

« Je dois garder quelques secrets, tout de même! Je ne laisserai pas les runes que j’utilise sur le lieu de travail, autrement, les gens les découvriraient. Cette forme de géomancie est une rune que j’ai découverte récemment. Ce n’est pas une magie très effrayante, loin de là. Mais c’est très pratique, il faut l’avouer! Pour ce qui est de ma seconde raison… »

Le visage de R. devint plus grave. Il avait une mission un peu plus importante à exécuter, alors qu’il se déplaçait. A. aurait pensé envoyer quelqu’un d’autre, mais par une superbe négociation de R., il avait réussi à obtenir cette mission. D’une part, R. se déplaçait rapidement, et pourrait rejoindre Occei sans problème. En plus, il devait s’y rendre à la base. A. n’avait donc pas trouvé meilleur choix que R.

« En réalité, je ne m’attendais pas à vous rencontrer ici, S. Mais comme vous y êtes, j’aimerais vous demander votre aide. Vous êtes au courant que… je ne passe pas exactement inaperçu, et il me faudrait quelques informations supplémentaires que je ne peux aller chercher moi-même. Les villes, comme je vous l’ai dit, ne sont pas un lieu pour moi. Enfin bref! Je devrais commencer par vous expliquer. Il se trouve qu’il y aurait un certain… Fauteur de troubles, en Occei. Celui-ci utiliserait une magie plutôt… à proscrire, si vous voyez ce que je veux dire. Enfin, aux dires de K, il aurait le potentiel de devenir beaucoup trop dangereux. Je dois donc trouver son emplacement, ce qu’il fait réellement, et… Recensé la magie qu’il utilise, bien entendu! Le tout, pour empêcher un éclatement quelconque. »

La tirade de R. prit fin. Il aurait semblé à n’importe qui qu’il ne se serait jamais arrêté. Il regardait S. dans les yeux, et reprit son sourire.

« Alors, ma chère. Est-ce que l’aventure vous tente ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
S.

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 27/09/2013
Age : 24

Feuille de personnage
Faction: Lettre
Niveau: 5
Point de Vie:
225/225  (225/225)

MessageSujet: Re: Retrouvailles   Jeu 23 Jan - 16:36

Il y avait longtemps que je n'avais pas discuté avec mon vieil ami, ses tirades m'avaient bien manquées. De longues discussions qui avaient su nous rapprocher, malgré que je ne porte aucun intérêt à connaître réellement R, mais sa compagnie était agréable et cela valait toujours le coup de rester plus longtemps afin de partager nos dernières nouvelles. Rares étaient les fois où je me retrouvais en compagnie de quelqu'un que je connaissais, alors pour faire changement, j'écoutais, je m'abreuvais de ses paroles. Il y avait longtemps que je n'étais pas sortie de mes oeuvres, cela était légèrement distrayant, mais sans que j'en fasse tout un plat. Il était tel que je l'avais vu la dernière fois, il avait peu changé, quoi qu'il pouvait être plus ennuyeux, mais ce n'était pas le cas présentement.

Je savais que la mention d'une cité le ferait sourire, vu son apparence il ne risquait pas de se montrer en ville, les gens l'expulseraient sans ménagement, sans même savoir qui est l'homme sous la fourrure. Les gens étaient méchants, sans coeurs et ne se gênaient pas lorsque venait le temps de juger une personne innocente.


«- Il est vrai que sous cette forme l'on te repousserait sans que tu ne puisse dire un seul mot, mais dis-toi seulement que ces gens sont ignorants et ne peuvent même pas imaginer ce que nous pouvons faire. Ils ont des craintes, on ne peut leur en vouloir après tout nous sommes différents, moins assujettis à de telles choses. Quand ils auront enfin compris l'importance de l'ouverture d'esprit alors peut-être pourras-tu retourner dans une cité, retourner y sentir l'odeur de ces pains que tu aimais tant. »

Je lui fit un sourire en constatant qu'il avait bien apprécié ma poignée de main, malgré qu'elle soit incomparable face à la sienne, si puissante et dangereuse à la fois, du moins ne faisait pas attention. C'était l'effet qu'il faisait, une force monstrueuse émanait de lui, mais je n'en avais point peur, j'y étais habituée après avoir passée une bonne partie de mon entraînement à voguer de Lettres en alphabet. Je m'esclaffais au fait de savoir que mes pensées étaient confuses et que cette comparaison que je m'étais faite était plutôt comique. Du moins, ma vie était plus intéressante depuis que je les avait rejoints, de plus je savais que ma quête était loin d'être finie et que je verrais encore toute sorte de chose plus effrayante que R.

Il est vrai qu'il ne semblait pas avoir de moyen de transporter l'oeuvre que je voulais lui donner et je n'en avais réellement plus. J'avais comme idée de garder l'oeuvre qu'il voudrait et je la lui donnerais quand nous serons à l'Erratum. Je le regardais tracer une rune sur le sol et fut surprise d'y voir une table en terre apparaître. Cela devenait plus intéressant puisqu'il sorti un parchemin contenant des centaines de runes magiques, il en avait vu de toutes sortes. Je me mis à rire quand il parla de K, il était clair que celui-ci allait perdre patience en triant tout ce bazar.


«- C'est en effet une rune très intéressante que tu viens d'utiliser, il serait mauvais que d'autre puisse la voir, après tout c'est toi qui l'a découverte. »

R devint sérieux donc je me disais que ce qui allait suivre était d'une haute importance. J'avais raison, alors notre rencontre n'était qu'une heureuse coïncidence. Il demandait mon aide, récolter des informations dans les villes, car lui ne pouvait pas spécialement le faire. Un trouble-fête se trouvait en Occei, alors il avait besoin de ces informations pour pouvoir le trouver afin de le recenser.

«- Mais c'est avec plaisir que j'accepte de t'aider, R tu sais bien que cela me permettra de me promener un peu également. Je serais heureuse de pouvoir être utile afin d'empêcher un quelconque massacre. De plus, tu pourras mettre ton sac sur mon chariot donc ce sera plus léger pour le voyage. Je le transporte partout où je vais, donc je te laisserais le surveiller pendant que je serais en ville pour toi.»

Je lui souris tout en me disant que cela serait divertissant et m'aiderais à me déplacer sans que je sois seule, une femme qui se promène seule n'est jamais une bonne chose, on ne sait jamais ce qui peut lui arriver. J'étais un peu craintive, mais je me disais que cela ne pourrais être qu'une bonne chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Retrouvailles   

Revenir en haut Aller en bas
 
Retrouvailles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des retrouvailles tragiques...
» Retrouvailles percutantes...[London]
» Fin du rp: Retrouvailles {OK}
» [TERMINE] Retrouvailles inattendues [Chase]
» Retrouvailles opportunes... [PV Eimerek/ Privé] [POST CLOS]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eleirya :: Ensemble Heinidd :: Occei :: Fleuve Csares-
Sauter vers: